PERSONNALITÉ BORDERLINE : causes symptômes et solutions

Les difficultés émotionnelles telles que l’instabilité émotionnelle, l’impulsivité… Les traits de caractère d’une personnalité borderline sont divers. Ils sont source de souffrance pour l’individu touché ainsi que pour les membres de sa famille dont les relations sont fragiles sont fréquentes. Quelles sont les causes profondes de cette affection ? Comment l’identifier et quels sont les moyens actuels pour mieux vivre dans le monde du TPL ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions auxquelles il faut répondre pour mieux comprendre la nature de la personnalité borderline et savoir comment la gérer de manière appropriée.

Le résumé de l’article

  1. Qu’est-ce que la personnalité borderline exactement ? Définition
  2. Quels sont les signes du trouble de la personnalité limite ?
    1. Symptôme NDEG1 A instabilité de l’humeur
    2. Le deuxième symptôme est un sentiment récurrent de colère
    3. Le troisième symptôme est des idées et/ou des comportements suicidaires récurrents
    4. Quatrième symptôme : Irresponsabilité marquée
    5. Cinquième symptôme : Un sentiment constant de vide
    6. Le symptôme n°6 est la peur d’être abandonné
    7. Symptôme #7 Les relations sont instables
    8. Symptôme #8 Une image de soi instable
    9. Symptôme #9 La possibilité d’avoir des cas périodiques de dissociation
  3. Pourquoi les gens deviennent-ils borderline ? Les causes du TPL
    1. Cause ndeg1 : Traumatisme et micro-traumatisme
    2. Cause ndeg2 : Troubles de l’attachement
  4. Comment traiter le trouble de la personnalité borderline ?
    1. Clé ndeg1 : Investir dans une psychothérapie
    2. Clé ndeg2 : Identifier les indicateurs
    3. Clé ndeg3 : Apprendre à s’apaiser
    4. Clé ndeg4 : Conseils aux personnes proches de la personnalité borderline

Qu’est-ce que la personnalité borderline ? Définition

Le terme de personnalité borderline est un concept psychopathologique complexe. En psychiatrie, on parle de trouble de la personnalité borderline (TPL) pour désigner un phénomène psychologique individuel qui se caractérise par une variété de traits de personnalité bien connus qui peuvent être négatifs pour l’adaptation sociale et la stabilité personnelle de la personne qui en souffre.

Au début de la recherche dans le domaine de la psychanalyse, la psychanalyse était le premier champ d’étude. Le BPD a été reconnu comme une pathologie limite, c’est-à-dire le juste milieu entre la psychose et la névrose ; c’est ainsi que l’on parle souvent d’états limites pour désigner ce type de fonctionnement psychotique.

Contrairement à ceux qui sont dans l’état psychotique, ils pourraient avoir développé des bases de sécurité psychique qui leur permettent d’avoir une connexion ininterrompue avec la réalité mais sans avoir la capacité de se défendre contre les angoisses intenses qui les traversent en raison des mécanismes de défense plus complexes de la nature névrotique.

Bergeret décrit la position « d’entre-deux » comme le résultat du traumatisme de la petite enfance, qui aurait pu affecter l’individu et rendre difficile le développement mental optimal, c’est-à-dire dans le registre névrotique en raison d’une profonde blessure narcissique.

L’existence de structures psychologiques stables (psychose ou névrose) est un argument légitime Cette théorie a l’avantage de fournir une description approfondie de la variété des différents modes de fonctionnement, ainsi que d’identifier différents types d’anxiété ainsi que des mécanismes de défense en fonction de notre structure psychique.

Nous pouvons constater que le stress ressenti par les personnes considérées comme borderline est une anxiété liée à la perte d’objet, semblable à la blessure d’abandon qui est ramenée dans les relations amoureuses, et notamment celles où l’intimité est la plus forte.

Les personnes qui souffrent de troubles de la personnalité borderline ont tendance à utiliser des mécanismes de défense qui jouent la relation entre soi et les autres à la manière d’un clivage. Il leur est difficile de voir les autres comme un tout (aussi bien les « bons » que les « mauvais ») et elles sont susceptibles de les rendre romantiques ou de les détester en fonction de leurs valeurs personnelles.

De même, les parties de soi considérées comme faibles, fragiles, sont souvent rejetées et éliminées par le déni et la projection sur les autres, indépendamment de soi.

La principale affection des personnes borderline est leur dépression qui s’accompagne d’un fort sentiment d’abandon, de manque d’appartenance et de vide.

