Hypocondriaque : 7 choses importantes à savoir pour s’en sortir

L’hypocondrie est à l’origine de l’angoisse envahissante de développer une maladie grave. Il s’agit d’un trouble anxieux qui touche plus de 8,5 millions de Français. Il est largement connu, mais souvent mal compris par l’entourage. L’angoisse de ne pas être bien n’est pas une vue de l’esprit, l’hypocondriaque s’inquiète chaque jour pour sa santé mais ne trouve rien qui puisse apaiser ses angoisses. Le stress qu’il endure quotidiennement n’est pas une invention de l’esprit et peut provoquer, dans certains cas, une dépression. Le processus pour s’en sortir est possible, mais nécessite une compréhension approfondie de l’anxiété. Voici 7 choses que vous devriez savoir si vous cherchez à ne plus être hypocondriaque.

Résumé de l’article

  1. Comment savoir si vous êtes hypocondriaque ?
  2. De quelles informations ai-je besoin pour ne plus être hypocondriaque ?
    1. Comprendre l’origine de votre peur
    2. Se préparer aux crises d’angoisse
    3. Un mode de vie sain aide à atténuer les signes d’hypocondrie
    4. La pratique d’un sport aide à surmonter l’hypocondrie
    5. Le comportement de contrôle est ce qui entretient la peur
    6. Apprenez à vous éloigner des pensées obsessionnelles .
    7. La psychothérapie est un élément crucial pour vaincre une peur .

Comment déterminer si l’on est hypocondriaque ?

L’hypocondriaque est connu pour ses nombreuses actions dans sa vie quotidienne qui pourraient être le signe d’une phobie.

  • L’hypocondriaque est toujours en train d’analyser son corps. Comme lorsque le moindre signe physique apparaît (douleurs ou crampes, boutons suspects, palpitations, etc…) …), l’hypocondriaque est persuadé de souffrir d’une affection majeure comme le cancer ou le sida.
  • Elle est toujours à la recherche de réponses concernant les signes physiques qu’elle détecte ; ses investigations se font généralement sur Internet d’où elle tire souvent ses interprétations.
  • Elle doit constamment consulter des médecins afin d’obtenir un avis médical sur la maladie dont elle pense souffrir. Pour ce faire, elle demande souvent des examens complémentaires et n’a pas peur de solliciter différents médecins pour obtenir l’avis médical qu’elle recherche, c’est-à-dire celui qui peut confirmer ses soupçons.

En plus de ces comportements primaires typiques de la personne hypocondriaque, celle-ci est également affligée d’une anxiété chronique. Cette anxiété est déclenchée par le processus consistant à se convaincre qu’elle est atteinte d’une maladie mortelle. Elle peut déclencher des crises de panique ou des crises d’angoisse, qui sont déclenchées par l’écoute obsessionnelle d’une réaction émotionnelle du corps.

Il est bon de savoir.

L’ hypocondrie est la peur d’une maladie imaginaire. Les hypocondriaques, qui sont certains d’être malades, peuvent également souffrir de nosophobie. Contrairement à l’hypocondriaque, le nosophobe a peur de contracter une maladie. Il est crucial de différencier ces deux types de phobies afin de savoir si vous êtes hypocondriaque ou non.

De quoi dois-je être conscient pour ne plus être hypocondriaque ?

Être hypocondriaque ne signifie pas avoir une maladie, mais plutôt une peur. Pour surmonter la peur de tomber malade, il y a quelques éléments à prendre en compte :

  1. Découvrez la source de votre peur
  2. Apprenez à être conscient des crises d’angoisse et à les anticiper.
  3. Un mode de vie sain peut atténuer les symptômes de l’hypocondrie.
  4. Pratiquer un sport peut aider à traiter l’hypocondrie.
  5. Le comportement consistant à vérifier ses phobies est un rappel constant.
  6. Apprendre à se défaire des pensées obsessionnelles
  7. La psychothérapie est un outil important pour surmonter vos peurs.

1. Comprendre l’origine de votre anxiété

Le développement de l’hypocondrie peut résulter de diverses raisons, notamment un traumatisme survenu dans l’enfance, le décès d’un être cher à la suite d’une longue maladie ou l’expérience de la maladie elle-même. Les personnes qui souffrent de stress et d’anxiété sont également plus enclines à développer cette peur.

