10 symptômes pour reconnaître l’hyperphagie

L’hyperphagie boulimique est le trouble alimentaire le plus répandu, qui touche jusqu’à 5 % de la population. Ce trouble se caractérise par des crises de boulimie excessives qui ne sont pas liées au fait de manger ou de boire. Contrairement aux boulimiques qui sont hyperphagiques, l’individu hyperphagique ne supprime pas complètement ses fringales, il ne vomit simplement pas. Les symptômes de l’hyperphagie anxieuse ne se limitent pas à la suralimentation ; elle peut provoquer une véritable anxiété au quotidien. Ce trouble peut avoir des effets physiques, sociaux, psychologiques et psychologiques importants mais il est toujours possible de le traiter ! Dans ce post, 10 signes qui doivent vous alarmer et vous inciter à envisager de préparer le terrain pour une thérapie.

Résumé de l’article :

  1. Quels sont les signes de la frénésie alimentaire ?
    1. Signification ndeg1 : Prise de poids
    2. Symptôme ndeg2 : Douleurs abdominales
    3. Symptôme ndeg3 : Problèmes digestifs
    4. Symptôme ndeg4 : Fatigue chronique
    5. Symptôme #5 : Caries
    6. Symptôme #6 : Perte de contrôle
    7. Symptôme ndeg7 : Signaux de satiété brouillés.
    8. Symptôme #8 Un cercle vicieux de culpabilité après la crise de boulimie .
    9. Symptôme n° 9 : isolement social
    10. Le symptôme n° 10 est : La nourriture est cachée
  2. Quel est le processus à suivre pour qu’une personne soit diagnostiquée comme souffrant d’hyperphagie boulimique ?
  3. Existe-t-il des signes avant-coureurs de la frénésie alimentaire ?
    1. Signe d’alerte n° 1 : Insatisfaction corporelle élevée
    2. Signe d’alerte n°2 : Éviter les conversations concernant le corps
    3. Signe d’alerte n°3 : Anxiété à l’idée de partager les repas
  4. Quels sont les effets d’une alimentation excessive et incontrôlée ?

Quels sont les signes d’une frénésie alimentaire ?

Bien que la frénésie alimentaire puisse être une expérience extrêmement privée pour ceux qui en souffrent, il existe quelques signes de frénésie alimentaire qui peuvent être utilisés pour détecter la possibilité d’un trouble de la frénésie alimentaire :

  1. Le premier symptôme est la prise de poids.
  2. Symptôme n° 2 : douleurs abdominales
  3. Symptôme n° 3 : problèmes digestifs
  4. Symptôme n° 4 : fatigue chronique
  5. 5. Symptôme : Caries
  6. 6ème symptôme : Perte de contrôle
  7. Symptôme n°7 : signaux de satiété brouillés
  8. Symptôme #8 Un cercle vicieux de culpabilité qui suit la consommation
  9. Symptôme #9 : Isolement social
  10. Symptôme #10 : La nourriture est cachée

Le premier symptôme est la prise de poids.

La prise de poids est l’un des signes de frénésie alimentaire les plus évidents à reconnaître. En fait, l’hyperphagie est la consommation habituelle d’une grande quantité d’aliments généralement riches en sucre et en graisse, et qui ne s’accompagne pas d’un comportement similaire à celui de la boulimie.

La personne hyperphagique ne se fait pas vomir et n’utilise pas de diurétiques ou de laxatifs, tout comme elle ne fait pas trop d’exercice. Elle n’essaie pas d’équilibrer la charge calorique pour éviter de devenir obèse.

C’est pourquoi le processus de prise de poids est très rapide et peut entraîner une prise de poids excessive ou une surcharge pondérale. Chez les enfants souffrant de ce trouble, la prise de poids ne suit en aucun cas la courbe de croissance.

C’est bon à savoir.