C’est une bonne idée de savoir.

Selon la vision développée par Bergeret, la structure du trouble de la personnalité borderline regroupe différents types de personnalité. En fait, on pense que ce type de structure intermédiaire est capable de se développer en structures stables et de se former selon différents modèles de fonctionnement qui tendent à être névrotiques ou psychotiques et aussi de l’autre côté de la perversion et de la psychopathie, selon les traits et les expériences individuels.

De cette façon, l’état limite décrit par la psychanalyse pourrait se référer à une variété de troubles de la personnalité analysés par la psychiatrie comme la personnalité borderline, la personnalité antisociale et la personnalité narcissique, notamment.

Quels sont les signes du trouble de la personnalité borderline ?

Si nous concentrons notre attention sur le trouble de la personnalité borderline qui est identifié dans le manuel de référence pour diagnostiquer les troubles mentaux (DSM 5) nous pouvons trouver :

  • Le mode relationnel anaclitique le besoin de soutien, renvoyant à la question de ne pas pouvoir faire l’expérience d’être isolé de l’autre,
  • L’agressivité, dans son sens large
  • Le trouble de l’identité Le trouble de l’identité : l’image de soi est instable.
  • Une tendance dépressive qui est liée au sentiment d’être abandonné (Grinker 1968).
Lire aussi  Syndrome de Peter Pan : 7 Signes que vous ne voulez pas grandir

Le DSM définit donc neuf critères pour déterminer le diagnostic du trouble de la personnalité borderline :

  • Symptôme 1 : Instabilité de l’humeur
  • Symptôme n°2 : Un sentiment constant de colère
  • Symptôme #3 : Pensées suicidaires récurrentes ou autre comportement
  • Le symptôme #4 est une impulsivité marquée
  • 5ème symptôme : Un sentiment constant d’être vide
  • 6. Peur d’être abandonné
  • Symptôme n° 7 : Instabilité au sein des relations
  • Instabilité de l’image de soi
  • Symptôme n° 9 : La possibilité d’avoir des épisodes occasionnels de dissociation

Le premier symptôme est : L’instabilité de l’humeur

Le premier signe du trouble que nous pouvons identifier est la présence de troubles de l’humeur. La personne borderline fait preuve d’une grande sensibilité aux stimuli de l’environnement avec lequel elle est en contact. Cette réactivité peut provoquer des crises émotionnelles extrêmes.

La durée de ces crises varie de quelques heures à quelques jours, en fonction de leur gravité. Il peut s’agir, par exemple, d’attaques de panique ou de douleurs émotionnelles intenses.

Le deuxième symptôme est un sentiment constant de colère.

Une deuxième raison est qu’une personne souffrant d’un trouble limitant peut avoir des difficultés à contrôler ses émotions, notamment une colère excessive.

En fonction de la circonstance à laquelle elle est confrontée, la personne souffrant d’un trouble limite peut éprouver des sentiments de colère intenses, ce qui peut déclencher un type d’impulsivité chez elle. Par exemple, cet excès de colère peut amener la personne souffrant de ce trouble à devenir violente.

Symptôme n° 3 : Idées et/ou comportements suicidaires récurrents

Le troisième signe de ce trouble est le comportement suicidaire. Il peut s’agir d’idées ou de comportements suicidaires, en fonction de la personne et de la situation dans laquelle elle se trouve.

Les personnes souffrant de ce trouble peuvent occasionnellement s’automutiler.

Le symptôme n° 4 est une impulsivité marquée

Un autre symptôme qui indique la présence d’un trouble de la personnalité borderline est l’impulsivité du comportement de l’individu. La personne borderline peut agir d’une manière qui présente un risque pour elle et qui est qualifiée de comportement autodestructeur.

Par exemple, ces actions peuvent se caractériser par la consommation de drogues ou d’alcool, le fait de se mettre en danger en cas d’agression sexuelle, la conduite imprudente et la frénésie alimentaire ou les dépenses excessives.

5. Symptôme 5 : Sentiment persistant d’être vide

Le cinquième symptôme diagnostiquant un comportement borderline est un sentiment persistant de vide. Le sentiment de vide peut être décrit comme un trouble émotionnel fréquent chez les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité borderline.

Ils se sentent vides et sont susceptibles de s’ennuyer. Elles tentent de se remplir, de quelque manière que ce soit.

