HOVON 156 AML
Etude de phase III, multicentrique, ouverte, randomisée, comparant le gilteritinib à la midostaurine en association avec un traitement d’induction et de consolidation suivie d’un traitement d’entretien d’un an chez des patients nouvellement diagnostiqués atteints de leucémie aiguë myéloïde (LAM) ou de syndromes myélodysplasiques avec excès de blastes 2 (SMD-EB2) avec mutations de FLT3 éligibles pour une chimiothérapie intensive

Phase : III

Type d'essai : Académique / Institutionnel

Etat de l'essai : Ouvert

Objectif principal

Comparer la survie sans événements (EFS) entre le gilteritinib et la midostaurine en association avec un traitement d’induction et un traitement de consolidation suivis d’un traitement d’entretien d’un an chez des patients atteints de leucémie aiguë myéloïde (LAM) nouvellement diagnostiquée avec une mutation du gène FLT3 éligibles pour une chimiothérapie intensive.

Résumé / Schéma de l'étude

Critères d'inclusion

Principaux critères d'inclusion :

  1. Âge ≥ 18 ans.
  2. LAM ou SMD avec excès de blastes 2 (EB2) défini conformément aux critères de l’OMS, avec mutation documentée de manière centralisée du gène FLT3 (TKD, ITD ou les deux). La leucémie aiguë myéloïde peut être secondaire à des anomalies hématologiques antérieures, y compris un SMD, et/ou associée au traitement. Les patients peuvent avoir reçu un traitement antérieur par des agents stimulants l’érythropoïèse (ASE) pour SMD. Les ASE doivent être arrêtés au moins quatre semaines avant l’enregistrement.
  3. Mutation FLT3 évaluée par analyse de fragments d’ADN par PCR pour les mutations FLT3-ITD et FLT3-TKD. La positivité est définie comme un rapport FLT3-ITD ou FLT3-TKD / FLT3-WT ≥ 0,05 (5%).
  4. Considéré comme éligible pour une chimiothérapie intensive.
  5. Patient éligible pour l’administration orale du médicament expérimental.
  6. Statut de performances OMS/ECOG ≤ 2.

Critères de non-inclusion

Principaux critères d'exclusion :

  1. Chimiothérapie antérieure pour LAM ou SMS-EB2, y compris traitement antérieur par des agents hypométhylants. L’hydroxyurée est autorisée pour le contrôle des blastes leucémiques périphériques chez les patients présentant une leucocytose (à savoir numération leucocytaire > 30 x 109/l).
  2. Leucémie aiguë promyélocytaire (LAP) avec PML-RARA ou l’un des autres gènes de fusion variants/translocations chromosomiques pathognomoniques.
  3. Crise blastique après LMC.
  4. Patient nécessitant un traitement concomitant par des médicaments qui sont de puissants inducteurs du cytochrome P450 (CYP) 3A (annexe I) 5-
  5. Patients atteints d’une deuxième pathologie maligne actuellement active. Les patients ne sont pas considérés comme atteints d’une pathologie maligne actuellement active s’ils sont parvenus au terme du traitement et sont considérés par leur médecin comme présentant moins de 30% de risque de récidive dans un délai d’un an. Les patients présentant les antécédents/pathologies concomitantes suivants sont toutefois autorisés :
    1. Épithélioma basocellulaire ou spinocellulaire cutané.
    2. Carcinome in situ du col de l’utérus.
    3. Carcinome in situ du sein.
    4. Découverte histologique fortuite d’un cancer de la prostate.

Calendrier prévisionnel

Lancement de l'étude : Décembre 2019
Fin estimée des inclusions : Mai 2023
Nombre de patients à inclure : 789

Informations complémentaires

Lien clinicalTrials.gouv

Etablissement(s) participant(s)

> CHU de Nice

(06) Alpes-Maritimes

> Centre Antoine Lacassagne (CAL)

(06) Alpes-Maritimes

Promoteur(s)

HOVON Foundation

Dernière mise à jour le 11 novembre 2020