Anorexie : 8 symptômes qui ne trompent pas

Le désir de contrôler son corps, surtout pendant la puberté qui apporte de nombreux changements, est normal : suivre un régime ésotérique, faire plus d’exercice… Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. En revanche, lorsque le plaisir de manger disparaît à cause d’une rigidité extrême, sans aucune souplesse, et que la perte de poids tourne à l’obsession, cela peut être un des premiers signes de l’anorexie.

Résumé de l’article :

  1. Qu’est-ce que l’anorexie ? (définition)
  2. Quels sont les signes de l’anorexie mentale ?
    1. Symptôme n°1 : perte de poids
    2. Symptôme NDEG2 : l’absence de cycles menstruels (aménorrhée )
    3. Le troisième symptôme est le contrôle obsessionnel des images corporelles
    4. Symptôme n°4 : changements dans les habitudes alimentaires
    5. 5 Symptômes : Pensées induites par la nourriture
    6. Symptôme 6 : hyperactivité physique et comportements de purge
    7. Symptôme n° 7 : Refus des activités sociales
    8. 8 Symptômes : Un corps abîmé

Qu’est-ce que l’anorexie exactement ? (définition)

L’anorexie est un trouble du comportement alimentaire caractérisé par une peur extrême de perdre du poids et une perte de poids extrêmement importante due à des restrictions alimentaires mises en place depuis longtemps. Elle est également connue sous le nom d’anorexie mentale.

L’image projetée du corps est déformée et la femme anorexique n’est pas consciente de la gravité de son état, ce qui est le cas dans de nombreux troubles du comportement alimentaire.

Il existe deux types d’anorexie :

  • L’anorexie restrictive La perte de poids est principalement due à la restriction, au jeûne et à l’exercice physique extrême.
  • La deuxième catégorie comprend les troubles du comportement alimentaire qui entraînent une frénésie alimentaire et des comportements compensatoires tels que les vomissements, l’utilisation de laxatifs ou de diurétiques.

Quels sont les signes de l’anorexie nerveuse ?

L’anorexie peut être un problème très grave. Elle est déclenchée par des mécanismes qui se mettent lentement en place, qu’elle soit présente chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte. De plus, il existe de nombreux indicateurs de l’anorexie chez l’adulte ou l’adolescent qui sont des symptômes permettant d’identifier la maladie :

  1. Perte de poids rapide
  2. Absence de cycle menstruel (aménorrhée)
  3. Contrôle obsessionnel de l’image corporelle
  4. Changements pendant les repas
  5. Pensées liées à la nourriture
  6. Hyperactivité physique ainsi que des comportements de purge
  7. Blessures corporelles
  8. Refus des activités sociales

Symptôme n° 1 : Perte de poids rapide

La perte de poids est l’un des principaux signes physiques de l’anorexie mentale. Elle est généralement rapide et spectaculaire. Cependant, pour ceux qui se trouvent dans l’entourage d’une femme ou d’un homme anorexique, elle n’est pas toujours apparente car le corps est souvent dissimulé par des vêtements amples. La perte peut atteindre jusqu’à 30 % du poids perdu en quelques mois.

Chez un enfant prépubère, la courbe de masse corporelle doit être examinée car elle permet de suivre l’indice de masse corporelle tout au long de la croissance. En cas d’anorexie dans l’enfance, la prise de poids s’arrête et la croissance ralentit avec la rupture de la courbe.

Chez les adolescents, on observe une perte de poids notable, de l’ordre de 15 % par rapport au poids attendu pour la taille et l’âge. À l’âge adulte, l’IMC est faible (moins de 18,5 kg/m2) et la perte de poids est supérieure à 15 %.

On perd d’abord de la graisse, puis des muscles. La perte de poids entraîne une dénutrition. Cela peut entraîner des carences et des effets graves sur la fonction musculaire et, en particulier, sur le cœur.

Des problèmes osseux peuvent être constatés avec un risque de développer une ostéoporose.

C’est bon à savoir.

9 cas d’anorexie mentale 9 cas sur 10 sont des femmes.