En consultation en consultation, la frénésie alimentaire n’est pas toujours abordée car les signes du trouble ne sont pas évidents (comme pour l’anorexie, par exemple). On croit généralement que le surpoids est lié à la suralimentation – mais pas nécessairement comme un signe de trouble du comportement alimentaire – mais ce n’est pas nécessairement un signe de trouble du comportement alimentaire. La fréquence des épisodes de frénésie alimentaire varie de « légère » (pas plus de 3 fois par semaine) à « extrêmement grave » avec plus de 14 fois par semaine. L’alimentation émotionnelle est au cœur du trouble.

Symptôme n° 2 : douleurs abdominales

Un autre signe de frénésie alimentaire est la présence fréquente de douleurs abdominales. La frénésie alimentaire consiste à manger jusqu’à en être malade. Lorsqu’une personne souffre d’un excès de nourriture, elle consomme toute la nourriture qu’elle peut avaler en très peu de temps ; il s’agit d’en absorber davantage, de remplir un estomac vide et d’étouffer l’émotion.

Lorsque l’on mange sans faim et de manière non contrôlée, la personne s’arrête de manger au moment où le corps lui indique qu’il ressent une douleur physique, c’est-à-dire la tension abdominale.

La quantité de nourriture consommée est telle qu’elle pèse sur le corps, et le malaise qui en résulte marque la fin de la prise alimentaire. La gêne au niveau de l’estomac peut être provoquée par des nausées.

Cependant, même si les crises se produisent en secret, la douleur peut durer longtemps et est évidente. L’inconfort qui en résulte peut être intense, ce qui peut amener le patient à s’allonger ou l’empêcher de faire de l’exercice pendant un certain temps.

Symptôme n° 3 : troubles digestifs

L’intensité du trouble, connu sous le nom de frénésie alimentaire et, dans ce cas, les manifestations physiques augmentent avec la fréquence des crises. L’un des signes de la frénésie alimentaire qui devrait être alarmant est l’apparition de problèmes digestifs qui n’étaient pas présents auparavant.

Consommer beaucoup d’aliments de manière non équilibrée provoque des troubles digestifs et fait partie des conséquences de la malnutrition. Une alimentation abondante ne signifie pas que l’on mange sainement : on peut absorber beaucoup de nourriture tout en étant sous-alimenté.

Les troubles digestifs fonctionnels sont assez courants et provoquent des souffrances que l’on pourra identifier par des plaintes. Ces troubles sont généralement associés à des douleurs abdominales : constipation, gaz abdominaux, ballonnements et diarrhée.

Le reflux gastro-œsophagien est une possibilité Il est le résultat du mauvais fonctionnement d’un muscle qui fait qu’une partie du contenu de l’estomac remonte directement dans l’œsophage. Il peut provoquer un hoquet, des brûlures et parfois des régurgitations acides.

Symptôme n° 4 : fatigue chronique

Signe de fatigue chronique, les crises de boulimie sont souvent le résultat d’une frénésie alimentaire.

Les crises de boulimie peuvent être vécues de manière très intense, pouvant déclencher un état dissociatif qui demande beaucoup d’énergie et déclenchant une digestion de longue durée.

Le soulagement qu’elles procurent (mais qui s’estompe rapidement pour laisser place à la culpabilité et à la honte) provoque une asthénie et une forte envie de s’allonger, voire de se coucher. De plus, dans le cas où l’hyperphagie se produit dans sa manifestation nocturne, c’est lorsque la personne mange jusqu’à épuisement et retourne ensuite se coucher. Le stress qui en résulte apporte du réconfort et permettra à la personne de dormir.

L’hyperphagie est reconnue en raison des troubles du sommeil qu’elle déclenche. En effet, la dénutrition peut entraîner de graves carences en vitamines et en micronutriments. C’est pourquoi le patient semble épuisé physiquement.

Le surpoids est à l’origine du syndrome d’apnée du sommeil qui provoque des interruptions fréquentes de la respiration pendant le sommeil. Il subit alors des micro-éveils réguliers, et souffre d’une mauvaise qualité de sommeil.

Lire aussi  Burn out : les 9 symptômes qui doivent vous alerter

A lire également : 12 conseils pour vous aider à arrêter de trop manger

5. Symptôme : Caries

La force de la sensibilité dentaire et l’augmentation de la présence de polycaries ou de caries sont des indicateurs d’une alimentation trop riche.

