5 conseils pour sortir du manque affectif

La dépendance affective est une cause de détresse pour un très grand nombre de personnes. Elle peut se manifester de diverses manières selon nos préférences personnelles, mais elle est toujours liée chez ceux qui en souffrent à la nécessité de chercher à l’extérieur d’eux-mêmes les moyens de combler un manque dans leur état émotionnel. Le déficit affectif est ressenti comme un sentiment de vide et une inclination à des comportements de dépendance. Il est reconnu comme un indicateur de la dépendance aux émotions : l’incapacité à ressentir de l’affection se manifeste dans le contexte des relations avec les affectifs.

Il est possible pour une personne dépendante de se sentir incapable de se libérer de ce mode de fonctionnement ou de se sentir impuissante face à ses propres sentiments et émotions, il est crucial de se rappeler que la dépendance émotionnelle n’est pas un état d’esprit inhérent et qu’il s’agit plutôt d’un trouble affectif qui peut être géré et éradiqué. Découvrez cinq conseils sur la meilleure façon de combler un vide dans votre vie émotionnelle et de finir par vous sentir épuisé.

Le résumé de l’article

  1. Qu’est-ce qu’une carence affective exactement ?
  2. Comment se débarrasser du vide affectif ? Les conseils d’un psychologue
    1. Conseils ndeg1 : Travaillez sur vos blessures passées
    2. Conseil ndeg2 : Reconstruisez votre estime de soi
    3. Conseil n°3 : Travaillez sur le registre de l’authenticité plutôt que sur votre condition
    4. Conseil n°4 : Développez la bienveillance envers vous-même
    5. 5e conseil : sachez reconnaître vos besoins et les respecter

Qu’est-ce que la carence affective exactement ?

La dépendance affective est un état d’insuffisance émotionnelle qui trouve ses racines dans des traumatismes passés pouvant remonter à l’enfance ou même aux premières relations d’attachement qui vont déterminer en profondeur, à l’âge adulte, votre comportement avec les autres et la manière dont vous interagissez avec vos liens affectifs.

Les dysfonctionnements relationnels sont causés par une dépendance émotionnelle qui repose sur :

  • La peur de perdre quelqu’un d’autre ainsi que le lien.
  • Un sentiment de vide émotionnel lorsque la personne dépendante est éloignée de l’autre.
  • Une tendance à se perdre et à ignorer ses besoins, au profit des autres et pour maintenir la relation.

En plus de ces traits de caractère, ce trouble de la personnalité peut entraîner une incapacité à fonctionner de manière autonome dans les activités quotidiennes. Leur façon de penser et leur comportement, leurs opinions sont influencés par ceux avec qui ils partagent des relations d’amitié ou d’amour et leur processus de prise de décision dépend souvent de l’opinion des personnes qui leur sont proches.

Le manque d’affection peut faire partie des symptômes de la dépendance affective qui n’est rien d’autre qu’un trouble de la personnalité. Ce trouble est responsable de problèmes relationnels dans toutes les sphères de la vie, y compris l’amour, l’amitié familiale, le travail et la famille.

L’attachement fait référence à la manière dont les soignants, généralement les parents, ont répondu aux besoins émotionnels précoces du bébé et ont communiqué cette réaction au bébé dans le cadre d’une relation ponctuelle ou plus satisfaisante.

Ce processus, qui commence dès la naissance de l’enfant et persiste tout au long de sa croissance, et les traumatismes déclenchés par des expériences de négligence ou d’abandon, voire des expériences de violence physique ou psychologique, peuvent entraîner une blessure intense qui peut se manifester par un vide émotionnel extrêmement important. Il est également possible que des événements de l’enfance apparemment anodins (taquineries ou problèmes de santé, moments de séparation avec les parents…), aient laissé des traumatismes durables.

Votre sensibilité individuelle et votre style de construction vous rendent plus ou moins résistant aux événements de la vie ainsi qu’aux menaces de l’environnement. Le manque d’affection peut entraîner des problèmes dans la gestion des relations.

Lire la suite : Les 5 motifs non découverts de la dépendance affective.

Comment surmonter la carence affective ? Les psychologues peuvent vous aider.

