Soins de support : l’importance d’une approche globale

Les soins de support sont des soins qui ne sont pas directement liés à la maladie, mais qui permettent d’améliorer la qualité de vie du patient et de son entourage.

Ils sont dispensés par une équipe interdisciplinaire (médecin, infirmière, psychologue, assistant social, diététicien, kinésithérapeute) et peuvent être associés aux traitements spécifiques de la maladie.

Les soins de support sont donc destinés aux personnes atteintes d’une maladie grave ou chronique.

La fin de vie

Le mieux qu’il puisse vous arriver est que votre cancer n’évolue pas. A l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement qui permette d’enrayer la progression du cancer.

Il est donc essentiel de bien se préparer à ce que la maladie évolue vers une issue fatale.

Le pronostic vital du patient peut être engagé. Pour cela, il faut prendre le temps de comprendre les traitements et l’évolution possible de votre cancer. Cette étape est importante pour vous rassurer sur votre avenir et celui de vos proches.

soins de support

La santé mentale

Les soins de support sont des soins qui ne font pas l’objet d’une prise en charge spécifique et qui visent à améliorer la qualité de vie des personnes malades ou à leur apporter un soutien psychologique.

Ils s’adressent aux patients atteints de tous types de pathologies (cancer, diabète, etc.), mais aussi aux aidants proches.

Les soins de support peuvent être dispensés par des professionnels médicaux ou non médicaux (psychologue, infirmier, assistant social, etc.).

Le domaine des soins de support est très large.

Il englobe les actes suivants :

  • L’accompagnement du patient et/ou des proches
  • Le soutien psychologique
  • Les traitements complémentaires
Lire aussi  Le carcinome trichoblastique : causes, symptômes et traitement

L’alcoolisme

L’alcoolisme est une maladie chronique qui peut être soignée.

L’alcoolisme est un problème de santé publique qui touche aujourd’hui 4 millions de personnes en France, dont 500 000 alcooliques. Un tiers des hommes et la moitié des femmes consomment régulièrement de l’alcool. Selon certaines études, les femmes consommeraient plus d’alcool que les hommes, ce qui n’est pas sans conséquence sur leur santé. Des chercheurs ont constaté qu’un verre d’alcool par jour pouvait augmenter le risque de décès prématuré jusqu’à 40%.

Le suicide

La surmédicalisation de la société est souvent pointée du doigt pour expliquer le nombre croissant de suicides. Dans une société où tout va plus vite, où l’on veut toujours aller plus loin et enfin, dans un contexte économique difficile, il est normal que certains se retrouvent démunis face à des problèmes qui paraissaient insurmontables auparavant.

La surmédicalisation de la société est souvent pointée du doigt pour expliquer le nombre croissant de suicides. Pourquoi ? Est-ce bien justifié ? Peut-on agir ?

La dépendance

Le maintien à domicile est un enjeu de santé publique majeur.

Les personnes âgées représentent une part croissante de la population et le vieillissement de la population, combiné aux progrès médicaux, entraîne une augmentation du nombre de patients dépendants. Dans ce contexte, l’un des principaux objectifs du Plan Alzheimer est d’encourager les aidants naturels à recourir au maintien à domicile. Pour ce faire, il faut que les personnes âgées soient bien prises en charge par les professionnels et qu’elles puissent rester chez elles le plus longtemps possible.

Le maintien à domicile peut se révéler être un choix judicieux pour certaines personnes dépendantes qui souhaitent préserver leur autonomie et garder un lien social avec leurs proches. Par contre, il convient de souligner que cela ne signifie pas forcément que tout va toujours bien ! Il y a lieu d’être particulièrement vigilant face aux risques liés au manque d’aide ou aux problèmes liés au placement des aides techniques (maladresse, chute…). Ainsi, il importe avant tout d’aménager son logement pour éviter les accidents domestiques et favoriser l’autonomie des personnes dépendantes (mise en place de rampes d’accès…).

Lire aussi  Le traitement du phéochromocytome

Lorsque la situation devient trop difficile pour la famille ou si elle ne peut plus assurer les soins nécessaires à son parent dépendant, il est possible de faire appel aux services d’une maison de retraite médicalisée. Cette alternative permet notamment d’avoir accès à des soins mais aussi des repas adaptés et une surveillance permanente 24 h/24.

La maladie

La maladie est un mot qui fait peur, mais qui en réalité représente une étape de la vie.

Il se pourrait que vous soyez atteint d’un cancer et que votre santé soit menacée par cette maladie.

Votre entourage sera alors très présent pour vous aider à surmonter cette épreuve. Si vous êtes seul(e) et que vous ne savez pas vers qui vous tourner, n’hésitez pas à contacter le service d’oncologie de l’hôpital ou la ligue contre le cancer proche de chez vous.

Ils sauront quoi faire pour vous aider, quelles démarches effectuer afin de gérer au mieux votre crise et comment prévenir les risques liés à ce type de pathologie.

La mort

La mort est un thème qui peut être difficile à aborder. Pourtant, c’est une réalité qu’il faut accepter et sur laquelle il faut se préparer.

La mort est souvent associée à l’idée de perdre des personnes que nous aimons, ce qui est un sentiment très douloureux. Toutefois, la mort peut aussi être vue comme une opportunité de faire le point sur sa vie et d’accepter le changement que cela implique.

Il convient donc d’aborder la question de manière positive afin d’envisager les choses sous un angle plus optimiste.

Lire aussi  Le KI-67, un outil important dans le diagnostic du cancer du sein

En conclusion, les soins de support sont des moyens thérapeutiques qui permettent de soulager la douleur et la souffrance des patients. Les soins de supports s’appliquent à tous les domaines de la médecine (chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie…)

%d blogueurs aiment cette page :