Le trouble est prévalent à la puberté, généralement entre 13 et 17 ans, la prévalence la plus élevée se situant autour de 16 ans. Au cours de plusieurs années, une inversion de l’âge de la patiente a été observée. Cependant, l’anorexie est également observée chez des enfants prépubères ou adultes.

Le symptôme ndeg2 est l’absence de flux menstruel (aménorrhée)

Les cycles menstruels peuvent être interrompus et le flux menstruel s’étale ou cesse de se produire (pendant au moins trois cycles). On parle alors d’aménorrhée secondaire.

Lire aussi  6 conseils pour sortir d'une relation amoureuse toxique

Toutefois, l’absence de flux menstruel peut être dissimulée par une contraception à base d’œstrogènes-progestatifs qui provoque des saignements après le retrait.

L’aménorrhée est dite primaire si la jeune fille n’a pas eu de cycles menstruels et que l’anorexie bloque la venue de ses premières règles. Les autres signes de la puberté ralentissent, comme le développement des seins chez les filles et le développement des organes génitaux chez les garçons.

Consultez aussi hyperphagie : 10 indicateurs qu’il est impératif d’agir

Le symptôme ndeg3 est un contrôle obsessionnel de l’image corporelle

Pour une femme souffrant d’anorexie ou pour un homme souffrant d’anorexie, son poids est toujours trop élevé. L’obsession d’être mince et d’avoir un corps parfait, associée à une image de soi peu flatteuse, peut conduire à la peur de devenir obèse.

Au niveau neurologique, le cerveau des anorexiques traite les informations avec une énorme capacité de concentration et une difficulté à se laisser aller, ce qui pourrait être la raison de l’obsession du poids.

Le changement de perception du corps et du poids amène la personne à croire qu’elle est plus grosse qu’elle ne l’est en réalité et à ne pas se rendre compte de sa minceur. Le processus consistant à se peser sur la balance est courant et une femme anorexique peut passer de longues heures devant le miroir, décrivant les parties de son corps qu’elle n’aime pas.

Les traits perfectionnistes associés à une faible estime de soi l’amènent à se concentrer sur les imperfections. Elle se compare à une représentation idéalisée du corps parfait fréquemment promue et dépeinte par la société, et participe indirectement à une pression sociale.

La personne a une peur irrésistible d’être submergée et de ne pas pouvoir s’arrêter de manger, comme c’est le cas avec les vomissements ou la boulimie.

Le pouvoir de la nourriture est puissant, et simultanément alarmant et réconfortant : c’est une prison insidieuse, à double tranchant, à laquelle la personne ne peut échapper, ni à elle-même ni aux autres. Cependant, cela peut influencer la façon dont elle mange.

Des changements de comportement au moment des repas.

Constamment convaincue qu’elle est en surpoids, la femme anorexique ou l’homme anorexique tentera de réduire au maximum ses calories en suivant un régime strict. Pour s’assurer qu’elle contrôle ses repas lorsqu’elle n’est pas en mesure de les éviter, la quantité de son assiette devient de plus en plus grande.

Elle peut mettre la nourriture de côté, puis la placer dans un torchon ou une serviette, la jeter ou la donner à manger à ses animaux domestiques. Couper la nourriture en petits morceaux et la trier en fonction de sa taille est une routine courante. Parfois, la femme anorexique est capable de recracher ce qu’elle a mâché. Des maux d’estomac pendant les repas se manifestent généralement.

Le goût dégoûtant des aliments peut provoquer des sentiments d’indignation et d’évitement des aliments ; les aliments qui étaient auparavant aimés sont désormais jugés peu attrayants. Progressivement, des groupes entiers sont éliminés, y compris les aliments riches en amidon.

Les aliments à faible teneur en calories sont les plus populaires et compter les calories devient une routine. Des régimes spécifiques sont fréquemment exigés et l’étiquetage sur l’emballage est examiné comme les troubles orthorexiques.

