Syndrome de calimero : 4 clés pour l’identifier et le soigner

Calimero, un poussin noir avec une coquille d’œuf sur le dessus de la tête, aimait dire « C’est vraiment injuste ! En tant qu’enfant ou adulte, il est possible de s’identifier à lui car il représente la réalité de l’adversité de l’enfance que nous avons tous vécue. Mais l’utiliser, c’est se mettre dans la peau d’un individu qui souffre en silence et attend l’aide d’un proche. Les personnes souffrant de l’affection connue sous le nom de syndrome de Calimero ont tendance à se plaindre fréquemment et suscitent plus de colère que d’empathie car leurs plaintes semblent infondées, voire exagérées. Contrairement à la croyance populaire, il ne s’agit pas uniquement d’un problème égocentrique.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, nous vous fournissons une explication détaillée de cette affection ainsi que des conseils sur la manière de vous en débarrasser. Si vous pensez en être atteint, n’hésitez pas à faire ce test, qui est gratuit et vous donnera de précieuses informations.

Résumé de l’article

  1. Comment reconnaître le syndrome de Calimero ?
    1. Signe ndeg1 : Les avantages de la plainte
    2. Signe NDEG2 : L’injustice du passé
    3. Signe NDEG3 : Le masque social
    4. Signe NDEG4 Une tendance à cibler
    5. Signe NDEG5 Un ancrage dans l’opposition
  2. 4 clés pour guérir le syndrome de Calimero
    1. La première étape consiste à apprendre à exprimer vos doléances
    2. La deuxième clé est de trouver vos propres solutions
    3. 3ème clé : Apprenez à accepter qui vous êtes
    4. 4ème clé : obtenir du soutien

Comment reconnaître le syndrome de Calimero ?

Les personnes souffrant du syndrome de Calimero se plaignent constamment et dissimulent un intense sentiment d’iniquité. Voici cinq signes qui définissent le syndrome de Calimero pour l’identifier :

    1. L’avantage de la plainte
    2.

L’

    injustice passée
    3. Le masque du social
    4. Une tendance à la culpabilisation
    5. Un ancrage qui s’oppose

Signe n° 1 : Les avantages de se plaindre

Se plaindre, c’est être en désaccord avec quelqu’un d’autre, et le but de se plaindre est de trouver du réconfort. Il y a un besoin de s’exprimer lorsqu’on se plaint et verbaliser peut aider à lâcher prise et à se détendre. Se plaindre peut aider à garder le psychisme sous contrôle pour tous les individus et le groupe C’est une action fédératrice.

Lorsque l’on exprime sa frustration par la verbalisation, on diminue les risques de développer une maladie psychosomatique. Par leur franchise, les personnes atteintes du syndrome de Calimero informent le monde : « Ne vous habituez pas à l’injustice !

Quelques plaintes sont conçues pour être bénéfiques et, surtout, leur but est de créer des changements dans une situation. Si l’apitoiement devient constant et répétitif, et que la personne qui se plaint constamment crée une habitude d’existence et une façon d’être dans la relation, nous pouvons être sûrs que nous avons affaire au syndrome de Calimero.

C’est la durée qui est la plus significative. En fait, certains ont l’impression d’être étouffés par cette souffrance de l’existence. Ils sont incapables de communiquer d’une manière différente, comme si c’était leur seule façon d’être au monde.

Signe ndeg2 : Injustice passée

Les calimeros sont reconnus comme étant le résultat d’une injustice passée. Le syndrome de Calimero est une condition qui affecte les personnes qui ont souffert d’une injustice. Le syndrome de Calimero se manifeste chez ceux qui sont incapables de vivre leur vie autrement qu’en se concentrant sur leur douleur, ce qui les amène à souffrir d’un sentiment constant de mal-être. Ils manifestent une tristesse incessante par des plaintes persistantes, se sentent mesquins et souvent incompris.

Ils ont besoin de soins et de réconfort constants de la part de leur entourage, ce qui peut être épuisant pour les membres de leur famille.