Il est tout à fait possible de mettre fin à ce manque de force émotionnelle, de se remettre de la dépendance affective et de s’en détacher complètement. Cela nécessite un suivi thérapeutique : restauration de l’estime de soi, création d’une approche positive de soi, reconnaissance de ses besoins et volonté de s’aimer. Voici cinq conseils pour se débarrasser du sentiment de rancune :

    1. Résoudre les blessures du passé
    2. Améliorer votre estime de soi
    3. Vous devez fonctionner en accord avec le registre authentique plutôt qu’en accord avec vos exigences personnelles
    4. Soyez gentil avec vous-même
    5. Apprenez à reconnaître et à apprécier vos besoins
Lire aussi  La qualité des soins à l'hôpital privé de Provence

Conseil n° 1 Résoudre les douleurs du passé

La première étape pour se libérer de la dépendance affective est de chercher de l’aide pour résoudre les traumatismes passés qui ont conduit à l’absence d’affection .

Dans le cadre d’un accompagnement thérapeutique, vous disposerez d’une variété de moyens pour aborder ces traumatismes afin de les aider à guérir. Cela peut se faire par :

  • Une méthode  » d’auto-parentage  » et permettant d’apaiser , dans l’après-coup, les souffrances émotionnelles de l’enfant que vous avez été.
  • La reconnaissance de la légitimité de cette douleur et la création et l’expression d’une intense compassion envers le « moi-enfant ».
  • La prise de conscience de ce qu’ont engendré vos relations passées et le fait de vous laisser affecter par les sentiments dont vous aviez autrefois la capacité de vous séparer pour pouvoir vivre psychiquement et dans un environnement sécurisé et avec l’aide de vos ressources d’adulte.

Certaines techniques de thérapie brève, comme la thérapie par les mouvements oculaires ou l’hypnose, pourraient être intégrées dans cette optique. Quelle que soit la méthode employée, il est nécessaire d’admettre que vous avez remonté le temps, de réparer ce qui doit l’être et d’être en mesure de poursuivre votre propre chemin de manière plus détendue et plus sûre.

En savoir plus sur l’hyperphagie boulimique : cinq astuces pour se libérer du cercle vicieux

Conseil n° 2 : rétablissez votre estime de soi

La dépendance affective est causée par une incapacité à s’aimer soi-même que la personne dans le besoin n’a pas eu la chance de développer ou de construire en raison de faiblesses émotionnelles au départ.

Ainsi, si vous souffrez de dépendance affective, vous êtes en mesure d’aller de l’avant avec une faible ou une mauvaise estime de soi. Une façon d’accéder à la possibilité de restaurer votre estime de soi consiste à prendre conscience des croyances négatives que vous entretenez à votre égard, à les identifier et à les remettre en question. Dans la plupart des cas, une faible estime de soi est causée par les croyances profondément ancrées que nous entretenons sur nous-mêmes et sur ce que nous sommes censés faire dans la vie.

Il existe trois rôles principaux qui vous permettent d’être une personne dépendante sur le plan émotionnel. Vous serez enclin à jouer les rôles de sauveur, de victime ou de persécuteur (le triangle dramatique de Karpman). La victime est désespérée et attend d’être sauvée. Le sauveur va au-delà de l’appel des autres tandis que le persécuteur assume une apparence d’autorité, voire de domination.

Les rôles ou positions permettent à ceux qui les occupent d’établir des liens avec d’autres personnes, sans autonomie psychologique. Ces types de fonctionnement sont toujours liés à des relations de contrôle, ou au minimum de dépendance, car l’autonomie affective n’est pas envisageable. En fait, chacune de ces positions nécessite la présence de quelqu’un d’autre pour être assumée. Mais, elles ne peuvent être maintenues que par des croyances limitantes qui vous disent que vous êtes incapable de fonctionner autrement et qui vous donnent l’illusion que ces rôles (fausses images de soi) sont votre identité personnelle alors qu’ils sont en fait une expression de dépendance ainsi qu’une vulnérabilité aux traumatismes émotionnels.

La façon dont vous vivez votre vie selon ces modes de fonctionnement est généralement à l’origine de beaucoup de souffrance (la cause réelle n’est souvent pas identifiée et peut entraîner une dépression) car ils vous amènent à entretenir au mieux des relations qui ne sont pas nourrissantes et provoquent des frustrations pour les deux parties, et dans le pire des cas, des relations toxiques.

Si vous êtes prêt à modifier vos croyances, vous aurez la possibilité de remettre en question les croyances que vous entretenez au quotidien sur vous-même et sur ce que les autres attendent de vous.