Ils résultent notamment de l’augmentation du nombre d’aliments sucrés consommés, et de la surconsommation d’aliments généralement riches en graisses saturées et en sucres raffinés.

Ainsi, pour les personnes souffrant d’hyperphagie, le risque de développer des caries est plus probable.

6. Symptôme n° 6 : perte de contrôle

La perte de contrôle peut être un signe d’hyperphagie boulimique et est une condition nécessaire au diagnostic clinique.

Parfois, on pense que cette perte de contrôle est insuffisante ou incomplète parce que la personne qui mange est séparée de la frénésie alimentaire, par exemple lorsqu’un parent se trouve dans l’espace au moment de la frénésie et que la personne cesse de manger.

Cependant, ce manque de contrôle est causé par un événement extérieur qui favorise cet arrêt. C’est peu fréquent, car la crise est cachée.

La plupart du temps, le trouble est causé par une envie intense de consommer de la nourriture (stade de l’envie irrésistible). Le patient est incapable de s’arrêter de manger, et encore moins de s’empêcher de manger.

Il est submergé par son désir d’étouffer les émotions négatives et les sentiments difficiles à gérer comme la tristesse, l’anxiété ou l’ennui, bien qu’il soit pleinement conscient de ce qu’il fait.

Certains patients souffrant d’hyperphagie expliquent qu’au-delà d’une perte de contrôle qui ne se produit qu’en pleine crise, c’est l’ensemble des habitudes alimentaires qui est affecté. Ils sont incapables de consommer des aliments « normalement », ce qui est aussi un signe d’excès alimentaire.

Symptôme n° 7 : signaux de satiété flous

La personne hyperphagique souffre typiquement d’une absence d’indicateurs physiologiques de satiété et de faim. La personne n’a plus les sensations de « faim réelle » et mange même si elle n’a pas faim. Ces signaux qui ne sont pas aussi forts sont des signes d’hyperphagie.

C’est la fréquence des crises de boulimie qui peut entraîner une confusion des signaux, et l’estomac est dilaté par les quantités massives de nourriture, ce qui renforce cet effet.

Les crises de boulimie se produisent très rapidement, et le cadre dans lequel elles se déroulent est crucial. Par exemple, elle peut commencer par un repas en plein air, puis se poursuivre et se terminer à la maison.

C’est bon à savoir.

Il existe différents types de crises de boulimie compulsive :

  • Les crises de boulimie prandiales sont, en d’autres termes, celles qui commencent juste après avoir mangé au cours d’un repas et durent un certain temps après, loin de la table.
  • Les fringales extra-prandiales qui surviennent en dehors des repas ou lorsque vous ressentez une émotion ou un sentiment négatif (ennui ou anxiété). …).

Lorsqu’il s’agit d’hyperphagie nocturne, les crises intenses se produisent après le dîner ou parfois même pendant la nuit.

Le symptôme ndeg8 : Le cercle vicieux de la culpabilité suite à la consommation

Le trouble de la culpabilité fait partie des signes de la frénésie alimentaire. Lorsque l’on fait une crise de boulimie, on éprouve un sentiment de satisfaction émotionnelle, mais la culpabilité, le dégoût de soi, la honte et les pensées dépressives prennent le dessus.

Ces états obligent la personne à dissimuler ses actions et à cacher son comportement autant qu’elle le peut. Le comportement de frénésie alimentaire peut être planifié et généralement exécuté de la manière la plus discrète possible.

L’hyperphagie, un trouble du comportement alimentaire, n’a pas besoin de recourir à une alimentation compensatoire ; la prise de poids est rapide et l’insatisfaction corporelle entraîne une faible estime de soi.

Il est important de se rappeler que la société apprécie les corps sains et minces avec un contrôle et un style de vie parfait. C’est la raison pour laquelle le sentiment de perdre le contrôle peut avoir un effet négatif sur la confiance en soi de la personne (« Je ne sais pas comment je peux me contrôler »).

