8 signes inquiétants d’un manque d’estime de soi

L’estime de soi est une composante essentielle de la personnalité de chaque individu. Dans la formation d’une triade qui comprend l’estime de soi et la confiance en soi, l’estime de soi se développe et peut se développer tout au long de la vie. Une confiance saine et salutaire est un pilier nécessaire pour avancer de manière sereine. À l’inverse, une estime de soi diminuée peut sérieusement entraver les performances d’un individu.

Si vous êtes préoccupé par la qualité de votre estime de soi et que vous n’êtes pas sûr de sa force, découvrez ici 8 indicateurs d’une faible estime de soi qui peuvent vous aider à vous identifier et peut-être à comprendre votre propre comportement.

Le résumé de l’article

  1. Qu’est-ce que l’estime de soi (définition )
  2. Comment savoir si vous avez une mauvaise estime de vous-même ? Les indicateurs
    1. Signe NDEG1 : L’obsession de soi-même
    2. Signe NDEG2 : Le sentiment de solitude
    3. Signe NDEG3 : Le sentiment d’être un imposteur
    4. Signe NDEG4 : La valorisation de soi face aux difficultés personnelles
    5. Signe ndeg5 : Dépendance aux normes
    6. Signe ndeg6 : Remise en question
    7. Signe négativisme
    8. Signe n° 8 : Difficulté à demander de l’aide
  3. Quelle est la conséquence d’une faible estime de soi ?

Qu’est-ce que l’estime de soi (définition)

L’estime de soi désigne l’appréciation de la valeur et de l’importance qu’un individu se donne. Elle comprend les éléments suivants :

  • Le comportement de l’individu va influer sur la manière d’agir en fonction du succès ;
  • cognitive, car elle influence positivement ou négativement la façon dont nous nous percevons ;
  • émotionnelle (ou affective) car l’humeur peut également affecter l’estime.

Les relations par lesquelles nous commençons ont une influence significative sur la façon dont nous construisons nos relations et l’influencent de manière significative surtout lorsqu’elles sont directement liées à l’amour de soi qui est une relation déterminante des tout premiers liens d’attachement.

En fonction de sa « bonne » ou de sa « moins bonne » santé, l’estime de soi peut avoir des effets significatifs sur le fonctionnement de l’individu, ainsi que sur les relations que nous entretenons avec d’autres personnes.

Si elle est forte, elle permet à la personne qui en a la force d’avoir un soutien dans tous les aspects de ses efforts et favorisera la réalisation d’initiatives et la concrétisation d’objectifs ambitieux et de réalisations personnelles ; de manière générale, elle est une véritable source de positivité et renforce la confiance en soi qui est vitale pour un plein épanouissement.

Si elle n’est pas élevée, elle peut être un véritable frein aux performances individuelles en provoquant l’élargissement des inhibitions et des limitations de la personne en question, qui est constamment entravée au quotidien par ses propres pensées et sentiments négatifs ; une faible estime de soi est en fait la cause de problèmes de maîtrise de soi, et donc restrictive du point de vue de l’accomplissement personnel.

Il est important de noter qu’une faible estime de soi est également un facteur de danger pour diverses maladies psychologiques (symptômes dépressifs ; troubles anxieux, phobies et dépendance à l’anxiété, etc.) …).

Lire aussi Manque d’estime de soi : 7 indicateurs à reconnaître chez votre partenaire

Que pouvons-nous faire pour savoir que nous ne sommes pas dignes d’estime ? Les indicateurs

Une faible estime de soi peut avoir des conséquences négatives, mais certains éléments peuvent alerter et signaler la baisse de la confiance personnelle. Vous pouvez identifier les indicateurs peu étudiés d’une faible estime de soi

  • Signe NDEG1 : L’obsession de soi-même
  • Signe NDEG2 : Sentiment de solitude
  • Signe ndeg3 : Sentiment d’impossibilité
  • Signe ndeg4 : Auto-aggravation des problèmes personnels
  • Signe ndeg5 : Dépendance aux normes
  • Signe ndeg6 : Remise en question
  • Négativisme du signe ndeg7
  • Signe ndeg8 : Difficulté à demander de l’aide

Signe n° 1 : Obsession de soi

Les personnes qui ont une faible estime d’elles-mêmes peuvent (paradoxalement) être enclines à trop se concentrer sur leur apparence, en particulier dans les situations sociales.