Les Calimero ont en fait du mal à partager leur douleur. Cela est généralement dû à des expériences vécues dans leur enfance qui leur ont apporté beaucoup de malheurs, et donc d’injustices, dont ils n’ont jamais parlé.

Lire aussi  Parent toxique : 5 conséquences sur votre vie d'adulte

Ils n’ont pas été reconnus par leur famille et n’étaient pas en paix. Ils ont pu ressentir de la honte, voire de l’humiliation, des moments de rejet et d’abandon.

Le fait d’être une victime innocente de l’injustice à un stade précoce, et sans sécurité ni consolation, créera un sentiment d’insécurité chez l’enfant ou l’adolescent. Calimero Les gens ne se plaignent pas de quelque chose qui se passe ou même de quelque chose qui est vieux et ils craignent que les injustices se reproduisent. Ils portent une apparence de plainte, qui dissimule les problèmes plus graves.

Lisez aussi cet article 3 stratégies cliniquement prouvées pour vous aider à gérer facilement vos émotions

Signe ndeg3 Le masque social

La modestie du Calimero peut l’amener à se plaindre d’une quantité infime de choses (le café qui brûle et le train qui a du retard…) pour éviter de parler en privé de problèmes personnels et, souvent, plus graves, comme les problèmes relationnels, d’argent ou de santé.

Ils ont tendance à s’en prendre aux choses banales du quotidien, afin d’éviter de parler de leurs véritables blessures. Ainsi, elles concentrent leur souffrance sur quelque chose de mineur. Cette attitude est subconsciente et elles ne se rendent même pas compte qu’elles le font.

Ces plaintes, qu’elles soient verbales ou physiques, cachent une colère ou une agressivité difficile à exprimer.

Enfant au départ, le Calimero est rapidement un irritant pour les personnes qui l’entourent. Les personnes qui lui sont proches tentent de l’aider, mais ne parviennent pas à le faire de manière durable. Lassés des plaintes et des gémissements, ils décident de le quitter. Le Calimero va alors déclarer que les gens le fuient et se replonger dans l’apitoiement. On croit alors que cette personne se comporte comme un Calimero .

Ils ne sont pas en mesure d’exprimer leurs griefs, mais ils sont tout de même déterminés à être entendus et à partager leur douleur. Le problème est de savoir si l’injustice qui est déclenchée est réellement en train de se produire. Par exemple, dans une phase de burnout, il y a un sentiment de fragilité qui n’est pas un signe d’immaturité. Le syndrome de Calmero au travail est difficile à gérer en raison des plaintes fréquentes qui peuvent démotiver rapidement les équipes.

Mais les Calmeros restent dans la position de l’enfant qui attend le réconfort des autres. La plupart du temps, ils ne déclarent pas une injustice légitime, mais expriment plutôt un sentiment de mécontentement qui diminue leur crédibilité auprès de leur entourage.

A consulter également : 8 signes que vous souffrez du syndrome de l’imposteur.

Signe n° 4 : Une tendance à rejeter la faute sur les autres

Les personnes souffrant de ce trouble ont une forte tendance à se victimiser. La majorité des plaintes sont des lamentations ; cependant, elles portent généralement sur des sujets innocents et superficiels. Ils peuvent utiliser des mots qui se rapportent à la persécution et utiliseront ce genre de déclaration : « C’est toujours à moi que ça arrive ! Habituellement, les plaintes injustifiées sont répétées et les gens sont constamment mécontents.

Les réprimandes sont fréquentes. En fin de compte, l’opposition est enracinée, toutes les interprétations qu’ils donnent sont généralement négatives. L’humeur générale est terne et sombre, les râleries sont monnaie courante et le fond de négativité est constant.

Les Calimeros affligés considèrent que la mode les entoure toujours et ils ont peur d’être ignorés ; ils ont constamment peur d’être snobés ou dédaignés. Ils ont du mal à être satisfaits de leur vie. Leur estime de soi est extrêmement faible.

