Le daratumumab, un nouvel espoir pour les patients atteints de cancer

Le daratumumab est un anticorps monoclonal qui a été développé par le laboratoire Janssen.

Il s’agit d’un traitement de la leucémie lymphoïde chronique (LLC) réfractaire à une chimiothérapie antérieure.

Le daratumumab est utilisé seul ou en association avec un agent immunosuppresseur, tels que le rituximab, la bendamustine ou le chlorambucil.

Il est indiqué pour les patients adultes atteints de LLC réfractaire au rituximab et à l’interleukine-2.

Qu’est-ce que le Daratumumab ?

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal qui aide à traiter le myélome multiple.

Il s’agit d’un type de maladie cancéreuse du sang qui affecte la moelle osseuse et les cellules sanguines.

Le myélome multiple est un cancer qui se développe à partir des plasmocytes, des cellules du système immunitaire. Ce type de cancer peut provoquer une insuffisance rénale et une anémie.

Le traitement standard pour le myélome multiple consiste à administrer des agents chimiothérapeutiques pour tuer les cellules cancéreuses. Cependant, ces traitements peuvent être très toxiques pour les patients atteints de cancer, en particulier ceux dont le tissu osseux est endommagé par la maladie. On a alors recours au Daratumumab, un anticorps monoclonal appelé anti-CD38, utilisé pour traiter certaines formes de myélomes multiples avancés chez certains patients adultes dont l’état ne peut pas être améliorée par d’autres types de traitements existants.

Quels sont les effets secondaires du Daratumumab ?

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal utilisé dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique (LMC) et de certains cancers du sang en phase chronique.

Il est disponible sous forme de lyophilisat injectable ou en perfusion intraveineuse sur une courte durée. On l’utilise aussi pour traiter les patients atteints d’un lymphome folliculaire récidivant ou réfractaire, qui n’ont pas répondu à au moins un protocole antérieur de chimiothérapie à base de fludarabine.

Lire aussi  Parcours de soins du patient en cancérologie

Le Daratumumab est administré seul ou en association avec la thalidomide, le bortezomib, la dexamethasone et la cyclophosphamide chez les patients atteints d’une LMC non précédemment traitée et exprimant des gènes BCR-ABL à haut risque. Ce médicament inhibe la croissance cellulaire anormale des cellules cancéreuses du sang appelée « blastes », ce qui amène les globules blancs à combattre l’infection plus efficacement et permet aux cellules sanguines normales produites par la moelle osseuse de circuler plus facilement.

Il est également connu pour avoir une incidence sur les symptômes tels que:

  • La fatigue
  • Des douleurs osseuses
  • Une infection

Comment le Daratumumab est-il administré ?

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal qui s’administre par injection sous-cutanée.

Il est utilisé pour traiter les patients atteints d’un type particulier de leucémie myéloïde chronique (LMC) qui ne répondent pas aux traitements standards. Ce médicament contient une molécule, l’anticorps anti-CD38, dont les propriétés antinéoplasiques ont été démontrées à l’aide d’expériences sur des souris et des cellules humaines.

Lorsqu’il est administré par voie intraveineuse, le Daratumumab peut entraîner des effets indésirables graves comme la rhabdomyolyse ou la nécrose tubulaire aiguë (ATN).

Les patients doivent donc recevoir ce médicament sous surveillance clinique et biologique étroite.

Le Daratumumab est administré en perfusion intraveineuse toutes les trois semaines pendant au moins six mois, puis une fois par mois pendant encore au moins 4 semaines après la fin du traitement initial.

La posologie recommandée varie selon l’indication spécifique du patient et le stade de la maladie :

  • Indication 1 : Traitement initial de la LMC chronique chez les adultes
  • Le traitement initial comprend 10 jours consécutifs d’administration de Daratumumab à raison de 2 mg/kg/jour suivi par une administration hebdomadaire pendant 6 cycles.

Combien de temps faut-il pour que le Daratumumab fasse effet ?

La plupart des patients atteints de myélome multiple qui ont reçu le Daratumumab n’ont pas remarqué une différence immédiate dans les symptômes ou la fonction de leur système immunitaire.

Lire aussi  La clinique du Cap d'Or, un établissement de santé de qualité

Le plus souvent, cela se produit après quelques semaines.

Les effets secondaires peuvent inclure une réaction au site d’injection. Si vous avez un effet secondaire inattendu, contactez votre médecin afin que votre traitement puisse être adapté et surveillé.

Le Daratumumab est-il efficace pour tous les types de cancer ?

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal qui est indiqué dans le traitement du cancer du sang de type lymphome folliculaire.

Il inhibe la protéine kinase C-Raf, une cible thérapeutique importante dans les cancers associés à la voie RAS/MAPK.

Le Daratumumab a reçu son autorisation d’utilisation en Europe et aux États-Unis en 2015, mais il n’est pas encore disponible partout dans le monde.

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal utilisé pour traiter certains types de lymphomes ou leucémies myéloïdes chroniques (LMC).

Il bloque l’activation de la protéine kinase C-Raf (PKC), une cible thérapeutique importante dans les cancers associés à la voie MAPK (signalisation intracellulaire des récepteurs de facteur de croissance épidermique).

Le Daratumumab appartient au groupe des anticorps anti-CD38 et se lie de façon sélective à CD38, qui est exprimée par certaines cellules cancéreuses.

Quels sont les risques associés au Daratumumab ?

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal. Cela signifie qu’il s’agit d’un médicament qui se compose d’une seule molécule.

Il agit en bloquant la croissance des cellules tumorales.

Les patients atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) expriment souvent des récepteurs à l’interleukine-2 (IL-2) sur les globules blancs, ce qui peut entraîner une croissance anarchique et incontrôlée de ces cellules.

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal qui bloque et détruit les cellules cancéreuses exprimant des récepteurs à l’interleukine-2 (IL-2).

Lire aussi  Comprendre le trouble de la personnalité histrionique !

Il s’agit d’un moyen efficace pour traiter la LMA chez les patients qui ne répondent pas aux traitements chimiothérapeutiques standards ou chez ceux dont la maladie s’est propagée au sang périphérique ou aux ganglions lymphatiques.

Vous trouverez plus d’informations sur le site suivant: http://www.cancer.ca/fr

Le Daratumumab est-il couvert par les assurances médicales ?

Le Daratumumab est un anticorps monoclonal qui cible les protéines PD1 et PDL1, deux protéines présentes à la surface des cellules immunitaires. Ces protéines sont des récepteurs qui permettent aux cellules immunitaires de reconnaître les cellules anormales.

Leur fonction principale est d’empêcher le système immunitaire d’attaquer les cellules saines.

Lorsque le traitement par Daratumumab entraîne la destruction des tumeurs, il peut en résulter une perte de poids importante.

Les personnes atteintes de cancer du poumon non à petites cellules métastatique (NSCLC) sont souvent traitées avec ce type d’anticorps monoclonal en combinaison avec un autre agent chimiothérapeutique, tel que l’erlotinib ou le pazopanib.

Les effets secondaires courants liés au traitement comprennent :

  • La fatigue
  • Une inflammation des ganglions lymphatiques
  • Des infections fréquentes
  • Des troubles gastro-intestinaux et une diarrhée
  • En conclusion, l’utilisation de la chimiothérapie associée au daratumumab est une option thérapeutique intéressante pour les patients atteints de leucémie myéloïde aiguë récidivante ou réfractaire. Cette étude porte sur un petit nombre de patients et ne permet donc pas de tirer des conclusions définitives. D’autres études sont en cours pour évaluer cette approche.

    %d blogueurs aiment cette page :