L’anxiété qui en découle peut conduire à des impulsions et au besoin de se satisfaire, ce qui entraîne une autre culpabilité douloureuse. Le cercle vicieux est créé. La dépression peut être un signe d’hyperphagie. Elle peut aussi être un symptôme de la maladie de manière comorbide.

Découvrez les 11 raisons psychologiques du trouble de la boulimie.

Symptôme n° 9 : isolement social

Un autre signe de la boulimie est le retrait social. Il s’agit d’une forme d’isolement social qui se produit lorsque la personne qui en souffre a choisi de ne pas faire partie du groupe pour éviter d’être accusée d’être jugée pour son comportement.

En réalité, les crises ont tendance à se détacher des autres crises car il est difficile pour les personnes de supporter le regard des autres dans ces cas-là.

La culpabilité générée peut conduire les personnes à éviter les interactions sociales et certaines personnes évitent même les rencontres sociales, les repas de famille, les apéritifs entre amis, les déjeuners professionnels ou même les repas à la cantine, de peur de faire une crise publique et de perdre le contrôle.

Elle est déterminée à éviter la possibilité d’avoir un cercle d’amis, et parfois à ne plus s’investir dans les activités qu’elle appréciait auparavant. Le fait qu’elle ne se confie pas aux autres peut exacerber ses influences négatives ainsi que ses comportements. L’isolement peut déclencher des troubles de l’humeur ainsi que les idées noires qui peuvent les accompagner.

Cependant, le repli sur soi n’est pas un signe spécifique à l’hyperphagie boulimique car de nombreux TOC ont ce type de comportement. C’est l’un des signes de l’anorexie, par exemple, que le patient soit enclin à éviter les repas par peur de manger.

Symptôme n° 10 : La nourriture est cachée

Le fait de cacher de la nourriture peut être un signe de suralimentation car il s’agit d’une réaction à la nécessité de conserver de la nourriture en cas de besoin de nourrir une personne en situation de crise.

Dans ce cas, bien que les épisodes de frénésie alimentaire aient tendance à se produire à la hâte et sans préavis, le comportement est similaire à celui d’un toxicomane.

En effet, la libération de dopamine pendant l’alimentation peut déclencher un sentiment de bien-être instantané. C’est ce sentiment qui est recherché lorsqu’on est confronté à une circonstance stressante ou à un effet indésirable : manger de la nourriture peut apporter un soulagement instantané et les émotions sont apaisées sans que le problème soit traité à la racine.

Lire aussi  Comment gérer son stress ? 11 conseils de psy pour s'en libérer

En fin de compte, le cerveau de la personne a modifié son circuit de récompense et conservera la dépendance. La personne qui mange trop peut prendre de la nourriture (que ce soit dans les placards de la cuisine ou dans les rayons du supermarché), puis la cacher le plus près possible (dans sa chambre, dans son sac, voire dans son bureau). …).

Il est possible de dépenser trop d’argent en produits alimentaires, car il passe beaucoup de temps au supermarché.

Quel est le processus d’identification d’une personne hyperphagique ?

Tout d’abord, il est important de savoir qu’une personne souffrant d’hyperphagie boulimique se rend rarement chez le médecin pour discuter des problèmes qu’elle rencontre. Elle rencontre généralement son médecin pour discuter de sa prise de poids et la gérer.

Sans discuter de leurs problèmes et sans poser de questions à leurs soignants, il peut être difficile de déterminer si une personne présente les signes de l’hyperphagie boulimique. Il est recommandé aux personnes qui s’occupent de personnes obèses ou en surpoids de s’enquérir de la présence d’une frénésie alimentaire.