La peur de tomber malade est une crainte courante chez les personnes déprimées, anxieuses et pessimistes, et qui sont plus susceptibles d’être mélancoliques. En fait, une personne qui ressent un sentiment lancinant au fond de son âme est susceptible de prêter plus d’attention à son état de santé et de développer un type d’hypocondrie.

Toutefois, l’anxiété peut également entraîner le développement d’autres peurs paniques, comme l’aviophobie.

L’anxiété liée à la maladie peut se développer dès l’enfance en raison de facteurs tels que le traumatisme émotionnel d’une perte. Si la perte d’un être cher a été soudaine et causée par une maladie, il se peut que vous ayez inconsciemment relié sa mort à la maladie qui l’a affecté.

Lire aussi  5 signes pour reconnaître l'impuissance sexuelle et la soigner

Après ce traumatisme, il est possible de développer un type d’anxiété liée à la maladie. Vos pensées guident votre désir de découvrir toute maladie avant qu’elle ne vous frappe. De plus, si la personne que vous aimez a été diagnostiquée tardivement, il est probable que vous deveniez hypocondriaque pour éviter de répéter ce schéma douloureux.

Dans d’autres situations, il est possible qu’une personne devienne hypocondriaque lorsqu’elle éprouve inconsciemment un déficit émotionnel. Dans les premières années, les parents prêtaient attention à l’enfant uniquement lorsqu’il était malade. À l’âge adulte, la maladie est l’occasion d’attirer l’attention des membres de la famille.

Dans un contexte sanitaire plus récent, la pandémie associée au COVID-19 a également entraîné le développement de la peur. En effet, l’obsession d’être positif à ce virus a radicalement modifié le comportement des personnes lorsqu’elles sont en contact avec une maladie ou un microbe.

Les gestes de la barrière ont fait prendre conscience à la population des dangers de la contamination que l’on peut trouver partout. L’hypocondrie pouvait résulter de ce problème de santé. Le moindre symptôme nous pousse à penser à la maladie dont nous pourrions souffrir pour nous assurer que nous n’avons pas le COVID-19. De cette façon, le rapport à la maladie changeait et augmentait le stress des hypocondriaques.

De plus, pour certaines personnes, cette maladie a entraîné de nouveaux comportements comme l’anxiété face à la solitude. De nouvelles peurs ont été identifiées, comme l’autophobie.

Bon à savoir.

Comprendre la raison pour laquelle vous êtes devenu hypocondriaque peut être essentiel pour vous soulager de votre anxiété. Pour déterminer la cause de votre peur, il est essentiel de revisiter le passé, généralement un an avant le début du trouble. La racine de la peur n’est pas toujours facile à déterminer par soi-même, alors n’hésitez pas à vous adresser à un expert en santé mentale pour vous guider dans votre démarche.

2. La capacité à anticiper les crises d’angoisse

L’hypocondrie est un état d’anxiété lié à la santé.

Pour éviter que les crises d’angoisse ne se répètent, vous pouvez utiliser des techniques de relaxation.

Elles vous permettront d’éviter et de prévenir les crises d’angoisse. La pratique de la méditation de pleine conscience et de relaxation peut vous aider à diminuer vos pensées négatives et vos pensées de regret. Ainsi, vous diminuerez considérablement votre niveau de stress dû à l’hypocondrie.

En plus des différentes méthodes de relaxation parmi les différentes techniques de relaxation, vous pouvez choisir le yoga, les exercices de respiration ainsi que la sophrologie.

Chacune de ces méthodes améliorera votre santé générale et votre capacité à réduire votre anxiété. En fait, vos crises de panique sont dues à un niveau de stress excessif.

En apprenant à gérer le stress, en faisant des exercices de relaxation, vous serez capable de minimiser les éléments déclencheurs des crises d’angoisse. Vous serez également capable d’arrêter une crise avant qu’elle ne commence.

Consultez également : Agoraphobie : 8 signes à identifier et à traiter

3. Une vie saine peut atténuer les signes d’hypocondrie

Pour éviter l’hypocondrie, vous devez mener une vie saine et équilibrée. Cela implique divers aspects, comme dormir suffisamment et avoir une alimentation saine, ne pas trop manger et se laisser aller à la détente.

Un mode de vie sain peut contribuer à prévenir les maladies. En adoptant régulièrement des habitudes saines, vous pouvez prendre soin de votre santé.

