Pembrolizumab : un espoir pour les patients atteints de cancer

Le pembrolizumab est un médicament anticancéreux, il appartient à la famille des anti-PD-1.

Il est utilisé pour traiter les patients atteints d’un mélanome avancé ou réfractaire.

Le pembrolizumab est administré par voie intraveineuse et sous forme de perfusion.

Il n’est pas indiqué chez les patients ayant une fonction rénale faible ou modérée (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

L’efficacité du pembrolizumab a été évaluée dans le cadre de l’essai KEYNOTE-001, un essai clinique international, randomisé, en double aveugle, contrôlé contre placebo, visant à comparer le pembrolizumab à la chimiothérapie comme traitement de première intention chez des patients atteints d’un mélanome avancé non résécable ou métastatique dont les tumeurs expriment PD-L1.

Pembrolizumab : mécanisme d’action

Le pembrolizumab est un anticorps monoclonal humanisé ciblant le récepteur PD-1 exprimé à la surface des lymphocytes T.

Le PD-1 est une protéine membranaire qui se lie à deux types de ligands : l’activation du récepteur par les cellules tumorales (PD-L1) ou les cellules tumorales infectées (PD-L2).

Lorsque le récepteur PD-1 se lie au ligand PD-L1, il bloque l’activation de la voie immunitaire et inhibe le système immunitaire pour qu’il ne puisse plus identifier et attaquer les cellules cancéreuses.

Lorsque le récepteur PD-1 se lie au ligand PD-L2, il active la voie immunitaire et active ainsi une cascade de signalisation intracellulaire qui entraîne la mort des cellules cancéreuses infectées par des virus.

Pembrolizumab : efficacité

Le pembrolizumab est un anticorps monoclonal anti-PD-1.

Il se révèle efficace en cas de métastases hépatiques issues d’un cancer du pancréas et, plus généralement, chez les patients atteints d’un cancer du poumon avancé non à petites cellules.

Il s’agit d’une première thérapeutique approuvée par la FDA pour traiter ces patients.

Le pembrolizumab est indiqué en association avec le docetaxel, lorsque ce dernier ne peut être utilisé ou lorsque son administration n’est pas possible (en raison de contre-indications). Cet anticorps fait partie de la classe des inhibiteurs spécifiques des checkpoints immunologiques et bloque une protéine qui empêche le système immunitaire de reconnaître les cellules cancéreuses comme des corps étrangers et de les attaquer. Cela permet alors aux lymphocytes T (globules blancs) d’attaquer la tumeur.

Lire aussi  La santé des Iroquois : Un enjeu important pour l'avenir

L’anticorps se lie aux récepteurs PD-1 présents sur la surface des cellules cancéreuses et bloque ainsi le signal envoyé par ces récepteurs pour que les lymphocytes T ne puissent pas reconnaître les cellules tumorales comme inoffensives.

Les résultats ont montré qu’après traitement par pembrolizumab/docetaxel, il y avait une amélioration significative de la durée de vie sans progression comparativement au placebo/docetaxel chez les patients atteints d’un cancer du pancréas avancé non à petites cellules ayant reçu un traitement antérieur par chimiothérapie à base de platine (marchés privés).

Pembrolizumab : tolérance

Le pembrolizumab est un anticorps monoclonal ciblant spécifiquement l’interleukine 2 (IL-2) et inhibant son action.

Il est conçu pour éliminer les cellules cancéreuses en bloquant la prolifération et la différenciation des cellules tumorales.

Le pembrolizumab agit comme une chimiothérapie, mais sans ses effets secondaires.

Il a été présenté dans le traitement du cancer de l’estomac, du rein, de la tête et du cou, du pancréas, de l’oesophage, de la vésicule biliaire et des voies biliaires ainsi que dans le traitement d’un type rare de lymphome non hodgkinien appelé lymphome T périphérique à cellule unique récurrent/diffus (LTPCR/LTCD).