Reconnaître les signes de l’hyperphagie boulimique est essentiel pour établir un diagnostic. Pour cela, les psychologues et les psychiatres appliquent les critères cliniques du DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) qui sont les suivants :

  1. Les crises d’hyperphagie sont celles qui se produisent sur de courtes périodes, entraînant l’absorption d’une quantité substantielle de nourriture et une sensation de perte de contrôle.
  2. Les crises de boulimie sont liées à au moins trois de ces facteurs : l’absorption d’aliments est supérieure à la normale et l’alimentation se fait jusqu’à ce que l’on ressente une douleur à l’estomac et l’alimentation n’est pas accompagnée de signaux ou de sensation de faim.
  3. La personne se trouve dans un endroit isolé lorsqu’elle commence à consommer de la nourriture en raison d’un malaise par rapport à la quantité.
  4. Le dégoût de soi, la culpabilité ou la dépression sont fréquents après les crises.
  5. Un comportement hyperphagique peut être un indicateur d’une anxiété extrême.
  6. Les crises de boulimie durent depuis au moins trois mois à raison d’au moins une fois par semaine.
  7. Il n’y a pas de comportement compensatoire et la frénésie alimentaire ne se produit pas dans le cadre d’un trouble de l’alimentation ou d’un trouble boulimique.

Le poids pourrait être un facteur caractéristique du diagnostic de ce trouble puisqu’il est fréquemment lié à l’obésité et à l’embonpoint, mais toutes les personnes obèses ne présentent pas un schéma de trouble alimentaire.

Les personnes qui souffrent d’hyperphagie boulimique consomment plus de calories et l’impact sur leur qualité de vie, par exemple, est plus important. Le médecin chargé du diagnostic analyse donc plusieurs aspects

  • La manière dont se produit la crise : dans quel contexte, quels sont les déclencheurs, où et de quelle manière ;
  • La quantité et la qualité des boissons et des aliments consommés, ainsi que la durée ;
  • la fréquence des crises ;
  • La possibilité d’une situation hors de contrôle ;
  • Les sentiments de honte et de culpabilité, la douleur qui en résulte ;
  • L’impact sur l’estime de soi, l’image corporelle et le respect de soi.
  • L’impact sur le sommeil et l’humeur
  • la perturbation de la vie affective, sociale et sexuelle
  • L’interruption de la vie professionnelle, scolaire ou même personnelle.

Un examen psychiatrique est effectué pour déterminer les antécédents et les autres troubles qui pourraient être liés au diagnostic :

  • Dépendance, troubles de l’humeur, de la personnalité, de l’anxiété, troubles obsessionnels compulsifs ;
  • Abus physique, abus psychologique ou agression sexuelle, souvent avec des conséquences dévastatrices ;
  • Idées suicidaires et, dans certains cas, tentatives de suicide.

Lorsque vous souffrez d’hyperphagie boulimique, le taux de comorbidité psychiatrique est extrêmement élevé et est associé à l’intensité des crises. Plus elles sont fréquentes et intenses, plus le risque de développer des troubles mentaux connexes est élevé.

Enfin, un examen physique complet est effectué pour évaluer la gravité des effets de la maladie sur le plan physique.

Existe-t-il des signes avant-coureurs de l’hyperphagie boulimique ?

Un trouble du comportement alimentaire peut être le résultat d’un mélange de diverses causes biologiques, psychologiques et sociales. Il existe des indicateurs cliniques qui peuvent être précurseurs de troubles alimentaires induits par la frénésie alimentaire et qui doivent susciter des inquiétudes ou des alarmes.

Signe d’alerte ndeg1 : grande insatisfaction corporelle

L’hyperphagie est un symptôme du trouble. L’insatisfaction est un symptôme courant et s’accompagne parfois d’une honte de son corps.

Cela peut conduire à la nécessité de perdre du poids, comme les régimes. Le comportement de la personne peut devenir obsessionnel par rapport à la nourriture, et la nourriture occupe tout l’espace mental.

Les régimes posent problème parce qu’ils entraînent une restriction cognitive et une restriction de l’apport alimentaire extrêmement fortes.

La restriction cognitive est un mécanisme comportemental. En s’imposant la notion de restriction pour perdre du poids, le corps est sur ses gardes. S’il n’y a pas assez d’énergie qui circule dans le corps, celui-ci va tout faire pour compenser ce manque, notamment parce que la faim va continuer à augmenter à cause de ce manque.