Comme cette activité devient une partie routinière de leur vie, ils pourraient être enclins à devenir complaisants et à se victimiser, s’engouffrant dans des sentiments négatifs de ressentiment. Cependant, ils ne sont pas conscients de leur situation d’oppression, même lorsque d’autres personnes de leur entourage partagent leurs expériences à ce sujet. Les personnes qui les entourent finissent par s’éloigner, incapables de supporter le poids de leurs jérémiades. Le Calimero peut se sentir isolé et seul, ce qui entraîne parfois une dépression, voire une sorte de déprime. Cela peut également conduire à une envie de rester à la maison.

Lire aussi  Comment devenir franchisé dans l'industrie du CBD ?

Lisez également cet article : 5 façons de surmonter le retrait émotionnel

Signe ndeg5 : Une ancre dans l’opposant

Il existe de nombreux types de Calimero qui sont tous de l’un ou l’autre sexe, homme ou femme portent des masques pour ne pas parler d’eux-mêmes, afin d’éviter d’exprimer leurs véritables sentiments. La douleur est très profonde et il s’agit d’empêcher l’autre de se mettre en travers ou même de faire preuve d’insensibilité.

Si la blessure de l’injustice est généralement à l’origine de la douleur, toute personne est un Calimero à la suite d’un événement difficile ou fragile à vivre.

D’autres situations peuvent provoquer le syndrome de Calimero. Par exemple, si une personne a été élevée par une famille fortement engagée dans la lutte contre l’injustice, elle aura tendance à reproduire ce schéma. Parfois, c’est la personne qui se plaint constamment qui a subi une injustice à l’âge adulte et qui la répercutera dans tous les aspects de sa vie.

Les Calimeros, également connus sous le nom de pessimistes, sont focalisés sur les torts. Ils sont dans un état de refus du mécontentement. Ils sont incapables d’accepter que les choses ne puissent pas changer comme ils le souhaiteraient. Certaines personnes, plus nihilistes, ne veulent pas que les choses se passent comme prévu et tout est vu comme négatif.

En fin de compte, certains se plaignent continuellement d’être sous les feux de la rampe. Ils organisent un événement afin d’attirer l’attention des autres. Dans la plupart des cas, c’est le résultat de la création d’un monde fictif pour que les gens s’apitoient sur leur sort.

4 conseils pour traiter le syndrome de Calimero.

Si vous pensez que vous souffrez d’une maladie mentale due à ce syndrome ou qu’une personne de votre entourage en souffre, voici quatre suggestions pour améliorer la situation. Vous n’êtes pas obligé de vivre avec puisque le syndrome de Calimero est facilement traitable :

    1. Apprenez à exprimer vos doléances
    2. Trouvez les réponses que vous voulez
    3. Acceptez-vous vous-même
    4. Demandez de l’aide

Première étape : Apprenez à exprimer vos doléances

En général, se plaindre ne donne pas aux autres l’occasion de vous proposer une solution pratique. Lorsque vous apprenez à mieux définir votre grief et votre plainte, vous pouvez essayer de transcender l’apitoiement. Il est important de continuer à exprimer votre mécontentement ainsi que vos sentiments d’injustice, car lorsqu’ils sont valables, en parler vous soulagera. C’est une méthode saine pour exprimer vos sentiments.

Par exemple, vous pouvez remplacer la plainte par une description réelle de vos émotions. Cela vous évitera d’exprimer vos sentiments en vous apitoyant uniquement sur votre sort. De plus, en procédant ainsi, vous pouvez partager les problèmes que vous rencontrez avec vos amis et les membres de votre famille. Ils peuvent alors vous apporter leur aide s’ils sont inquiets.

En repensant votre colère en une demande concrète et en une requête concrète, vous ne serez pas en mesure de subir la même agitation émotionnelle que vous subissez, mais plutôt avec une attitude entrepreneuriale qui favorise un état émotionnel calme. Les récriminations qui sont légitimes peuvent être converties en actions tangibles.