Les essais cliniques ont montré qu’il peut être efficace contre le cancer de l’estomac, en association avec une chimiothérapie standard ou seul chez les patients dont le cancer ne répond pas aux autres traitements. Pour plus d’informations : http://www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01646924

Pembrolizumab : utilisation en monothérapie

L’association pembrolizumab + nivolumab est-elle aussi efficace que le nivolumab en monothérapie?

Pembrolizumab : utilisation en combinaison

Le pembrolizumab est un médicament anticancéreux qui appartient à une classe de médicaments connus sous le nom d’inhibiteurs de points de contrôle.

Lire aussi  Les effets secondaires des anthracyclines

Il agit en empêchant les cellules cancéreuses du patient d’utiliser des protéines spécifiques, les points de contrôle. Cela peut aider à réduire la croissance et l’apparition de tumeurs malignes.

Le pembrolizumab est indiqué chez les patients atteints d’un cancer colorectal avancé ou métastatique, dont la tumeur présente des mutations activatrices du gène RAS (ras proto-oncogène) ou encore porteuse du gène BRAF V600E/K (braf proto-oncogène).

Le pembrolizumab peut être utilisé en association avec une chimiothérapie dans le traitement des adultes atteints d’un cancer colorectal avancé ou métastatique dont la tumeur présente des mutations activatrices du gène RAS et/ou porteuse du gène BRAF V600E/K.

Pembrolizumab : place dans le traitement

Pembrolizumab est un anticorps monoclonal humanisé de type IgG1, qui se lie au récepteur à l’interleukine-2 avec une affinité élevée.

Il bloque la voie de signalisation des interleukines 2 et 3 (IL-2) impliquées dans la prolifération et la différenciation des lymphocytes T.

Il agit en inhibant le développement des tumeurs dans lesquelles ce récepteur est exprimé. Pembrolizumab est indiqué pour le traitement du carcinome épidermoïde cutané avancé ou métastatique chez l’adulte présentant une maladie non résistante ou réfractaire au traitement par un anti-CTLA4, chez qui cet agent doit être administré en association avec une chimiothérapie comportant une anthracycline.

Le pembrolizumab est indiqué pour le traitement du carcinome épidermoïde cutané avancé ou métastatique chez l’adulte présentant une maladie non résistante ou réfractaire au traitement par un anti-CTLA4, chez qui cet agent doit être administré en association avec une chimiothérapie comportant une anthracycline.

Pembrolizumab : perspectives

Parce que le pembrolizumab est un traitement efficace pour les patients atteints de mélanome avancé dont la tumeur a déjà reçu au moins deux traitements systémiques.

Lire aussi  L'hôpital d'Ajaccio, un lieu de soins de qualité

Il s’agit d’un anticorps qui bloque une protéine appelée PD-L1 (programmed death-ligand 1) qui se lie à des cellules immunitaires, telles que les lymphocytes T, et les empêche de reconnaître et détruire les cellules cancéreuses. Cet anticorps peut être utilisé en association avec d’autres thérapies ou en monothérapie pour réduire le risque de progression ou la survenue de nouvelles lésions.

Les résultats des essais cliniques ont montré qu’en association avec le dabrafenib : Pembrolizumab double l’espérance de vie sans progression par rapport au placebo ; Pembrolizumab prolonge la survie globale par rapport au placebo ; Le taux global de survie était supérieur à celui du placebo chez près des trois quarts des patients ayant reçu pembrolizumab plus dabrafenib vs placebo plus brentuximab vedotin chez près d’un tiers des patients Pemetrexed + cisplatine (par rapport à docetaxel + cisplatine) : Il n’y avait pas suffisamment de données provenant d’essais cliniques ad hoc afin de permettre une comparaison directe entre pemetrexed et cisplatine.

La combinaison peut être associée à une amélioration significative du temps jusqu’à progression par rapport aux traitements standards.

Pembrolizumab est un anticorps anti-PD1 qui a été utilisé pour traiter les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules avancé et métastatique. Les résultats de l’étude de phase III ont montré que ce traitement améliore la survie globale chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules avancé ou métastatique.

%d blogueurs aiment cette page :