Le fait que la nourriture soit interdite peut conduire à une croyance dichotomique (« le chocolat est nocif, mais les légumes sont sains ») qui renforce encore ce processus de pensée. Dans le cas où le corps est privé des choses qu’il aime, le risque de craquer est accru.

Les régimes stricts peuvent perturber le fonctionnement des signaux normaux, et favoriser la survenue de la crise La personne est tellement contrôlée par son régime qu’elle finit par céder.

C’est souvent la source des troubles alimentaires, qui peuvent conduire à un cercle vicieux. Lorsqu’il s’agit de certaines maladies comme le diabète de type 1, un régime particulier est prescrit, ce qui peut souvent entraîner des troubles du comportement alimentaire.

En savoir plus sur l’anorexie nerveuse : sept causes de cet enfer quotidien

Signe précurseur n°2 : se méfier des discussions sur le corps

Un autre indice est l’évitement de toute conversation ou question sur le corps, le poids et la nourriture. La personne est tellement sensible à ce sujet qu’elle est incapable d’en discuter de manière sereine.

Au cours de ces conversations, la personne se sent confrontée à ce qu’elle ressent intérieurement et renvoie également au corps, avec un sentiment de mécontentement et une faible estime de soi. Si la famille connaît des changements brusques dans ses relations et un sentiment d’aliénation, des conflits sont possibles.

De plus, il n’est pas toujours facile pour la famille de discuter du problème de manière positive et sans porter de jugement. Il ne s’agit pas vraiment d’essayer de blesser les autres, mais d’exprimer son inquiétude d’une manière maladroite, alors que ses proches ne sont pas nécessairement au courant du trouble.

Lire aussi  PERSONNE TOXIQUE : 4 types de personnalités toxiques à connaître

Signe précurseur n° 3 : anxiété au moment de partager les repas

La personne pourrait devenir plus inquiète lorsqu’elle partage des repas avec d’autres personnes et pourrait avoir des sautes d’humeur ou de la colère à cause de cela.

En général, les difficultés d’une personne à contrôler ses émotions et son impulsivité peuvent augmenter le danger de trop manger.

Le fait d’être victime de troubles du comportement ou de se faire du mal (scarification) à l’adolescence peut également avoir un impact négatif. Il est donc essentiel d’être attentif à ce type d’auto-agression qui peut prendre la forme d’une dépendance ou peut-être de tentatives de suicide.

La détection précoce des effets de l’hyperphagie boulimique peut aider à éviter la maladie, sa récurrence et l’escalade de ses conséquences physiques, psychologiques et sociales.

Quelles sont les conséquences des crises de boulimie ?

Le risque d’hyperphagie est important et le degré de gravité est déterminé par la fréquence des crises : il peut être grave après huit crises par semaine.

Au final, la probabilité de développer des complications est plus importante et la qualité de vie est sérieusement affectée. Comme pour tout trouble du comportement alimentaire, la probabilité que l’affection devienne chronique augmente et le risque de développer des maladies somatiques augmente, de même que les problèmes psychologiques.

L’hyperphagie peut entraîner le développement de maladies somatiques.

Les problèmes liés à la prise de poids sont cruciaux. Au-delà du surpoids, l’apparence de l’obésité n’est pas à négliger.

Le système cardiovasculaire est fragile et l’obésité peut augmenter le risque de développer une maladie cardiaque. Les artères sont dilatées et le cœur doit travailler davantage pour faire circuler le sang.

L’apport de sang au muscle du cœur est diminué. Plus la personne est grande, plus le sang doit exercer de force pour circuler. La pression sanguine est la mesure de cette force. Or, plus le volume sanguin est important et plus la pression artérielle est élevée, surtout lorsque les artères sont étroites. Le risque d’avoir une pression artérielle élevée est alors plus grand, tout comme le risque de développer de l’athérosclérose.