La relaxation peut aider à soulager votre corps et à réduire le stress résultant de la peur de tomber malade. Un mauvais mode de vie peut affecter votre corps et le faire souffrir. Qui n’a pas eu de vertiges à la suite d’un sommeil insuffisant ou de maux de tête après une sortie nocturne ?

L’hypocondriaque interprète ces symptômes comme un signe de maladie. Pour éviter l’anxiété, il est essentiel qu’il mène une vie active et saine, sans pour autant se priver des plaisirs de la vie. Tout cela fait partie de la relaxation et donc de la libération de l’hypocondrie.

Lire aussi  Comment gérer son stress ? 11 conseils de psy pour s'en libérer

Lire aussi Emétophobie : 10 astuces pour vaincre la peur de vomir

4. La pratique d’un sport aide à traiter l’hypocondrie.

Pratiquer un sport est essentiel pour maintenir votre équilibre mental. Grâce à ses effets positifs sur votre bien-être mental et physique, il peut vous permettre de vous débarrasser de votre hypocondrie.

Le sport vous permet de vous débarrasser du stress de la vie quotidienne. Il crée également un sentiment de paix et de bien-être grâce à la production d’endorphine, de dopamine, de noradrénaline et d’adrénaline.

Grâce à une activité physique et sportive régulière, vous pourrez retrouver votre corps et en reprendre le contrôle. Le sport que vous pratiquez permet de détendre votre corps et contribue à faire disparaître les maux et les angoisses.

Pour se libérer de l’hypocondrie, il est essentiel de consacrer ce temps à soi-même. L’expérience de surmonter des défis peut également renforcer la confiance en soi.

Certains experts pensent qu’une personne est hypocondriaque en raison d’une auto-agression qu’elle refoule. Par conséquent, le sport est logique et peut aider à l’extérioriser.

L’hypocondriaque peut se défouler en pratiquant une activité sportive ou physique au lieu de l’utiliser contre les autres. Vélo tout terrain, course à pied, escalade, judo … Vous choisissez le sport qui vous convient et qui vous plaît.

C’est bon à savoir.

La pratique du sport est un élément clé de la santé et du bien-être de notre corps. De plus, les avantages de la pratique sportive en termes de santé et de forme physique sont nombreux.

  • Amélioration du fonctionnement du cœur et de la circulation sanguine
  • L’entretien des os et des articulations
  • Réduction du stress et du risque de cancer
  • Favorise le sommeil

5. Les comportements contrôlés peuvent contribuer à entretenir la phobie

Un autre aspect à prendre en considération pour éviter les pièges de l’hypocondrie, est de ne pas faire un contrôle approfondi de son comportement.

Pour s’en assurer, il faut toujours vérifier son état de santé général et scruter son corps dès qu’il en a la possibilité. Un bouton suspect ? Une palpitation inhabituelle ? Un point de côté ? Si un malaise est remarqué, l’hypocondriaque effectue de nombreuses études pour écarter la possibilité d’une maladie.

Il va donc chercher la signification de ses symptômes dans des magazines sur la santé, des dictionnaires médicaux ainsi qu’en ligne sur Internet. La première chose qu’un hypocondriaque fera lors d’une crise est de chercher sur Internet la cause de ses symptômes.

Si vous êtes victime de ce genre de comportement, il est essentiel de reconnaître que cette approche n’est pas utile et qu’elle aura l’effet inverse de celui que vous espériez. Elle augmentera considérablement votre niveau de stress.

La recherche est déclenchée par le désir d’en savoir plus sur les maladies afin de ne pas les ignorer au cas où elles auraient un effet sur elles. Cependant, il arrive que les symptômes soient similaires à ceux de différentes maladies. Il peut s’agir d’une pathologie bénigne ou plus grave. Mais, cela ne signifie pas que vous êtes atteint de la maladie la plus dangereuse.

Aujourd’hui, grâce à Internet, la toile est une source inépuisable d’informations. Cependant, vous devez être sûr que les sources sont fiables.

Pour les personnes proches de l’hypocondriaque, il est difficile de les réconforter car elles sont concentrées sur leur état.

6. Apprenez à vous débarrasser des pensées obsessionnelles

Pour faire face à l’hypocondrie et à la dépression et s’en débarrasser, il est essentiel d’apprendre à remplir son esprit d’autres choses. Les activités culturelles et artistiques sont d’excellentes stratégies pour garder votre esprit libre de votre maladie.