Conseil 3 : Travaillez sur le registre de l’authenticité plutôt que de vous fier à votre condition

Il s’agit de remplacer vos croyances qui vous limitent par des croyances positives. Cela commence par une prise de recul par rapport à vos interactions avec d’autres personnes. Ensuite, vous serez en mesure d’examiner ce que vous êtes réellement dans les rôles que vous jouez au quotidien. C’est grâce à ce changement de perspective que vous aurez la possibilité de réparer l’estime de soi que vous réalisez être endommagée. Pour y parvenir, vous devez vous imprégner de vos valeurs fondamentales pour (re)découvrir vos points forts et créer une nouvelle image plus positive et plus authentique de vous-même et de ce que vous pouvez être.

Lire aussi  Maniaco-dépressif : comment identifier un bipolaire en 8 points

Ce n’est qu’en prenant conscience de ces traits personnels et en vous efforçant de les améliorer régulièrement, par l’affirmation de soi et le respect des autres, que vous pourrez créer de nouveaux modes de communication avec les autres, fondés sur le respect mutuel et l’autonomie. Il s’agit d’un auto-examen intensif qui nécessite une main ferme, par un processus de recherche constante et la mise en œuvre de nouveaux comportements. Il peut être très difficile d’établir la distance nécessaire par rapport à soi-même afin de disséquer le « jeu de rôles » que nous menons dans nos relations. Mais le recul dans l’autoréflexion est nécessaire pour reconstruire son estime de soi afin de ne pas souffrir d’un manque de force émotionnelle….

A lire également : Comment se débarrasser de la dépendance affective : cinq conseils pour s’en défaire.

Conseil n°4 : renforcer l’estime de soi

En définitive, avant de décrire comment cultiver une attitude de bienveillance envers soi-même, il est crucial de garder à l’esprit que ce trouble de la personnalité peut être très bien traité par une assistance thérapeutique régulière.

La plupart du temps, les personnes dépendantes sur le plan affectif sont affligées de la culpabilité de la honte ou de la culpabilité, en particulier lorsqu’elles prennent conscience de la nature destructrice de leur comportement. Il est possible qu’il/elle ne soit pas sûr(e) d’avoir une meilleure conscience de soi dans ses relations.

Si c’est le cas et que vous avez déjà réalisé des progrès dans vos méthodes opérationnelles, il est important de savoir qu’il est normal de s’en vouloir de s’être mis dans une position d’oubli de soi ou d’acceptation totale de l’autre au détriment de sa santé. Si vous avez été victime d’un individu qui a profité de votre vulnérabilité, ces sentiments peuvent être amplifiés. En réalité, ces sentiments négatifs peuvent entraîner une faible estime de soi et ne sont pas les alliés idéaux pour avancer de manière pacifique. Il est possible d’être temporairement étouffé par ce sentiment de culpabilité qui affecte la confiance que vous avez en vous et vous empêche de vous tourner vers le monde extérieur et vers l’avenir avec confiance.

Il est donc essentiel, après avoir pris conscience de votre besoin de dépendance affective et des limites de vos modes de fonctionnement, de cultiver l’amour de soi qui s’exprime par la pratique de la bienveillance à votre égard. Cette démarche est cruciale car elle vous permet d’accepter la responsabilité de votre état émotionnel de manière progressive et ainsi, d’assumer le manque émotionnel dont vous souffrez. Il est essentiel de rester en contact avec un expert qui vous aidera, vous guidera pour dépasser votre dépendance aux autres, vous rassurera sur le fait que vous êtes sur la bonne voie, vous encouragera à continuer et vous rappellera que chaque petit pas vers l’indépendance émotionnelle doit être une occasion d’être fier.

Les groupes thérapeutiques peuvent vous aider à cet égard, en vous permettant de constater que vous n’êtes pas le seul et que d’autres personnes traversent les mêmes difficultés. D’autres personnes souffrant de la même affection peuvent être une source de cette bienveillance à votre égard en ce sens qu’elles vous permettent d’acquérir de l’empathie pour des situations similaires à la vôtre et de vous sentir à l’aise. Les effets déculpabilisants d’une expérience collective résultent également du fait que vous êtes poussé à recadrer le caractère « anormal » de votre propre comportement, qui peut être source de culpabilité et d’isolement, tout en l’observant chez d’autres personnes.

