Le dépistage des CCR : comment ça se passe

Le dépistage du cancer colorectal est un examen simple et rapide qui permet de détecter des lésions précancéreuses ou cancéreuses du côlon.

Il s’agit d’un examen de dépistage, car il ne permet pas de guérir le cancer colorectal.

Le dépistage du cancer colorectal est recommandé tous les 2 ans pour les personnes âgées de 50 à 74 ans.

Il est également recommandé pour les personnes ayant un risque élevé (famille avec plusieurs cas, antécédents familiaux).

Le dépistage du cancer colorectal se fait par la recherche de sang dans les selles.

Le dépistage des cancers du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus est un cancer fréquent chez la femme. En effet, il représente 3.000 cas par an en France et 1.700 décès par an sont à déplorer. Dans un premier temps, une analyse mammaire peut être effectuée afin de détecter des anomalies dans le sein dont les symptômes sont similaires à ceux du cancer du sein. Si cela n’est pas possible, il faut alors réaliser une biopsie sur la zone suspecte afin d’en évaluer la gravité ou bien procéder à une colposcopie pour analyser l’intérieur de l’appareil génital féminin à l’aide d’un petit appareil optique muni d’une loupe grossissante qui permet de mettre en évidence des anomalies potentiellement cancéreuses.

Il existe différentes méthodes pour pratiquer un dépistage du cancer du col utérin :

  • La mammographie
  • L’analyse cytologique post-coïtale (ECC)

depistage ccr

Les méthodes de dépistage des cancers du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus est un cancer de la femme.

Il s’agit d’un cancer qui touche le col de l’utérus, la partie supérieure du vagin et du canal utérin. Ce type de cancer peut être diagnostiqué à un stade précoce par la réalisation d’un frottis cervico-vaginal. On peut également dépister ce type de tumeur en se faisant examiner par un gynécologue ou par un médecin généraliste. Cette maladie peut être traitée avec des moyens simples, comme une radiothérapie ou une chirurgie (hysterectomie totale).

Lire aussi  Pourquoi le FOLFIRI AVASTIN est-il efficace

La plupart des cas de cancers du col de l’utérus sont guérissables si les examens nécessaires sont faits à temps.

Le dépistage présente donc un intérêt majeur pour permettre aux femmes d’accroître leurs chances de guérison.

Les facteurs de risque des cancers du col de l’utérus

Le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent chez la femme.

Il provoque environ 18 000 décès par an, et on estime à 150 000 nouveaux cas chaque année.

Le cancer colorectal se développe progressivement dans les cellules du côlon ou du rectum.

Il peut être causé par des facteurs de risque connus, comme l’âge, le surpoids et un régime alimentaire riche en graisses animales. D’autres facteurs de risque sont associés au mode de vie et aux habitudes alimentaires.

Les principaux facteurs de risques sont :

  • La consommation excessive d’alcool
  • Un régime alimentaire riche en graisses animales
  • Des antécédents familiaux de polypes adénomateux (tumeurs bénignes) du côlon ou du rectum

La prévention des cancers du col de l’utérus

Le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent chez la femme en France.

Il tue chaque année plus de 17 000 personnes et provoque près de 14 000 décès par an. C’est donc un fléau qui touche particulièrement les femmes. Si vous êtes une femme, il est important d’être à l’affût des signes pouvant révéler la présence d’un cancer colorectal : diarrhée persistante, constipation ou changement dans votre transit intestinal (apparition de sang dans les selles ou encore modification du volume des selles). En cas de suspicion, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou un gastroentérologue afin qu’il puisse confirmer son diagnostic et vous orienter vers un traitement adapté.

Lire aussi  La qualité des soins aux patients du CHU de Nice

Les symptômes des cancers du col de l’utérus

Il est important de savoir reconnaître les symptômes des cancers du col de l’utérus.

Il faut en effet être en mesure d’identifier la présence de lésions cancéreuses et prendre immédiatement le traitement approprié.

Les principaux signes qui doivent vous alerter sont : des saignements vaginaux non expliqués, une perte ou un écoulement vaginal anormal, des douleurs pelviennes chroniques ou pendant les rapports sexuels, un gonflement du bas-ventre, une sensation de masse au niveau du vagin, une sensation de brûlure au moment d’uriner ou tout autre changement au niveau du vagin. Dès qu’un symptôme apparaît, consultez rapidement votre médecin traitant pour effectuer un examen complet.

Le traitement des cancers du col de l’utérus

La prévention est le meilleur moyen pour éviter le cancer du col de l’utérus, car cette pathologie est beaucoup plus facile à traiter si elle est dépistée rapidement.

La plupart des cancers du col de l’utérus sont diagnostiqués en phase précoce, ce qui permet d’augmenter les chances d’une guérison totale et rapide.

Le dépistage par frottis cervico-vaginal est un moyen simple et efficace pour détecter la maladie.

La campagne nationale de sensibilisation sur le cancer du col de l’utérus se déroule chaque année entre octobre et novembre. Elle vise à informer les femmes sur les mesures préventives contre cette maladie.

Il faut savoir que ces mesures sont simples et peu coûteuses :

  • Faire régulièrement un frottis cervico-vaginal
  • Se faire vacciner contre certains types du virus HPV (Gardasil ou Cervarix)

La survie des patients atteints de cancer du col de l’utérus

Une nouvelle étude scientifique réalisée par l’Université de Californie à San Diego (Etats-Unis) a démontré que les femmes souffrant d’un cancer du col de l’utérus ont une chance de survie plus élevée si elles suivent un traitement précoce, en particulier celles qui ont moins de 40 ans. Cette étude a été publiée le 27 janvier dans la revue médicale JAMA Oncology.

Lire aussi  Les effets secondaires des anthracyclines

Les chercheurs ont analysé les données concernant 2 866 patientes, toutes atteintes d’un cancer du col de l’utérus, soit des cancers invasifs limités ou avancés. Un groupe composé de 1 051 femmes âgées entre 20 et 39 ans et un autre composé de 2 815 femmes âgées entre 40 et 59 ans. Pour éviter cette maladie, les femmes devraient se faire dépister tous les trois ans jusqu’à 50 ans, puis tous les six mois après 50 ans.

Le cancer du col de l’utérus est une maladie fréquente chez les jeunes femmes âgée entre 20 et 30 ans.

Lorsqu’il commence à se manifester par des saignements vaginaux anormaux ou encore par des douleurs pelviennes, il peut rapidement provoquer la mort./box

En conclusion, le dépistage ne permet pas de détecter la plupart des cancers. En effet, les tests sanguins ne permettent pas de détecter les cancers du côlon et du sein. Le test HPV est encore trop peu utilisé en France. Par ailleurs, il n’existe pas de dépistage précoce pour le cancer du col de l’utérus.

%d blogueurs aiment cette page :