Tremelimumab : un nouvel espoir pour les patients atteints de cancer

Le tremelimumab est un médicament qui a été développé par le laboratoire Janssen-Cilag.

Il est utilisé pour traiter les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Tremelimumab est un médicament utilisé pour traiter le cancer

Le tremelimumab est un médicament utilisé pour traiter le cancer.

Il s’agit d’une molécule de la classe des anticorps monoclonaux. Cet immunosuppresseur, qui possède une action anti-tumorale, agit contre le lymphome T périphérique (LTP).

Les patients atteints de LTp ont souvent un système immunitaire défaillant et ils ne peuvent pas combattre les cellules cancéreuses.

Le tremelimumab est administré en injection intraveineuse, à raison d’une fois par semaine. Ce traitement vise à rétablir l’immunité du patient qui souffrait d’un lymphome T périphérique.

Le trémélimumab agit en supprimant les cellules immunitaires qui aident à protéger le corps contre les infections

Le trémélimumab est un anticorps monoclonal qui cible le récepteur CD28.

Il bloque l’action du TCR, ce qui entraîne une altération de la fonction des lymphocytes B et T, les cellules du système immunitaire.

Le mécanisme d’action du trémélimumab a été découvert chez la souris.

Il semble qu’il s’agisse d’un agent immunosuppresseur efficace pour traiter certaines maladies auto-immunes. Ces résultats ont permis de lancer un essai clinique de phase II sur le trémélimumab chez l’homme atteint de polyarthrite rhumatoïde.

Les patients ont reçu soit un placebo, soit une dose thérapeutique (5 mg/kg) ou 10 mg/kg de trémélimumab administrée par voie intraveineuse pendant 12 semaines. Après le traitement, les niveaux d’IL-6 avaient diminués de manière significative chez tous les patients ayant reçu 5 mg/kg ou 10 mg/kg de trémélimumab par rapport au groupe placebo; De plus, ils n’ont pas montré d’effets secondaires sous forme d’infections graves (pneumonie), comme cela a été observée précédemment avec des agents immunosuppresseurs utilisés pour traiter la polyarthrite rhumatoïde et d’autres maladies auto-immunes graves telles que le psoriasis ou la maladie intestinale chronique inflammatoire (MICI).

Lorsqu’ils étaient traités avec 10 mg/kg par injection intraveineuse en trois jours consécutifs, les patients avaient des taux d’IL-6 inférrieurs à ceux observés chez les patients recevant 5 mg/kg en une seule injection intraveineuse chaque semaine.

Lire aussi  TRAMETINIB : un espoir pour les malades du cancer

Le trémélimumab peut être utilisé seul ou en combinaison avec d’autres médicaments anticancéreux

Lors d’essais cliniques, le trémélimumab, un anticorps monoclonal anti-PD1 (programmed death 1), a démontré son efficacité en combinaison avec la chimiothérapie dans le traitement du cancer de l’oesophage.

Le trémélimumab (Afinitor) est un anticorps monoclonal « first-in-class » qui cible les récepteurs PD1 / PDL1 des cellules cancéreuses, et empêche leur croissance. Dans une étude clinique de phase III menée chez des patients atteints d’un carcinome épidermoïde oral ou spinocellulaire avancé non résécable, le trémélimumab a été administré seul ou en combinaison avec la chimiothérapie standard (5FU + cisplatine).

Les patients ont reçu soit une dose unique quotidienne de très fortes doses de chimiothérapie associée au trémélimumab (n = 442) soit la même dose quotidienne de chimiothérapie associée à une dose hebdomadaire par voie intraveineuse du transtuzumab (n = 429).

La durée moyenne du traitement était de 7 semaines pour le groupe traitement combinatoire et 6 semaines pour le groupe ttt par voie intraveineuse. Tous les patients ont ensuite reçu 5FU + cisplatine comme traitement système jusqu’à progression de la maladie ou toxicités inacceptables liés au traitement.

L’objectif primaire de l’étude était la survie sans progression à six mois.

Les effets secondaires courants du trémélimumab comprennent la fièvre, la fatigue, les nausées et les vomissements

Les effets secondaires courants du trémélimumab comprennent la fièvre, la fatigue, les nausées et les vomissements.