Conseil n° 5 : apprenez à reconnaître et à respecter vos besoins

La dépendance affective peut vous déconnecter de vos désirs les plus fondamentaux, qui vous permettent de progresser dans un sentiment d’équilibre et d’autonomie pour satisfaire le désir primaire d’amour et de confiance qui remplit toute votre vie affective. Ce comportement crée un sentiment d’insécurité émotionnelle et vous place dans un état de manque de pouvoir dans votre esprit Il est extrêmement difficile de pouvoir agir différemment.

Lire aussi  La sécurité des chemins de fer au Canada : le rôle clé du Réseau de transport Canada

Dans le cadre d’un traitement pour vos blessures passées et en lien direct avec la restauration de votre estime de soi par l’élimination de vos croyances restrictives, c’est un processus continu de reconnexion à la personne que vous êtes le plus profondément pour (re)découvrir vos croyances et vos besoins fondamentaux.

Vous devez d’abord commencer par être capable de les écouter et de les respecter pour être respecté dans les situations interpersonnelles. Vos besoins personnels sont liés à votre caractère, à chacun d’entre vous, indépendamment de votre état émotionnel (attributs de la personnalité, préférences et capacités) …), en relation avec les valeurs qui façonnent votre caractère et vous rendent distinctif. Une façon de se reconnecter à soi-même et à ses propres besoins est de prendre le temps de s’intéresser à soi, et de prendre soin de soi.

Prendre le temps de s’occuper de soi et de prendre conscience de ce qui se passe à l’intérieur de soi est le tout premier pas, souvent difficile, vers votre véritable identité. Il se peut que vous vous sentiez d’abord envahi par le sentiment de manque lié au sentiment de solitude. Dans ce contexte, il s’agit de faire de petites actions qui vous aident à vous sentir heureux et encouragent l’auto-apaisement. Il s’agit par exemple d’écouter de la musique, de composer ou d’écrire, de se faire masser, d’ouvrir son esprit à des techniques de relaxation, etc.

Au fur et à mesure que vous progressez et vous développez, vous commencerez à remarquer la montée des désirs et des besoins qui reflètent votre moi intérieur et demandent à être reconnus et appréciés. Il peut s’agir de besoins mentaux que vous avez eu tendance à ignorer dans le contexte de vos relations avec les autres et du désir d’être entendu, d’être compris et validé et d’être reconnu pour votre valeur et votre identité personnelle . Mais il existe des besoins plus spirituels, qui font référence au sens de la vie et au besoin de paix, de beauté et de connexion, ainsi que d’appartenance, que vous n’avez peut-être pas pris le temps de nourrir. Ce sont ceux qui, une fois pris en charge et respectés, vous permettront de connaître plus de paix et d’équilibre, et surtout, plus d’autonomie. Vous apprenez à prendre soin de vous et à nourrir votre corps, ce qui vous permettra éventuellement de combler votre vide intérieur pour ne pas vous sentir vide, ou la sensation de manque et d’établir des relations avec les autres qui sont plus basées sur le partage que sur l’absence.

Se souvenir

Si le désir profond de se transformer est le facteur le plus important pour provoquer des changements, il est souvent difficile de mener à bien ce travail de reconnexion avec soi-même. C’est une entreprise qui peut prendre plusieurs mois et il est bénéfique d’être guidé et soutenu pour ne pas perdre de vue les objectifs et sentir que l’on avance de manière précise, notamment grâce à un parcours éclairant qui peut aider aux différentes perspectives, aux exercices spécifiques, et à l’aide pour l’anxiété qui pourrait survenir. Après avoir franchi ces différentes étapes, et suivi un parcours d’accompagnement adapté, vous vous sentirez enfin complet et abouti. indépendance émotionnelle Elle vous permet de vous placer dans différentes relations affectives. Vous développerez l’envie de partager et de donner sur la base de la réciprocité et, surtout, la capacité de donner sans être influencé par le besoin et l’insuffisance ou la jalousie. Vous êtes alors capable de vous apaiser en cas de besoin et de vous sentir complet en vous-même, sans avoir besoin de regarder à l’extérieur. C’est à partir de ces bases que vous pourrez vivre des expériences émotionnelles et relationnelles authentiques et satisfaisantes, sans le danger de retomber dans une dépendance émotionnelle.

%d blogueurs aiment cette page :