La peur d’être jugée, voire dénigrée, peut conduire les personnes à prendre un contrôle extrêmement contrôlé de leur apparence (apparence, discours, vêtements et comportement…), et même de l’apparence des autres) peut constituer un facteur majeur dans leur vision du monde jusqu’à devenir une obsession handicapante dans leur vie quotidienne. Ils sont alors susceptibles de regarder et de scruter les moindres de leurs actions, même les plus petits détails de leur apparence, même les moindres de leurs actions, le tout avec un regard souvent jugeant et désapprobateur.

Lire aussi  Enfant haut potentiel : 8 signes qui doivent interpeller les parents

Sur un détail mineur qui n’a peut-être pas été reconnu par leurs interlocuteurs, les personnes qui souffrent de ce type de fonctionnement peuvent vivre des moments difficiles d’incertitude et de doute de soi, dont l’accumulation peut conduire à l’isolement social, voire à l’autodestruction dans des cas extrêmes.

Nous parlons ici d’une véritable agression psychique, difficilement contrôlable pour l’individu concerné, et source d’une immense souffrance régulière.

Signe ndeg2 : Le sentiment de solitude

Une faible estime de soi peut entraîner un sentiment d’isolement psychologique, qui se traduit souvent par un sentiment effectif d’isolement et les personnes qui souffrent d’un sentiment de solitude à cause de leurs problèmes d’estime de soi auront souvent l’impression d’être distinctes des autres ou moins compétentes et moins valables, ou insuffisantes, et donc de ne pas pouvoir s’adapter et répondre aux attentes qu’elles imaginent être celles de leur contexte social de référence

De cette façon, l’extérieur est sous-évalué en vertu de ses attributs positifs par rapport à ce à quoi ils sont comparés. La comparaison qu’ils font avec eux leur sera préjudiciable.

Dans les cas les plus extrêmes, on peut éprouver un sentiment d’aliénation et l’impression troublante de ne pas pouvoir se juger soi-même en raison d’une différence fondamentale de nature entre soi et les autres, interprétée comme le reflet de ce qui est « bon », « bien » ou « naturel » par opposition à l’individu qui se perçoit comme un individu, sans tous les traits d’une normalité qui sont perçus comme bons et que l’on croit n’être portés par personne d’autre que lui.

Il est important de noter que, dans des cas extrêmes, ce mode de fonctionnement peut provoquer des troubles mentaux plus ou moins graves, notamment des troubles de la personnalité (troubles de la personnalité évitante en particulier) en raison du sentiment d’insatisfaction, voire de bizarrerie envahissante.

Signe ndeg3 : Sentiment d’être un faux

Les personnes qui souffrent de problèmes d’estime de soi auront une tendance constante à ne pas se sentir en sécurité, même lorsqu’il s’agit d’un accomplissement ou d’une réussite d’une tâche, qu’elle soit professionnelle ou personnelle.

La question du mérite est fréquemment soulevée dans cette situation et repose sur l’idée que la réussite de la personne n’est pas le reflet de ce qu’elle est essentiellement incapable d’accomplir.

En réalité, il peut y avoir un examen des critères (qualité ou objectivité …) par lesquels le succès a été atteint) qui peut conduire à une appréciation personnelle et aussi à la dévalorisation du résultat final ainsi qu’à la tendance à douter de la probabilité d’être à la hauteur des conséquences potentielles de ce succès, ce qui peut les amener à se retirer d’une entreprise ou à abandonner une opportunité.

Dans certains cas, les individus peuvent aller comme qu’ils sapent leur propre estime de soi parce qu’ils sont trop ouverts sur l’opinion qu’ils ont d’eux-mêmes qui (si elle n’est pas aussi objective) sera encore plus endommagée par l’autodépréciation qui est affichée publiquement.

Signe ndeg4 Auto-aggravation des problèmes personnels

Différentes études ont démontré que les personnes ayant une faible estime d’elles-mêmes pouvaient entrer dans une spirale dépressive sans fin lorsqu’elles étaient confrontées à des difficultés émotionnelles ou psychologiques, comme si leurs problèmes étaient le signe qu’il est normal de souffrir et qu’elles n’avaient pas le droit de bénéficier d’une résolution positive de leurs problèmes.

