Dépression réactionnelle : 6 indices que vous avez eu un choc émotionnel

Après un événement stressant ou traumatisant, vous pourriez souffrir d’une réaction dépressive. Les événements stressants de la vie mettent votre psychisme à l’épreuve. Pour éviter de sombrer dans une expérience émotionnelle traumatisante, il est essentiel de s’ouvrir à ses émotions.

En cas de rupture ou de perte d’un être cher, vous savez que vous devez accepter la perte d’une autre personne. Cependant, lorsqu’il s’agit d’une perte inimaginable due, par exemple, à un accident ou à une maladie, la douleur émotionnelle est lourde. La perte est la perte de l’intégrité psychologique et physique ou, au minimum, la perte d’un sentiment de sécurité. Ces événements confrontent donc ceux qui les ont vécus à la nécessité d’accepter des changements et de mettre en œuvre des changements intérieurs qui leur permettront de retrouver un équilibre. Dans cet article, nous vous aiderons à reconnaître les signes d’un choc émotionnel en vous fournissant six indices qui vous permettront de déterminer si vous avez vécu un choc émotionnel.

Le résumé de l’article :

  1. Qu’est-ce que la dépression réactive ?
  2. Que savez-vous si vous avez subi un choc émotionnel ?
    1. Indice 1 : un sentiment d’identité personnelle vacillant
    2. Indice ndeg2 : Le stress en réaction au choc
    3. Indice ndeg3 : Angoisse furieuse qui peut survenir
    4. Indice ndeg4 : Émotions accrues et démence
    5. Indice ndeg5 : Sommeil perturbé
    6. Indice ndeg6 : La création de troubles alimentaires
  3. Quels sont les effets d’un choc émotionnel sur le cerveau ?

Qu’est-ce que la dépression réactive ?

La dépression réactionnelle est l’un des effets d’un choc émotionnel ou d’un incident traumatisant, tel que la mort d’un être cher ou une rupture amoureuse, la perte d’une opportunité d’emploi…

Contrairement à la dépression qui est déclenchée par une source externe, la dépression réactionnelle est un événement isolé du fait qu’elle est liée à une expérience déstabilisante dans votre vie qui a temporairement ébranlé votre équilibre personnel et psychologique et vous a finalement fait perdre l’équilibre.

Si vous souffrez de dépression réactionnelle, c’est parce que vous avez du mal à accepter les différents changements qui se produisent dans votre vie. Il s’agit d’une réaction naturelle et courante.

En fait, le choc psychologique que vous avez reçu (ou choc émotionnel) a eu raison de vos capacités naturelles d’autorégulation psychique. L’incident traumatisant a fait apparaître des conflits internes dans votre esprit et le stress émotionnel qui en a résulté est trop important pour que votre cerveau puisse l’accepter et le traiter immédiatement.

Au final, vous êtes en état de choc et paralysé, dans un état d’immobilité totale, incapable de faire le moindre progrès.

Consultez également : 10 indicateurs de dépression qui devraient vous alerter sur la dépression

Il est bon de le savoir.

Quelle est la différence entre la dépression réactive et le trouble anxieux réactif ? La dépression réactive est un type de dépression qui se manifeste après un événement traumatisant, et le trouble anxieux réactif est un trouble mental qui présente à la fois des symptômes d’anxiété et de dépression.

Comment savoir si vous avez subi une détresse émotionnelle ?

Il existe six indices qui vous aideront à détecter la présence d’un choc émotionnel ou d’un choc psychologique et qui peuvent contribuer à expliquer la dépression que vous vivez.

Ces six indices sont les suivants :

  1. Un sentiment d’identité vacillant
  2. Le stress en réponse au choc
  3. L’anxiété intense qui peut survenir
  4. Une augmentation des émotions, de l’impulsivité
  5. Un sommeil perturbé
  6. Le développement de troubles alimentaires

Indice ndeg1 : Un sentiment d’identité troublé

La charge psychologique d’un choc émotionnel ne peut être traitée de la même manière que celle-ci.

Lire aussi  La prise en charge des patients âgés atteints de cancer

Les troubles dissociatifs peuvent se manifester dans ce cas, et reflètent le besoin des individus de se protéger en se séparant des traumatismes émotionnels qui ne peuvent être intégrés psychologiquement. La personne s’isole d’elle-même et de l’ensemble de sa vie intérieure.

Le sentiment d’identité peut être altéré, entraînant le sentiment d’une rupture avec un état antérieur. Ce type de perturbation est le signe d’un choc émotionnel, et constitue le premier indice que vous avez été confronté à une expérience traumatisante.

Vous avez l’impression de faire des choses sans vous en rendre compte. Votre cerveau fonctionne comme s’il était mis en « mode automatique » Vous réalisez des actions parce que vous devez les réaliser, sans être conscient de ce que vous faites.