Les effets indésirables suivants ont également été signalés chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde traités par le trémélimumab:

· Infections fongiques, bactériennes, virales ou parasitaires (voir rubrique 4. 4)

· Réactions cutanées graves (voir rubrique 4. 4)

· Augmentation des taux sanguins de cholestérol et/ou de triglycérides (voir rubrique 4. 4)

· Dans certains cas rares mais graves, apparition d’anticorps antinucléaires (ANA), qui peut être accompagnée de:

o Une inflammation des articulations pouvant engager le pronostic vital

Lire aussi  Quel programme sportif pour maigrir à la maison ?

o Une atteinte rénale pouvant aller jusqu’au décès du patient lorsque celle-ci est associée à une insuffisance rénale aiguë (IRA).

L’association d’anticorps antinucléaires aux manifestations cutanée ou artica­leuses doit faire rechercher une vascularite associée au tré­mélimumab et entraîner sa suspension jusqu’à la disparition complète des symptômes cliniques. Des réactions cutanées graves ont été rapportés chez un petit nombre de patients traités par Tralokinumab en association avec le même inhibiteur puissant du point de contrôle PD-1 que le trametinib; cela inclut éruption cutanée grave, urticaire générale et dermatite exfoliative bulleuse avec épiderme perforant et cloques voir rubrique 4. 4.

Le tremelimumab peut également provoquer des effets secondaires graves, tels que des problèmes de foie, des infections graves et une inflammation des poumons

Le tremelimumab est un médicament généralement bien toléré, quoiqu’il peut occasionner des problèmes de foie et d’infections graves.

Les effets secondaires les plus courants sont la diarrhée, des nausées, des vomissements, une perte d’appétit ou une diminution de l’appétit ainsi que des douleurs à l’estomac.

Lorsque vous prenez du tremelimumab en combinaison avec le méthotrexate, il y a un risque accru d’ulcère gastrique ou duodénal et de cancer de l’estomac.

La plupart des effets secondaires disparaissent après quelques mois; toutefois, si vous éprouvez certains problèmes persistants ou qui ne disparaissent pas après quelques mois, parlez-en à votre médecin. Si vous êtes atteint d’une infection grave (par exemple une pneumonie), discutez avec votre médecin afin de déterminer si vous pouvez continuer ce traitement.

Le trémélimumab est un médicament expérimental et n’est pas approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis

Le trémélimumab est un médicament expérimental et n’est pas approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis. Ce traitement ne sera pas commercialisé aux États-Unis par le laboratoire pharmaceutique Amgen car il est considéré comme trop cher. Cependant, les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde sont autorisés à participer au programme d’essais cliniques européens (EudraCT) pour ce traitement expérimental.

Lire aussi  Soins palliatifs : bien plus que des soins médicaux

Le médicament expérimental a été développée en partenariat entre Amgen et l’entreprise biopharmaceutique française Sanofi, dont le siège social se trouve à Paris.

L’objectif du programme EudraCT est de faciliter l’accès des patients européens aux traitements innovants qui n’ont pas encore été approuvés dans les pays européens où ils ont été développés.

Le trémélimumab est fabriqué par Pfizer et est également connu sous le nom de CP-67520

Le trémélimumab est un anticorps monoclonal qui bloque les récepteurs Fc?gamma (Fc?R) de type II dans le système immunitaire.

Les récepteurs Fc?R sont des protéines présentes à la surface des globules rouges et blancs, ainsi que sur les cellules.

Les Fc?R forment une famille de protéines qui interviennent dans l’activation du système immunitaire et dans la formation de complexes immuns. Deux types de récepteurs Fc?R ont été identifiés : Fc?RIIA, qui stimule l’activation du système immunitaire et favorise la phagocytose; et FC-RIB, qui participe à la formation du complément circulant.

L’anticorps monoclonal inhibiteur anti-FC-RIB appartient à une classe thérapeutique connue sous le nom de « bloqueurs/inhibiteurs du facteur C activateur circulant » (CAC).

Il s’agit d’une nouvelle classe thérapeutique en phase III pour le traitement des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde active modérée à sévère, non contrôlée par au moins un traitement conventionnel comprenant un ou plusieurs moyens biologiques tels que l’anakinra, le tocilizumab ou l’étanercept.

Le trémélimumab a été développé par Pfizer et est commercialisée aux États-Unis sous le nom de CP-67520.

Tremelimumab est un nouveau traitement qui vient d’être approuvé par la FDA. Il s’agit d’une thérapie génique qui consiste à injecter des cellules de lymphocytes T modifiées génétiquement afin qu’elles puissent reconnaître et tuer les cellules cancéreuses.

%d blogueurs aiment cette page :