Symptôme n° 6 : Peur d’être abandonné

La peur d’être abandonné est un signe que l’on observe souvent chez les personnes souffrant de troubles de la personnalité borderline. Le TPL augmente la sensibilité de la peur d’être séparé chez les personnes qui souffrent de cette maladie. Par exemple, lorsqu’un couple est impliqué, la peur d’être abandonné peut conduire au sentiment d’être émotionnellement dépendant de son conjoint.

L’angoisse d’être rejeté par un professionnel de l’amour ou le rejet amoureux est une angoisse féroce ressentie par ces personnes.

La peur d’être abandonné pourrait être le résultat d’une fuite devant des situations qu’une personne craint d’être émotionnellement risquées. Dans ce cas, il s’agit de comportements d’évitement.

Le symptôme n° 7 est l’instabilité relationnelle.

Être considéré comme borderline signifie également que vous vivez des relations instables. Cela est dû à un changement entre la dévalorisation et l’idéalisation d’une autre personne. Vous pouvez aimer quelqu’un un jour, mais le détester le lendemain.

Vos relations sont donc instables et cela peut vous affecter ainsi que les personnes que vous chérissez. Par exemple, d’un jour à l’autre, vous pouvez ne pas vouloir rencontrer quelqu’un d’autre sans explication. Dans votre vie quotidienne, cela peut être un problème d’un point de vue personnel et professionnel.

Instabilité de l’image de soi

Si votre image de vous-même a tendance à fluctuer fréquemment, cela peut être un signe que vous souffrez du trouble de la personnalité borderline.

Vous passez par des cycles avec vous-même, vous vous aimez parfois et vous vous dévalorisez à d’autres moments. L’image que vous avez de vous-même change et fluctue, et vous éprouvez de l’instabilité dans vos croyances et vos projets, ainsi que dans vos relations avec vous-même.

Symptôme n° 9 : Possibilité d’avoir des épisodes périodiques de dissociation

La dernière indication et le dernier signe que nous allons aborder dans cet article pour vous aider à déterminer si vous êtes une personnalité équivoque ou non, sont les symptômes dissociatifs.

Vous pouvez connaître des périodes de persécution avec le sentiment d’être éloigné de votre moi et dissocié avec une perte de la réalité. Cela peut se produire dans des situations stressantes, notamment après avoir subi un traumatisme.

C’est une bonne idée de savoir.

Si les personnes qui souffrent de troubles de la personnalité borderline représentent environ 2 % de la population mondiale selon l’OMS, elles sont plus nombreuses parmi les patients dans le domaine de la psychiatrie (près de 10 %). En effet, contrairement à d’autres troubles de la personnalité (antisociaux ou narcissiques en général, et schizophrénie en particulier), le trouble de la personnalité borderline peut être source de souffrances importantes, pouvant entraîner un besoin d’aide et des hospitalisations en lien avec des pensées suicidaires, voire des passages à l’acte.

Lire aussi  DÉSTABILISER UN PERVERS NARCISSIQUE : Comment faire ?

Le trouble de la personnalité borderline est plus répandu chez les femmes qui représentent les trois quarts des patients diagnostiqués.

Nous sommes donc confrontés à un trouble qui peut affecter les dimensions affectives, cognitives et interpersonnelles de la vie quotidienne et qui peut constituer un véritable obstacle au maintien d’une saine intégration sociale dans notre vie et au niveau professionnel.

Différents guides d’entretien structurés ou semi-structurés ont été créés pour faciliter le diagnostic de ce trouble, qui est généralement découvert au début de l’âge adulte. Cependant, certains symptômes découverts à l’adolescence, tels que les problèmes corporels, le besoin de relations exclusives et une forte sensibilité à l’automutilation et au rejet de soi, sont de bons indicateurs de la probabilité de développer un trouble de la personnalité borderline et permettent de proposer un traitement précoce dans une optique de prévention.

Ce diagnostic est crucial dans la mesure où il permet un traitement adéquat et une meilleure compréhension du fonctionnement de l’individu. Il permet également d’informer les membres de la famille et les amis des caractéristiques sous-jacentes du trouble de la personnalité borderline et de les aider à accompagner leurs proches dans ce processus qui peut être émotionnel et source de confusion.

