Le traitement du phéochromocytome

Le phéochromocytome est une tumeur qui se développe à partir des cellules chromaffines de la médullosurrénale.

Les cellules chromaffines sont des cellules qui produisent de l’adrénaline et de la noradrénaline.

Lorsque ces hormones sont libérées, elles provoquent une augmentation du rythme cardiaque et une augmentation de la tension artérielle.

Le phéochromocytome est une tumeur rare, dont le nombre de cas diagnostiqués en France est estimé à moins de 1 000 par an. Cette tumeur peut être bénigne ou maligne.

Qu’est-ce qu’un phéochromocytome ?

Le phéochromocytome est une tumeur des glandes surrénales qui se développe de manière bénigne.

Il s’agit d’une maladie rare, dont la fréquence est estimée à 1 cas pour 100 000 habitants par an en France. Elle touche principalement les femmes entre 30 et 50 ans.

Les symptômes du phéochromocytome sont variés : maux de tête, palpitations, troubles digestifs ou encore hypertension artérielle. Cette pathologie peut être causée par une mutation génétique et plus précisément un défaut dans le gène codant pour le récepteur alpha aux catécholamines (RAA).

Le traitement du phéochromocytome repose sur l’administration de médicaments antihypertenseurs et antidiabétiques (maintien d’un niveau normal du glucose), voire sur des traitements spécifiques comme la chirurgie ou la radiothérapie.

  • Maux de tête chroniques
  • Palpitations cardiaques
  • Troubles digestifs
  • Hypertension artérielle

Quels sont les symptômes d’un phéochromocytome ?

Dans le cas d’un phéochromocytome, la production excessive de médiateurs est à l’origine des symptômes.

Les médiateurs sont des substances chimiques qui interviennent dans la régulation et le contrôle de nombreuses fonctions de l’organisme.

Ils assurent notamment un rôle majeur dans les échanges cellulaires entre les cellules.

Il existe plusieurs types de médiateurs, dont les catécholamines (adrénaline, noradrénaline) et les prostaglandines.
Un phéochromocytome correspond à une tumeur bénigne qui affecte la glande surrénale.

Lire aussi  La maladie de Von Hippel-Lindau : les symptômes et le traitement

Les symptômes sont souvent très variables en fonction du type de phéochromocytome :

  • Troubles digestifs
  • Troubles cardiaques
  • Troubles urinaires

Quelle est l’incidence des phéochromocytomes ?

Les phéochromocytomes sont des tumeurs qui se développent à partir des cellules chromaffines du système nerveux sympathique. On distingue deux types de phéochromocytomes : les phéochromocytomes non secrétants et les phéochromocytomes secrétants.

Les premiers peuvent provoquer des crises d’hypertension artérielle, tandis que les seconds libèrent une quantité importante d’hormone par le biais d’une production insuffisante ou excessive de catécholamines.

Le diagnostic est souvent posé en cas de mise en évidence d’une hypertension artérielle inexpliquée, ainsi qu’en cas de crise hypertensive lorsque l’indication opératoire est envisagée. Une fois le diagnostic établi, un traitement doit être mis en place pour contrôler la pression artérielle et prévenir des complications cardiovasculaires liés à la survenue d’une crise hypertensive ou à sa récidive.

Quels sont les facteurs de risque pour le phéochromocytome ?

Le phéochromocytome est une tumeur bénigne de la glande surrénale qui se présente sous la forme d’une ou plusieurs masses tissulaires palpables.

L’hormone qui en est responsable, l’adrénaline, est une hormone catécholaminergique. Ses effets sont donc similaires à ceux des autres hormones catécholaminergiques.

Le phéochromocytome peut se présenter sous différentes formes : le phéochromocytome peut être unique ou multiple, localisée ou diffuse et être liée ou non au syndrome de Cushing (douleurs osseuses, troubles cardiovasculaires).

Il existe également un phéochromocytome familial qui apparaît dans 30 % des cas de phéochromocytomes sporadiques.

Le premier symptôme du phéochromocytome est souvent une douleur abdominale, accompagnée d’une sensation générale de malaise et d’essoufflement qui survient brutalement après un effort physique normal.

Lire aussi  Les cancers rares : les différents types de cancers rares

Les autres symptômes peuvent comprendre :

  • Une hypertension artérielle
  • Des palpitations
  • Des sueurs

Comment le phéochromocytome est-il diagnostiqué ?

La tumeur des médulloschondres est une affection qui concerne environ 1 personne sur 50 000.

La maladie peut provoquer de graves complications, comme la perte de sang et une insuffisance rénale.

Le plus souvent, cette pathologie est asymptomatique. Elle peut être découverte par hasard lors d’une échographie ou d’un scanner réalisé pour un autre motif.

Lorsque les symptômes apparaissent, ils sont généralement associés à des douleurs abdominales intenses ainsi qu’à des troubles du rythme cardiaque (tachycardie). Cependant, la maladie peut aussi rester silencieuse pendant plusieurs années avant que les premiers signes ne se manifestent.

Les symptômes sont le plus souvent liés à une hypertension artérielle et à des troubles du rythme cardiaque (tachycardies ventriculaires).

La cause exacte de la maladie n’est pas connue, mais elle serait due à une production anormale d’hormones par les glandes surrénales (phéochromocytomes).

Les phéochromocytomes peuvent également être héréditaires. Dans ce cas-là, ils sont susceptibles de se déclarer chez différents membres d’une même famille.

Le diagnostic repose principalement sur l’analyse des antécédents familiaux et sur les antécédents personnels.

Quel est le traitement du phéochromocytome ?

Le phéochromocytome est une tumeur rare des glandes surrénales. C’est un cancer qui touche les cellules chromaffines, qui sont responsables de la production d’adrénaline et de noradrénaline.

Le traitement du phéochromocytome dépend du stade auquel le patient se trouve. Si le malade est diagnostiqué tôt, il pourra subir une intervention chirurgicale visant à retirer la partie tumorale ou bien suivre une chimiothérapie et une radiothérapie. Par contre, si le diagnostic n’est pas fait à temps, l’intervention sera inutile voire dangereuse pour la vie du patient. Dans ce cas-là, on procèdera à un traitement palliatif en attendant que le malade soit guéri naturellement par le système immunitaire.

Lire aussi  La santé des enfants : le nouvel enjeu des pouvoirs publics

Quels sont les pronostics à long terme pour les patients atteints de phéochromocytome ?

La maladie de Cushing est une pathologie qui touche principalement les chiens âgés, mais aussi parfois des jeunes animaux.

Lorsque la maladie apparaît chez un animal, on peut observer chez lui une prise de poids, un dépôt de matières grasses au niveau du cou et du dos (le fameux « ticking »), ainsi qu’une augmentation de la taille des glandes surrénales. Toutefois, le pronostic à long terme de cette maladie ne semble pas très bon. En effet, il arrive régulièrement que les patients atteints soient contraints d’opérer pour enlever les glandes surrénales qui sont responsables de la production excessive d’hormone cortisol. Dans ce cas-là, il faut savoir que les complications associées à l’opération ne sont pas négligeables.

En conclusion, le phéochromocytome est une tumeur rare de la glande surrénale. Elle se manifeste par des crises hypertensives sévères avec des douleurs thoraciques. Cette tumeur peut être bénigne ou maligne et doit toujours être prise en charge rapidement pour éviter les complications graves.

%d blogueurs aiment cette page :