L’hypocondrie est un état qui survient lorsqu’une personne est sujette à un flot de pensées et a tendance à ruminer excessivement. L’objectif est de garder votre esprit occupé afin de limiter les pensées malsaines et excessives. Cela permettra d’atténuer l’anxiété et le stress.

Pour oublier ses soucis, il est recommandé de s’engager dans des activités où l’esprit est à un niveau de concentration extrêmement élevé. Par exemple, il est recommandé de s’adonner à des activités telles que la sculpture, la peinture ou la poterie.

Lire aussi  Stress post-traumatique : 15 symptômes qui ne trompent pas

En outre, les activités culturelles peuvent aider l’hypocondriaque à distraire son esprit et à le libérer d’un enchevêtrement de pensées. Par exemple, il peut faire de la danse, du chant et de la musique, ou même du yoga.

En réalité, lorsque vous êtes engagé dans ces activités, votre esprit sera concentré sur ce qu’il fait (peindre le paysage, créer de la poterie, ou créer quelque chose) …) mais pas sur les pensées qui sont trop liées à la peur de tomber malade.

Ainsi, l’hypocondriaque risque de faire moins attention à son corps, et d’être moins attentif aux symptômes potentiels qui pourraient l’amener à faire des recherches sur Internet.

Grâce à ces activités, le cerveau est capable de se calmer et de moins penser à des maladies comme le cancer et les tumeurs.

7. La psychothérapie est une aide importante pour surmonter une peur

Afin de surmonter son anxiété face à la maladie, l’hypocondriaque peut décider de commencer une psychothérapie s’il souffre de somatisation.

La somatisation est « un processus inconscient par lequel la personne exprime son anxiété à travers et dans le corps » que seuls des professionnels de la santé mentale comme un psychologue peuvent exposer dans le cadre d’une thérapie.

Lorsqu’il s’agit du traitement le plus populaire, c’est aussi le plus efficace car il permet de surmonter complètement la peur. Parler de votre état avec un expert peut vous aider à identifier la racine du problème et vous aider à le surmonter.

L’hypocondriaque rencontrera régulièrement un psychothérapeute pour atténuer ses symptômes. Le thérapeute adaptera son approche aux besoins du patient. L’objectif de la thérapie est d’améliorer l’état psychologique d’une personne souffrant de douleurs.

La thérapie offre également un élément préventif pour éviter les rechutes et permet de traiter d’autres troubles qui peuvent être associés à cette peur, comme par exemple l’anxiété, la dépression et les obsessions ainsi que la perte de confiance en soi. La psychothérapie est basée sur une relation entre le corps et la psyché, et l’environnement.

Parmi les méthodes les plus efficaces figurent la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et l’EMDR.

La TCC encourage la correction des idées fausses concernant la santé. Le psychologue aide le patient à prendre conscience des effets de son anxiété et l’aide à rationaliser le problème. En démantelant progressivement ses croyances, le patient adopte une pensée plus objective et se défait peu à peu de son habitude de mal interpréter les informations médicales.

Cela permet de réduire ses comportements de réassurance ou de vérification lors de l’apparition des symptômes. Un traitement psychotrope, un antidépresseur ou un tranquillisant est également administré à l’hypocondriaque, en fonction de ses angoisses.

La deuxième psychothérapie utilisée pour traiter l’hypocondrie est l’EMDR. Si votre anxiété à l’idée d’être malade résulte d’un traumatisme, comme la perte d’un être cher à cause de la maladie, l’EMDR peut être extrêmement efficace. EMDR est un acronyme pour Eye Movement Desensitization Reprocessing . Il permet au patient de devenir moins sensible à la personne qui déclenche son anxiété grâce à des mouvements oculaires bilatéraux et alternés.

C’est bon à savoir.

Parfois considérée comme négative, l’hypocondrie peut avoir un impact négatif sur l’équilibre mental des personnes, sur les interactions sociales et sur la vie professionnelle de ceux qui souffrent de cette peur. Avec l’aide de l’expertise médicale, l’hypocondriaque est à la recherche d’une base somatique rationnelle. Comme toutes les phobies, il existe des moyens de la surmonter et de vaincre cette peur qui est irrationnelle. Que ce soit en s’occupant l’esprit avec une activité artistique ou culturelle, en pratiquant un exercice physique ou un sport ou en prenant contact avec un psychologue pour un suivi thérapeutique approfondi, il existe de nombreux moyens de la surmonter et de limiter ses comportements alarmistes face à la maladie.

%d blogueurs aiment cette page :