Indice ndeg2 : Le stress comme réaction à un choc

Des symptômes de stress plus ou moins intenses peuvent également se manifester fréquemment en lien avec les reviviscences sensorielles et la mémoire (images, souvenirs, sons, odeurs…) liées au traumatisme).

Il s’agit de pièces amorphes, qui surprennent souvent l’esprit comme des réminiscences envahissantes qui ne demandent qu’à être entendues et que le cerveau tente de contenir.

Certaines définitions, comme celles utilisées par les psychiatres, restreignent la notion d’événement traumatisant à ceux qui « exposent objectivement les personnes à un danger de blessure grave, de mort ou de violence ».

Il est toutefois important de prendre en considération d’autres types d’expériences émotionnelles qui peuvent provoquer une dépression réactive sans pour autant constituer de véritables traumatismes. Il s’agit notamment de problèmes professionnels comme la restructuration brutale d’une activité ainsi que de défis personnels comme un divorce difficile.

Indice Ndeg3 : Il y a de fortes anxiétés qui surgissent

Les symptômes de la dépression réactionnelle sont similaires à ceux d’un trouble dépressif plus courant.

Ils font référence à l’état psychologique qui se manifeste par un certain degré d’anxiété ainsi que par des sentiments d’autodépréciation et de culpabilité. Parfois, lorsque le traumatisme psychologique est grave, il peut également provoquer des crises d’angoisse.

Au niveau de l’activité psychomotrice, on observe un ralentissement général ou, à l’inverse, une anxiété qui affecte les fonctions cognitives : la pensée devient plus lente et les problèmes de concentration sont fréquents. Les pensées suicidaires et liées à la mort peuvent être la goutte d’eau qui fait déborder le vase, surtout lorsque l’épisode dépressif est grave.

La détresse générale est souvent déclenchée par des angoisses intenses qui sont le reflet de la nature traumatisante de la dépression qui est réactionnelle.

Le traumatisme va remettre en question vos limites actuelles en tant que médium. Il vous aidera également à atteindre un plus grand bien-être. L’examen des spécificités des problèmes et des effets de l’expérience traumatique par rapport à une structure psychique existante vous permettra d’identifier les zones vulnérables à la source de la réaction dépressive.

On peut y voir la signification de la faiblesse et de l’épuisement du corps dans son effort pour affronter les charges émotionnelles et psychologiques qui accompagnent le traumatisme.

Lisez aussi Anxiété : 7 causes que vous devez connaître

Indice n° 4 : Augmentation des émotions et tendance à l’impulsivité

Le traumatisme psychologique déclenche également la sphère émotionnelle qui peut se déséquilibrer. En fonction du traumatisme que vous avez vécu, vous pourriez réagir plus rapidement et développer une sorte de contrôle des impulsions.

Lire aussi  La clinique Maymard, une clinique à la hauteur de vos attentes

En somme, vous êtes en mode défensif et prêt à réagir dès que vous vous sentez menacé ou en danger.

Ce type de comportement est motivé par la perte d’identité, qui entraîne un certain danger dans la situation de danger. Pour vous protéger, vous êtes attentif à tout signe de danger et vous n’hésitez pas à les reconnaître en mettant en œuvre des actions défensives de peur d’être davantage blessé.

Après un choc émotionnel, vous ressentez des émotions à leur maximum. Cela peut également conduire à un état de profonde tristesse qui est la marque de l’état de dépression réactionnelle.

Les émotions que vous ressentez sont amplifiées par dix ; la moindre chose que vous dites peut vous faire pleurer ou un petit changement peut vous déconcerter totalement, et, surtout, vous avez l’impression que la phase dans laquelle vous vous trouvez ne sera jamais terminée. Si vous souffrez de dépression réactionnelle, votre corps tout entier réagit.

Indice n° 5 : sommeil perturbé

Une dépression réactionnelle signifie également que vous avez du mal à maintenir une bonne qualité de sommeil.

Un choc émotionnel peut vous hanter pendant des jours, ainsi que des rêves qui apparaissent en raison de l’événement traumatique ou de pensées perturbatrices. Vous rejouez les événements à plusieurs reprises en cherchant des clarifications, des détails ou même le plus petit indice qui pourrait vous aider à comprendre les événements que vous vivez.

Au final, vous dormez moins et êtes ponctué de réveils brutaux, accompagnés d’une activité cérébrale qui ne faiblit pas.

Dans d’autres cas, un choc émotionnel peut également provoquer une fatigue extrême et une hypersomnie.

Indice ndeg6 : L’émergence de troubles du comportement alimentaire.