Il y a une envie d' »accompagner » la tristesse et de l’augmenter en faisant remonter la pensée négative ou fataliste au lieu de chercher des solutions pour améliorer la situation.

La perception des difficultés est qu’elles constituent une véritable punition que l’on considère comme méritée, ce qui explique le fait que l’on ne puisse pas agir pour surmonter une situation difficile.

Cependant, l’expérience de la souffrance est basée sur le modèle d’auto-aggravationl’individu se nourrit de sa mauvaise santé et parfois, en blâmant sa propre valeur basée sur le fait de ne pas (être capable de) être en bonne santé, ce qui, à son tour, intensifie les problèmes intimes et les rend plus difficiles et intrusifs.

Lire aussi  Lénalidomide : un espoir pour les malades du cancer

Lire la suite 3 stratégies testées cliniquement pour contrôler efficacement vos émotions

Signe ndeg5 : Dépendance aux normes

Un indicateur plus subtil ou du moins moins moins évident d’une faible estime de soi est l’incapacité à adhérer à diverses sortes de normes culturelles et sociales (codes et apparence ou langage corporel bonnes manières, etc.) …) sans conviction, mais dans le but de ne pas faire d’histoires ou de ne rien laisser échapper qui pourrait causer un conflit ou une confrontation en cas d’appartenance à un groupe dominant, nous diminuons le risque d’être personnellement scruté pour nos décisions.

De la même manière, une faible estime de soi peut amener les gens à choisir de se résigner au lieu de faire valoir leurs droits ou de s’affirmer d’une manière différente. De la même manière, une faible estime de soi peut amener les gens à renoncer aux actions justes par peur de causer des problèmes ou d’irriter les autres.

Le point commun de ces diverses positions est la peur d’être perçu comme différent ou même d’être identifié comme tel : l’objectif qui n’est pas nécessairement conscient est de se fondre dans la masse pour éviter d’être psychologiquement séparé du groupe ou, pire encore, d’être pris à partie.

Il y a aussi la crainte d’être considéré comme anormal au sens propre du terme. Soulignons que ces angoisses et ces peurs trouvent leur origine dans la croyance que l’opinion d’un autre est plus valable que la nôtre dans la mesure où l’affirmation de soi est une affirmation de position à laquelle nous choisissons de renoncer puisque nous la croyons fondamentalement fausse.

Signe NDEG6 Le questionnement

Le fait de se remettre fréquemment en question est également un signe de faible estime de soi qui ne nous permet pas de nous sentir sûrs de notre position.

Le doute constant concernant la légitimité de nos décisions peut être une source d’immense souffrance pour ceux qui sont incapables d’être en accord avec eux-mêmes et d’adopter une position inébranlable.

L’idée que peut-être nos adversaires potentiels (ou nos adversaires imaginaires car il est normal de créer des arguments basés sur ce que nous ne sommes pas) sont plus compétents et légitimes et plus à même de savoir ce qu’il faut faire, que nous ne le sommes et peut devenir agaçante, constante, et finalement nous épuiser mentalement par les tâtonnements et les doutes récurrents.

Le sentiment de s’être trompé ou d’avoir fait un mauvais choix est un signe de faible estime de soi. C’est aussi un signe de faiblesse de la confiance en soi et de l’estime de soi puisque nous sommes incapables de penser que nous pourrions avoir raison et être légitimes, et aussi d’établir une position définitive.

Le négativisme en signe ndeg7

Les problèmes d’estime de soi peuvent également se manifester par une difficulté à accepter les contradictions qui pourraient nous interpeller trop fortement. C’est dans cette optique que certaines personnes développent une attitude d’indifférence à l’égard de tout ce qui pourrait (et est secrètement) les rendre instables.

Le discours de surface pourrait être celui d’une revendication et de l’imposition de nos propres croyances aux autres, mais la situation réelle est celle d’une fragilité qui ne s’identifie même pas et utilise toutes sortes de ruses pour éviter d’être exposée au grand jour.

Nous sommes peu sûrs de nous et c’est la raison exacte, nous ne voulons pas être confrontés à notre insécurité. Par conséquent, nous allons développer d’énormes défenses pour nous assurer de ne pas être en position de difficulté. Ceux qui ne sont pas d’accord avec nous sont snobés et ceux qui ne partagent pas les mêmes opinions que nous seront ridiculisés.

