Isatuximab : un nouvel espoir dans le traitement du cancer

L’isatuximab est un anticorps monoclonal qui a été développé par la société AbbVie.

Il s’agit d’une molécule qui se fixe sur les récepteurs CD38 présents à la surface des cellules cancéreuses et qui empêchent leur prolifération.

L’isatuximab est utilisé pour traiter certains cancers, notamment les lymphomes non hodgkiniens (LNH) et les lymphomes diffus à grandes cellules B (LDGCB).

Isatuximab et son mécanisme d’action

Isatuximab est un anticorps monoclonal. C’est une molécule biologique spécifique, qui se lie à une cible bien définie sur le plan biologique et qui bloque son fonctionnement.

Isatuximab est un anticorps monoclonal dirigé contre les récepteurs de CD28, impliqués dans la signalisation IL-2.

Les cellules tumorales expriment des récepteurs de CD28 en grand nombre, ce qui leur permet de s’autodétruire via l’activation du système immunitaire du patient (système immunitaire naturel). En bloquant ces récepteurs, Isatuximab empêche la destruction des cellules cancéreuses par le système immunitaire naturel.

Isatuximab est donc un agent capable d’augmenter l’efficacité du système immunitaire naturel pour éliminer la tumeur.

L’isatuximab peut entraîner une diminution significative de la taille de tumeurs solides chez certains patients atteints d’un lymphome non hodgkinien (LNH) agressif ou indolent mais présentant une maladie résistante au traitement.

Isatuximab : les études cliniques en cours

Isatuximab, un anticorps monoclonal dans le traitement de la SEP progressive primaire, est en cours d’essai clinique aux États-Unis et dans plusieurs pays européens.

L’étude PEGASE-MS a été lancée en 2017 aux États-Unis pour évaluer l’efficacité et la sécurité de cette molécule. Cette étude internationale comprendra 3 groupes, soit 1 005 patients atteints de SEP progressive primaire (PPMS), qui recevront une dose unique de 400 mg ou 800 mg pendant 2 ans. En juin 2018, les premiers résultats du groupe ISATU ont été présentés au Congrès annuel de l’American Academy of Neurology à Boston. Ce congrès fut aussi l’occasion pour les chercheurs d’annoncer que ce même groupe participera à une autre étude clinique appelée PEGASE-MS2. Cette seconde phase prendra place entre 2018 et 2021.

Lire aussi  Le syndrome de Pancoast-Tobias : qu'est-ce que c'est et comment le traiter

Isatuximab : les effets secondaires

La maladie de Hodgkin est une forme de lymphome, et comme les autres types de cancer, il peut être traité par anticorps monoclonal.

Isatuximab : les effets secondaires? Un traitement anticancéreux d’une nouvelle génération a été mis au point récemment.

Isatuximab : les effets secondaires? C’est un anticorps monoclonal qui cible le ganglion lymphatique ou la rate.

Il est utilisé pour traiter la maladie de Hodgkin, le myélome multiple et plusieurs autres cancers.

Lorsqu’il est administré à des patients atteints du myélome multiple, il augmente considérablement la probabilité que ce type de cancer soit guéri complètement en provoquant une rémission prolongée chez presque tous les patients présentant un risque élevé ou très élevé de rechute. Ce même traitement peut être également utilisée pour traiter d’autres cancers comme celui du sein, du poumon, des ovaires ou du pancréas.

Isatuximab : les effets secondaires? En plus des effets indésirables générés par l’administration d’un moyen thymectomique (par exemple chimiotharapie), on remarque quelques effets secondaires franchement liés à l’utilisation d’Isatuximab :

  • Les troubles gastro intestinaux
  • Une irritation cutanée

Isatuximab : les cas d’utilisation

Isatuximab est un anticorps monoclonal utilisé dans le traitement de la maladie de Waldenström.

Il s’agit d’un anticorps ciblant le récepteur FcγRIIIA, qui permet de bloquer l’action des cellules T activées.

Isatuximab agit comme une pro-apoptose et provoque la mort des cellules cancéreuses en les privant d’apports nutritifs essentiels.

Il peut être administré par voie intraveineuse ou sous-cutanée, selon les besoins du patient.

Isatuximab : l’avis des experts

Le traitement des patients atteints de mélanome avancé par anticorps monoclonal, Isatuximab, représente un progrès thérapeutique majeur. Cette hormonothérapie ciblée est disponible dans plusieurs pays européens et aux États-Unis. Cependant, les données cliniques sont limitées en France.

Lire aussi  Le cancer : quels effets secondaires

Le but de ce travail était d’analyser les publications françaises et étrangères sur Isatuximab, afin de connaître son efficacité à long terme et sa tolérance sur la survie globale et la survie sans progression des patients atteints de mélanome avancé.

Les auteurs ont trouvés que le taux de réponse objective était faible (14 %) et que l’Isatuximab n’avait pas montré une amélioration significative du temps de réponse par rapport au placebo ou aux autres traitements.

L’Isatuximab n’a pas permis d’augmenter la durée de vie globale des patients ni leur espérance sans rechute comparativement à un placebo ou aux autres traitements.

Isatuximab : ce que les patients doivent savoir

Le Isatuximab, traitement de référence pour les patients atteints d’un myélome multiple, a fait l’objet d’une mise à jour importante au cours des derniers mois en raison de plusieurs évènements indésirables graves. En effet, le laboratoire Bristol-Myers Squibb (BMS) qui commercialise ce médicament mettra en place un suivi renforcé afin de mieux comprendre les facteurs pouvant favoriser ces risques.

Le BMS indique que « l’objectif est de tirer des leçons sur la sécurité et la tolérance du produit chez les patients atteints d’un myélome multiple ».

Le laboratoire pharmaceutique va donc mettre en place un programme pour améliorer la sécurité et la tolérance du produit. Ce programme sera composé de différentes mesures dont certaines seront déjà appliquée par le laboratoire depuis 2006 :

  • Des analyses bénignes supplémentaires
  • Une surveillance post-commercialisation plus attentive
  • Un suivi accru des personnes traités

Isatuximab : l’avenir

L’isatuximab est un anticorps monoclonal qui cible le récepteur de l’IL2.

Lire aussi  Les tumeurs du pancréas : les causes, les symptômes et les traitements

Il a été développé par les laboratoires Janssen Pharmaceutica et Bristol-Myers Squibb (BMS).

L’anticorps monoclonal cible le récepteur de l’IL2, ainsi que la chaîne alpha du complément. Son objectif est d’augmenter l’activité immunitaire des lymphocytes T CD4+ contre les cellules cancéreuses.

Isatuximab n’est pas encore commercialisé en France mais il fait déjà l’objet d’un essai clinique de phase IIa sur des patients atteints d’un lymphome folliculaire avancé ou moyen non précédemment traités. Des résultats positifs ont été obtenus chez plusieurs patients. Cependant, une augmentation significative du taux de réponse clinique n’a pas été observée chez tous les patients pour qui une réponse objective a pu être évaluée.

En conclusion, un isatuximab est un anticorps monoclonal dirigé contre les isotypes CD28 et CD152. Il est utilisé en association avec des agents de chimiothérapie pour traiter certains cancers.

%d blogueurs aiment cette page :