Après un choc Après un choc, après un choc, l’envie de se sentir bien suit naturellement. Pour certains, il peut aussi se trouver dans la nourriture et, plus précisément, dans des aliments suffisamment riches en nutriments pour compenser le manque d’énergie.

La nourriture peut être une sorte de récompense. C’est un bref instant de bonheur qui permet de réduire le stress, l’anxiété et la tristesse qui sont associés au traumatisme. Toutefois, ce bonheur ne durera que quelques minutes.

Pour d’autres qui ne le sont pas, la dépression réactionnelle peut entraîner une perte d’appétit et, par conséquent, une prise de poids.

Dans tous les cas, les troubles alimentaires qui surviennent en réaction à un choc émotionnel sont extrêmement fréquents. Ils constituent un indice à ne pas négliger.

Quels sont les effets d’un choc émotionnel sur le cerveau ?

Les effets d’un choc émotionnel sur votre santé peuvent être multiples. En cas de choc, la structure du cerveau est directement affectée. L’un des effets sur le cerveau est le conditionnement à la peur. En réalité, le cerveau anticipe la peur qui est associée au traumatisme.

Si vous avez vécu un traumatisme émotionnel, vous pouvez observer deux effets principaux du choc qui résultent du traumatisme : le développement de situations d’évitement et le revécu. Les situations d’évitement se déclenchent au niveau comportemental, en vous permettant d’éviter les personnes ou les lieux qui peuvent vous rappeler des souvenirs du traumatisme, mais aussi au niveau cognitif, en refusant de penser au drame. Revivre l’incident pourrait déclencher des flashbacks du drame ou déclencher des cauchemars à propos de l’incident. Ces résultats surviennent généralement après un traumatisme cérébral. Dans ce cas, on parle de stress post-traumatique.

Lire aussi  Embole vasculaire cancer du sein

Le stress émotionnel est causé par un déséquilibre du système chimique du cerveau. La connexion du cerveau à certains neurotransmetteurs ne fonctionne plus comme elle le devrait, ce qui perturbe son fonctionnement. Dans le cas de la dépression, des neurotransmetteurs comme la sérotonine, l’ocytocine et la dopamine sont affectés. La mauvaise communication entre les neurotransmetteurs affecte le comportement d’une personne...

Un traumatisme psychologique peut laisser une impression durable sur la psyché d’une personne. Une expérience difficile dans votre vie personnelle ou professionnelle peut modifier les circuits du cerveau et déclencher la peur de devoir faire face à la même situation. Le cerveau crée l’importante réponse de stress au choc et refuse de revoir l’incident. Par exemple, dans un cadre professionnel, il peut s’agir d’une confrontation avec un pervers narcissique ou d’une lourde charge de travail qui vous a épuisé. Dans une situation personnelle, vous avez pu subir un traumatisme émotionnel dû à l’alcool ou à la drogue, par exemple.

Pour vous protéger du choc, le cerveau crée de l’anxiété à l’idée de devoir affronter à nouveau la même situation.

Le cerveau est capable de créer un mécanisme de conditionnement automatique. En ce sens, c’est qu’il génère un signal d’alarme pour se protéger du risque d’être exposé à un incident qui aurait pu coûter la vie à vos proches (agression accidentelle, viol ou accident). …). Si vous êtes exposé au moindre signal qui pourrait vous rappeler le traumatisme, le cerveau va réagir de manière excessive pour vous défendre.

Le cerveau intègre les images et le choc. De la même manière qu’après un accident, la victime peut avoir du mal à remonter dans une voiture. Le cerveau envoie des signaux à votre corps, comme une augmentation du rythme cardiaque ou des sueurs froides, pour vous empêcher de vous souvenir de vos émotions Le cerveau envoie des signaux à votre corps, comme des sueurs froides ou une augmentation du rythme cardiaque .

Pour qu’on s’en souvienne

En général, il est crucial de garder à l’esprit que la dépression réactionnelle après un événement choquant est un état dépressif unique qui est également connu sous le nom d’épisode dépressif. Ainsi, si vous avez subi un traumatisme et que vous souffrez de dépression, il est important de savoir que cet état ne sera pas permanent, car il est possible de le traiter.

Mais il est crucial de parler à un professionnel de la santé dès que les premiers signes apparaissent. En réalité, le cas de dépression qui dure longtemps indique généralement un problème qui s’auto-alimente, et dont il est plus difficile de se débarrasser.

Dans tous les cas, pour sortir de la dépression, il est essentiel d’être soutenu par un psychologue expérimenté qui s’occupera de votre traumatisme personnel pour vous aider à le surmonter. Il vous accompagnera également dans votre démarche de changement personnel.

En suivant un plan de traitement qui vous est propre, vous serez en mesure de vous défaire de vos pensées plus rapidement et plus facilement que si vous deviez le faire tout seul.

%d blogueurs aiment cette page :