Des affections comme la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, le syndrome du côlon irritable et la colite ulcéreuse sont toutes possibles et peuvent être un signe d’hyperphagie. Le cholestérol est un facteur typique. Le diabète de type 2 est une possibilité à développer en raison du fait que le corps a cessé de métaboliser l’insuline qui régule le taux de sucre dans le sang.

L’intestin, dont la paroi est extrêmement fine, est endommagé et laisse passer des substances indésirables. Le foie en pâtit. La stéatose hépatique est l’accumulation de graisses dans le foie sans consommation d’alcool. Avec le temps, l’accumulation de triglycérides peut provoquer une inflammation du foie et évoluer vers une fibrose hépatique, puis une cirrhose.

Le risque de développer un cancer est plus élevé chez les personnes souffrant d’hyperphagie au niveau du côlon, de l’endomètre et du sein (surtout après les changements ménopausiques) ainsi que de l’œsophage et des reins.

Les affections respiratoires peuvent se manifester par des symptômes d’asthme : essoufflement, asthme et apnée du sommeil peuvent être plus fréquents. La pression créée par le poids placé sur les articulations lors d’un excès de poids peut provoquer des problèmes musculo-squelettiques : douleurs dorsales, troubles articulaires comme l’arthrite

Comme pour l’anorexie, les effets négatifs sur la fertilité peuvent être un fardeau pour les femmes qui sont hyperphagiques. Des problèmes de cycle menstruel peuvent survenir en raison de problèmes hormonaux dus à la malnutrition.

On pense généralement que l’obésité est liée à la présence de troubles mentaux tels que le trouble bipolaire, la dépression ou le trouble du déficit de l’attention. Ces troubles s’alimentent mutuellement et rendent la prise en charge plus compliquée.

De plus, le lien de la personne avec ses émotions est gravement affecté.

En effet, l’hyperphagie compensatoire devient le seul moyen d’apaiser instantanément la douleur qu’elle ressent. Les émotions ne sont plus acceptées ni entendues, et la personne n’a plus besoin de chercher les bonnes ressources pour résoudre les problèmes de vie auxquels elle est confrontée.

La culpabilité déclenchée par la colère peut conduire à un cercle vicieux sans fin qui accroît encore plus le sentiment de vide et de désespoir. L’estime de soi est de plus en plus affectée par la dépression, ce qui peut exacerber les troubles lorsqu’ils existent déjà ou qu’ils se manifestent.

Des comportements pouvant mettre les personnes en danger (conduite sexuelle à risque) ou pouvant entraîner une dépendance (alcool ou drogues, médicaments) peuvent survenir.

Le traitement de l’hyperphagie boulimique est généralement multimodal, ce qui permet de traiter les problèmes sous-jacents qui sont généralement gérés par l’adoption d’un régime alimentaire capable de rétablir l’équilibre. Le problème n’est pas tant la nourriture que la racine des crises, notamment en cas de traumatisme. Il est donc essentiel de se concentrer principalement sur les facteurs familiaux, psychologiques et environnementaux. Lorsque l’on lutte contre l’hyperphagie boulimique, on ne fait que l’accentuer, et il est essentiel d’accepter le fait que cela arrive et de se déculpabiliser tout en tenant compte des signaux que le corps envoie.

C’est une bonne idée de savoir.

Il existe une variété de signes et de symptômes de l’hyperphagie boulimique qui sont faciles à repérer chez vous ou chez une personne que vous aimez. Comme tous les comportements alimentaires qui peuvent être considérés comme risqués et qui font partie du spectre de l’alimentation à risque, l’hyperphagie boulimique présente plusieurs comportements distincts. Bien que les crises ne soient généralement pas visibles à l’œil nu, une augmentation de poids, un fort besoin de manger malgré la faim ou le fait d’éviter la nourriture sont autant de signes de frénésie alimentaire qui devraient alerter.

Comme la majorité des troubles liés aux TOC, les effets de l’hyperphagie boulimique peuvent être néfastes. Cependant, le trouble de l’hyperphagie boulimique, lorsqu’il est traité de manière appropriée, est extrêmement traitable. Le patient doit être ouvert et demandeur.

%d blogueurs aiment cette page :