Clé n° 2 : Répondez à vos propres questions

Cela signifie prendre soin de vous, sans compter sur les autres pour être la principale source de votre joie. Cela signifie également ne pas compter sur le chantage psychologique des personnes qui vous entourent, mais plutôt chercher vos propres solutions.

Lire aussi  PERVERS NARCISSIQUE : 13 signes pour le reconnaître

En devenant autonome dans votre réflexion, vous serez en mesure de transformer l’acte de vous plaindre en quelque chose de nouveau ; par exemple, en écrivant vos plaintes dans des carnets, ou en vous engageant dans une tâche manuelle ou qui implique votre corps.

L’art-thérapie peut vous offrir des solutions pour vous reconnecter à vous-même, mais aussi pour vous aider à évacuer votre ressentiment, comme la rancune ou la tristesse. Enfin, la pratique de la méditation peut vous aider à maintenir votre attention sur le présent.

La troisième clé est d’apprendre à s’accepter

Cette démarche peut sembler difficile. Il est vrai que, souvent, le Calimero n’est pas conscient que le Calimero se plaint constamment.

L’effet miroir est extrêmement efficace, par exemple, lorsque vous filmez la personne qui se plaint constamment pour qu’elle révèle sa vérité.

Si vous êtes victime d’un Calimero Vous ne devez pas avoir peur de lui dire d’arrêter et de lui dire que vous allez l’écouter, mais que vous ne pouvez pas trouver la solution pour lui. En fixant un montant, il se confronte à sa propre situation : ses plaintes ne peuvent pas être déversées en réverbérations sans fin sur les autres. Cela pourrait l’amener à envisager de suivre une thérapie.

Si vous pensez souffrir de ce trouble, en parler avec votre entourage peut vous aider. De plus, en vous éloignant involontairement de la réalité que votre vie n’est pas parfaite, vous serez capable de changer lentement votre attitude et de former vos pensées différemment. Le fait de pouvoir écouter une personne de confiance avec compassion et compréhension vous aidera à découvrir en vous les clés pour aller de l’avant.

Clé ndeg4 : Obtenir du soutien

Pour commencer à disséquer les plaintes et la victimisation, il est nécessaire de déterminer : Quelles sont les injustices réelles ? Quelles sont celles qui sont imaginées ? De même, il faut être capable de discerner entre l’insatisfaction et l’injustice ou le mécontentement.

Pour ce faire, reconnaître les injustices passées qui ont causé le mal, est une étape cruciale. La psychothérapie peut vous aider à découvrir la source du problème, et elle vous aide également à vous accepter tel que vous êtes vraiment. La thérapie cognitivo-comportementale peut vous aider à surmonter les croyances qui vous empêchent de vous accepter pleinement.

A ne pas oublier

Si vous souffrez, la thérapie est un excellent moyen de vous libérer d’un traumatisme émotionnel ainsi que des mécanismes négatifs qui y sont associés. Il s’agit d’explorer vos sentiments et de faire la lumière sur des situations difficiles de votre passé pour les voir d’une manière différente. La thérapie peut vous aider à prendre conscience des facteurs qui interviennent dans vos interactions avec les gens et avec vous-même, et à mettre des mots sur cette expérience pour vous aider à vous en débarrasser. Le processus d’élimination de la coquille qui tombe autour de vos yeux peut prendre un certain temps. Les personnes qui souffrent du syndrome de Calimero ont besoin, au-dessus des mots qu’elles utilisent pour exprimer leurs plaintes, d’être entendues. Si vous vous êtes reconnu ou si vous connaissez quelqu’un, n’hésitez pas à en parler à un psychologue expérimenté. La psychothérapie peut vous aider à comprendre les problèmes auxquels vous êtes confronté et vous aider à vous libérer de vos fardeaux émotionnels pour pouvoir avancer en toute sérénité dans votre vie.

%d blogueurs aiment cette page :