Il convient de prévenir un adolescent qui invente des raisons pour éviter les repas ou qui ne veut plus dîner à table, mais préfère rester dans sa chambre. Il est crucial que les membres de la famille et les amis maintiennent le lien autour de la table pendant les repas. Il peut être difficile de reconnaître un trouble alimentaire si vous n’êtes pas présent pendant les repas, car les anorexiques ont appris à dissimuler leur comportement erratique.

Lire aussi  Parent toxique : 5 conséquences sur votre vie d'adulte

Le symptôme n° 5 est que la nourriture a influencé la pensée

Toute l’activité intellectuelle d’une femme ou d’un homme anorexique est axée sur les moyens de gérer son régime alimentaire. Elle est toujours en train de penser à la nourriture et essaie de développer des stratégies pour garder son poids sous contrôle.

Elle peut, par exemple, dresser des listes de courses contenant des aliments spécifiques ou préparer des repas pour toute la famille. Il y a une forte méthode de contrôle donnée à tous les membres de la famille qui provoque généralement des conflits.

Le comportement des personnes souffrant d’anorexie avec le comportement des toxicomanes ou des alcooliques : dissimuler, cacher et mentir… La dépendance alimentaire est présente.

Lorsque l’anorexie est en cause, il s’agit d’une dépendance à la perte de poids ; perdre du poids est un objectif qui est récompensé par les circuits de récompense du cerveau. Au fur et à mesure que le trouble s’aggrave, le corps s’adapte aux limitations en modifiant certains systèmes, ce qui entraîne la libération d’endorphines, non pas au moment où l’on mange mais pendant le processus de restrictions alimentaires ainsi que le jeûne alimentaire.

Contrairement aux personnes dépendantes de l’alcool ou des drogues qui ne sont pas capables de contrôler leurs envies, les personnes souffrant d’anorexie ont un grand contrôle sur leur folie lorsqu’elles sont sous la pression des envies, et c’est la raison pour laquelle elles restent dans des états extrêmes de restriction.

Les personnes qui souffrent d’anorexie ont généralement une faible estime d’elles-mêmes. Cela signifie qu’elles sont plus enclines à développer un type de dépendance émotionnelle. Une personne anorexique peut avoir été victime d’un abandon et, pour ne pas revivre ses traumatismes passés, elle se tourne vers son partenaire.

Consultez aussi : 11 raisons psychologiques de l’affection connue sous le nom de boulimie.

Symptôme n° 6 : Activité physique excessive et comportement de purge

Pour contrôler la perte de poids, des stratégies sont mises en place. Afin de contrôler le poids, la prise de diurétiques ou de coupe-faim est typique, tout comme la potomanie qui est l’habitude de boire de grandes quantités d’eau.

Lorsque le trouble est relativement nouveau et que le manque de nutrition n’a pas encore affecté le corps de manière significative, la femme ou l’homme anorexique fait preuve d’une énergie incroyable. Elle peut se surinvestir dans le sport et cet exercice intense peut déclencher en elle des émotions positives qui augmenteront ses habitudes de perte de poids…

Les symptômes de l’anorexie chez les hommes sont principalement liés à l’hyperactivité physique. Les hommes sont également plus sensibles à la boulimie.

Le fait de vider rapidement les placards et de se goinfrer dans un laps de temps extrêmement court peut être un signe de boulimie, et ne doit pas être confondu avec les symptômes d’une alimentation excessive.

En effet, à partir du moment où la frénésie alimentaire est liée à l’anorexie, des comportements purgatifs sont imposés : vomissements sur les toilettes, prise de lavements, prise de laxatifs, et la frénésie alimentaire ne s’accompagne pas d’un comportement d’élimination des aliments.

Le symptôme ndeg7 est le retrait social

Une alimentation insuffisante affecte le cerveau et peut provoquer de l’anxiété ainsi que des difficultés de concentration. Les symptômes d’anxiété et d’hyperémotivité sont visibles. Les pensées obsessionnelles, la dépression et les idées noires font partie de la personne. Les émotions sont directement liées à l’alimentation et, dans l’anorexie, l’incapacité à les gérer alimente le trouble. La femme consomme ses émotions (hyperphagie boulimique, boulimie) ou ne consomme pas de nourriture (anorexie). Dans tous les cas, les émotions ne sont pas pleinement ressenties par les personnes souffrant d’un AN.