Qu’est-ce qui fait qu’une personne devient borderline ? Les raisons du TPL

Voici les deux principales raisons de la formation des personnalités borderline…

  1. Traumatismes et micro-traumatismes
  2. Troubles de l’attachement

Cause ndeg1 : Traumatisme et micro-traumatisme

Des études cliniques ont révélé que les traumatismes de l’enfance, qu’il s’agisse d’abus sexuels, de maltraitance ou de séparation d’avec les parents ou une personne significative sur le plan affectif, sont généralement rencontrés dans l’enfance des personnes souffrant du trouble de la personnalité borderline. Cependant, ce n’est pas tout à fait cohérent. En général, la peur d’être abandonné qui est associée à des expériences perçues comme traumatisantes est commune.

Des micro-traumatismes tout au long de la vie, généralement déclenchés par des relations douloureuses, peuvent être à l’origine du développement d’un trouble borderline qui se caractérise par un mode de fonctionnement « supérieur » en ce sens que les causes sous-jacentes ne sont pas dues à un événement ou à un fait initial désorganisateur, mais plutôt à des perturbations émotionnelles qui n’établissent pas la structure psychologique sous-jacente.

Par conséquent, il a été prouvé qu’un environnement qui ne soutient pas les expériences et l’expression émotionnelles de l’enfant est un facteur contribuant au développement du trouble de la personnalité borderline (TPL ). Si les sentiments de l’enfant ne sont pas validés ou confirmés, mais qu’ils sont au contraire considérés comme inappropriés, ignorés ou exagérés, voire snobés, l’enfant est confronté à un manque de soutien émotionnel. Ce soutien est essentiel car il permet le développement de la régulation émotionnelle et le développement d’un narcissisme solide qui repose sur la compréhension de l’importance et de la valeur de la vie personnelle de l’enfant.

Cause ndeg2 : Les troubles de l’attachement

Si nous utilisons les théories de l’attachement pour expliquer le processus de développement des troubles borderline, nous constatons que les patients qui en souffrent ont développé un style d’attachement insécure qui se caractérise par la désorganisation, ce qui signifie qu’ils sont susceptibles de réagir aux expériences de séparation de manière volatile, soit par la non-réaction au retour de leur parent (ce qui est une indication d’un détachement défensif qui est caractéristique d’un attachement évitant), soit par des réponses frénétiques et peut-être explosives.

Ainsi, nous pouvons observer chez l’adulte borderline la tendance à  » coller  » émotionnellement à la personne afin de se sentir en sécurité en créant un sentiment de proximité qui peut être source d’anxiété. C’est le paradoxe du comportement borderline qui se manifeste dans ce cas par la recherche intense d’affects et le rejet simultané d’une situation de dépendance et de fusion qui fait peur. Les causes et les conséquences de ce trouble sont : les problèmes relationnels et la régulation émotionnelle sont au cœur de la problématique du borderline.

Comment aider à traiter le trouble de la personnalité borderline ?

Voici quatre conseils pour gérer et mieux vivre avec le trouble de la personnalité borderline.

  1. Les avantages d’investir dans une psychothérapie
  2. Trouver les indicateurs
  3. Apprendre à s’apaiser
  4. Conseils pour l’entourage de la personne borderline

Clé ndeg1 : Investir dans une psychothérapie

Certaines psychothérapies peu répandues en France comme la thérapie comportementale dialectique (TCD) ou la thérapie centrée sur le transfert (TFT) sont considérées comme particulièrement adaptées au traitement des troubles de la personnalité borderline…. Il n’y a cependant pas de méthode de traitement plus efficace que l’autre et c’est pourquoi elle est suggérée à cet égard. Si vous êtes actuellement inscrit à un programme de traitement, que ce soit par vous-même ou en conjonction avec une hospitalisation, il pourrait être bénéfique de vous recommander à un spécialiste ayant des connaissances spécialisées et de l’expérience en matière de trouble de la personnalité borderline. Il pourra vous aider, mais aussi faire appel aux nombreuses ressources et conseils fournis par des associations spécialisées comme l’AFORPEL ainsi que l’AAPEL.

Lire aussi  Stress post-traumatique : 15 symptômes qui ne trompent pas

Vous devrez choisir le thérapeute et le type de traitement qui vous conviennent le mieux, qui vous permettront d’être ouvert et vous aideront dans votre cheminement vers le bien-être, en fonction de vos exigences et de votre sensibilité auxquelles la méthode thérapeutique doit être adaptée.

En complément de cette approche thérapeutique et conformément à l’avis d’un médecin qualifié, un traitement personnalisé est en mesure d’atténuer les symptômes les plus agressifs et d’aider à soulager l’anxiété, la dépression ou les sautes d’humeur.