De la même manière, le fait de cultiver des pensées négatives (médisance et méchanceté, perception des seuls aspects négatifs des choses) …) peut également renvoyer à l’image de soi fragile du point de vue de l’estime de soi J’ai une telle image de moi qui est négative qu’il m’est indispensable de tout rabaisser, et aussi de réduire les autres pour les amener au niveau auquel je me vois.

Lire aussi  L'accueil et le service aux patients de l'Hopital Fréjus

La différence entre les positions précédentes est la moindre conscience des défauts personnels ainsi que l’absence de souffrance évidente. Cela est dû au fait que c’est par l’utilisation de l’affirmation de soi et de la négativité que ces personnes se défend ent de leurs propres peurs.

Signe n° 8 : Il est difficile de demander de l’aide

Paradoxalement, les personnes qui ont confiance en elles seront plus enclines à demander de l’aide aux autres lorsqu’elles en auront besoin. D’un autre côté, ceux qui ont une faible estime d’eux-mêmes pourraient être déprimés à l’idée de reconnaître qu’ils dépendent des autres pour les aider de quelque manière que ce soit.

Dans le cas de la précédente, la vulnérabilité n’est pas ressentie comme un facteur et seule la confiance en soi est évidente. Si nous ne cherchons pas à obtenir de l’aide, c’est très probablement parce que nous pensons que cela sera perçu comme un signal de faiblesse. signal de faiblesse et nous ne pourrons peut-être pas supporter d’être mis dans cette position sous le regard des autres.

Tout est en ordre, et aucune faute ne peut être trouvée, ce qui n’est pas une bonne idée à accepter.

Quelles peuvent être les conséquences d’une mauvaise estime de soi ?

Une insuffisance d’estime de soi peut entraîner des répercussions et des conséquences à différents niveaux :

  • Conséquence ndeg1 : une jalousie qui peut devenir un peu maladive notamment dans les couples qui ont peur de se perdre.
  • Conséquence ndeg2 : un besoin de reconnaissance démesuré, qui est lié à une réelle dépendance à la personne avec laquelle on est.
  • Conséquence ndeg3 : des difficultés à gérer correctement ses émotions qui peuvent conduire à une charge émotionnelle à porter.
  • Conséquence ndeg4 : une inquiétude manifeste face à la solitude amoureuse qui peut entraîner une dépression.
  • Conséquence ndeg5 : une réticence à assumer l’identité d’une personne, ce qui peut provoquer des conflits dans le couple ou des problèmes de désir.
  • Conséquence ndeg6 : des habitudes alimentaires dysfonctionnelles ou une dépendance à des substances. Ces deux éléments permettent à l’individu de se réfugier et d’atténuer la douleur ressentie.
  • Conséquence ndeg7 : un risque important d’être victime de personnes nuisibles, comme les manipulateurs, les narcissiques et les pervers.
  • Conséquence ndeg8 : augmentation de l’anxiété et des attaques de panique, qui peuvent être déclenchées.
  • Conséquence ndeg9 : des troubles du sommeil causés par l’anxiété constante due à la perte d’estime de soi.
  • Conséquence ndeg10 : le risque d’épuisement professionnel en raison du désir de chercher à compenser la perte de respect par une suradaptation constante.

À garder à l’esprit

Ces divers signes d’une mauvaise estime de soi sont le reflet d’une variété de théories, mais ils sont à même de bien montrer la diversité des possibilités de fonctionnement à partir d’une même faille individuelle. Il s’agit d’un véritable cercle vicieux où le mal-être n’est pas entretenu consciemment. Les conséquences sont nombreuses et peuvent être préjudiciables à la santé et au bien-être d’une personne.

Si vous vous êtes retrouvé dans l’une de ces descriptions, vous devez savoir que l’estime de soi est un aspect de votre personnalité qui peut être amélioré et un processus de fonction psychologique qui peut être fixé et régulé, puis optimisé grâce à l’utilisation de la TCC. N’hésitez pas à nous contacter pour parler avec nous de vos problèmes et pour retrouver la confiance en vous.

%d blogueurs aiment cette page :