Les troubles du sommeil sont fréquents, notamment l’insomnie. L’estime de soi peut être affectée par la malnutrition et la perception déformée de son corps.

Lire aussi  Stress post-traumatique : 15 symptômes qui ne trompent pas

Au final, on constate une perte d’intérêt pour les activités que l’on appréciait auparavant, le retrait de la vie sociale et l’isolement social sont des symptômes. Par crainte d’être en conflit avec les autres, les personnes évitent de se socialiser et de sortir, se retirent et s’isolent davantage.

Les jeunes peuvent vouloir passer plus de temps avec leurs parents et moins de temps avec leurs camarades. Cela peut les amener à s’éloigner de l’école ou du monde du travail. Si ce n’est pas le cas, il s’agit d’un surinvestissement ainsi que d’une hyper-intellectualisation des études ou du travail.

D’une manière générale, le déni peut submerger une personne et il est difficile de lui faire voir le bien-fondé de la situation, ce qui provoque des conflits. La personne est méprisée par son entourage et peut s’en servir pour atteindre ses objectifs.

Or, le déni est une attitude subconsciente qui résulte du refus d’accepter un élément réel ou un ensemble de faits tangibles. Par conséquent, il est difficile pour les familles de les convaincre de l’existence d’une maladie. C’est un problème pour la famille mais aussi pour le patient lui-même La personne doit abandonner tout le système qu’elle a développé pendant des mois, parfois même des années.

Bon à savoir.

Si vous êtes un parent d’une personne qui souffre de troubles alimentaires, il est essentiel que vous soyez accompagné afin de l’aider à éliminer la culpabilité et de pouvoir l’aider avec compassion. Il existe un moyen de gérer l’anorexie de la même manière qu’il est possible de traiter l’hyperphagie boulimique ou la boulimie. N’hésitez pas, si vous le pouvez, à chercher d’abord de l’aide auprès de groupes d’entraide.

Le corps se détériore

Le plus souvent, la personne touchée par le TCA a tendance à être extrêmement froide. En effet, la circulation sanguine est lente, ce qui entraîne des frissons. Le corps peut être plongé dans plusieurs couches de vêtements afin de rester au chaud, plutôt que de se couvrir.

Les maux de tête sont fréquents. La peau semble sèche et les ongles sont durs et cassants. Une perte de cheveux peut se produire, tout comme l’apparition d’un petit duvet fumé semblable au lanugo. En cas de vomissements fréquents, des callosités se développent sur le dos des paumes. Les conséquences pour les gencives et les dents sont graves (destruction de l’émail et multiples caries dentaires, déchaussement, usure irrémédiable).

L’apport calorique insuffisant et la dénutrition épuisent l’organisme, ce qui se traduit par une apparence physique très altérée et des vertiges réguliers.

À long terme, il existe une possibilité de cachexie qui est le résultat de l’asthénie et de l’anémie, toutes deux causées par l’anorexie. La perte de masse musculaire est telle que la femme anorexique reste dans une position d’immobilité.

À garder à l’esprit

Si vous soupçonnez que votre enfant ou un de vos proches souffre d’anorexie, il est essentiel de maintenir le lien avec votre enfant, de ne pas être en colère, mais surtout de trouver un point de vue extérieur pour vous soutenir.

Le traitement de l’anorexie est à la fois physique et psychologique. Comme dans le cas de nombreux autres TCA, il est généralement multidisciplinaire.

L’anorexie mentale peut être traitée comme un trouble qui se soigne. Pour ce faire, le patient doit adhérer au plan de traitement et faire partie du processus de guérison. La thérapie cognitive et comportementale aide la patiente à s’attaquer au cercle vicieux qu’elle a créé pour elle-même, afin de trouver un moyen de se réconcilier avec la nourriture et avec elle-même.

%d blogueurs aiment cette page :