Clé n° 2 : identifier les indicateurs

En plus de ces approches orientées vers un soutien externe, il est également possible de développer et d’élaborer par soi-même les outils et les réponses qui peuvent limiter la sévérité et/ou l’impact de certains symptômes. Par exemple, il peut être utile d’identifier les indicateurs précurseurs de l’apparition d’un trouble lié au TPL en observant la qualité du sommeil, la fréquence de ses biorythmes, les fluctuations de son humeur et les éventuels signes d’agressivité, etc. Même si la simple identification des signes ne suffit pas à diminuer l’intensité de la crise, devenir plus conscient de soi en observant ses fréquentes réactions émotionnelles peut aider à reprendre le contrôle d’un état de détresse que l’on n’arrive pas à affronter, à être plus conscient de ses propres processus internes et, sinon complètement, à diminuer le stress lié à l’incertitude de nos réactions envers nous-mêmes.

La troisième clé est d’apprendre à s’apaiser.

Si vous êtes confronté à des pensées autodestructrices qui prennent le dessus pour vous sentir vivant au milieu du vide ou, au contraire, pour vous calmer lorsque vous êtes dans une situation stressante de tension mentale, vous pouvez essayer de stimuler vos sens (par des sons, des huiles essentielles gustatives qui stimulent les sens, ou des stimulations corporelles basées sur la chaleur comme sur le froid…), pour rétablir l’intensité que vous recherchez au niveau de la perception sans vous mettre en danger par une automutilation ou un comportement dangereux.

Un des facteurs les plus importants pour revenir progressivement à un état émotionnel plus équilibré, outre le soutien extérieur qui est indispensable, est la connaissance de soi qui permet de prévenir et aide à mieux gérer certains symptômes du trouble.

Clé ndeg4 : Conseils à ceux qui vivent près de la frontière

Nous terminerons en nous adressant à ceux qui sont les proches de la personne borderline qui se sentent souvent impuissants et aussi pris dans les turbulences constantes que la personne atteinte du trouble leur fait vivre. On peut donner de nombreuses suggestions qui aident à s’adapter à la maladie le plus facilement possible, tout en aidant ceux qui aiment la personne qui en souffre à supporter la relation le moins possible.

Vous pouvez trouver de nombreuses sources de ce type auprès d’associations spécialisées dans l’entraide et la formation dans le cas des troubles borderline. Mais, il est important de comprendre comment se préserver des dommages émotionnels causés par des situations fusionnelles psychologiquement dangereuses où la personne que vous aimez profondément, qui est considérée comme une personne négative pour vous, vous tire vers le bas malgré elle : « collage » et rejet idéalisation et dévalorisation exaltation et dépression. Il est important de se rappeler que vous n’êtes pas responsable de l’actualité du trouble, et que vous n’êtes pas en mesure de le contrôler. Il n’est pas trop tard pour changer votre situation en créant et en maintenant une distance émotionnelle et psychologique adéquate entre vous et l’être aimé, afin d’éviter la spirale de la violence émotionnelle et de répondre le moins possible aux débordements émotionnels que l’être aimé tente de vous faire subir.

Ne rien faire pour alimenter le trouble de la personnalité borderline (TPL ) par le biais du miroir peut aider votre proche à se stabiliser par la prise de conscience de frontières distinctes entre lui et les autres personnes, et en particulier les proches.

Pour se souvenir

Vous avez maintenant appris les causes et les signes de la personnalité borderline. BPDTCela peut être dû à un traumatisme ou à un trouble de l’attachement. Elle peut aussi être due à un traumatisme ou à un trouble de l’attachement. Les 9 signes du BPD Vous pouvez le faire plus rapidement Reconnaître un comportement borderline :

  1. Instabilité de l’humeur
  2. Un sentiment récurrent de colère
  3. Des pensées, des comportements et/ou des pensées suicidaires de façon récurrente
  4. Irresponsabilité marquée par l’impulsivité
  5. Sentiments de vide et de tristesse constante
  6. Peur d’être laissé pour compte
  7. Les relations sont instables
  8. Instabilité de l’image de soi
  9. Possibilité d’épisodes périodiques de dissociation

Il existe des solutions pour traiter la personnalité borderline. N’ayez pas peur de vous adresser à un professionnel ou à une organisation si vous avez besoin d’aide ou de conseils : une grande quantité de connaissances empiriques et théoriques sont disponibles pour vous aider à gérer votre maladie.

%d blogueurs aiment cette page :