Le panitumumab : un nouvel espoir dans la lutte contre le cancer

Le panitumumab est un anticorps monoclonal qui cible la protéine de régulation de la croissance EGFR (epidermal growth factor receptor).

Il est utilisé dans le traitement du cancer colorectal métastatique.

Il est aussi indiqué dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules chez les patients présentant une maladie stable après une chimiothérapie antérieure.

Panitumumab : mécanisme d’action

Le panitumumab est un anticorps monoclonal, c’est-à-dire une molécule produite à partir d’une seule cellule. Cette substance active peut agir en s’attaquant directement aux cellules cancéreuses via les récepteurs EGFR1 et EGFR2.

Le panitumumab est indiqué pour le traitement des patients adultes atteints d’un cancer du pancréas avancé ou métastatique.

Il permet de ralentir la croissance de la tumeur et de prolonger la survie globale des patients.

La prise en charge par l’assurance maladie est possible si votre médecin vous a prescrit ce traitement (le tarif de remboursement varie entre 1 945 euros et 2 082 euros).

Panitumumab : effets secondaires

Le panitumumab est un anticorps monoclonal utilisé pour traiter des patients atteints d’un cancer du rein métastatique. Avant de commencer le traitement, il faut savoir que ce médicament peut provoquer quelques effets secondaires.

Le plus souvent, ces derniers se manifestent par une inflammation au niveau de la bouche et de la gorge et des troubles digestifs.

Il est possible que vous ressentiez aussi des douleurs musculaires, articulaires ou abdominales, ainsi qu’une irritation cutanée ou une éruption sur votre peau.

Vous pouvez également avoir des problèmes de déglutition, une diarrhée ou une constipation. Si vous présentez l’un de ces signes après avoir commencé à prendre le panitumumab, il faut immédiatement en informer votre oncologue afin qu’il puisse vérifier si les symptômes sont provoqués par le médicament ou pas. Dans certains cas, l’anticorps monoclonal peut entraîner la formation d’anticorps anti-humains dirigés contre certaines cellules de votre propre organisme (auto-anticorps). Si cela se produisait, les risques suivants seraient possibles :

  • L’inflammation du pancréas
  • Des réactions allergiques graves
Lire aussi  Cancer des ganglions chez les jeunes

Panitumumab : indications

Le panitumumab est indiqué dans le traitement des patients adultes atteints d’un cancer colorectal métastatique, résistant ou non à l’irinotécan et ne pouvant bénéficier d’une thérapie ciblée à visée curative.

Le panitumumab est indiqué chez les patients présentant une maladie stable, après échec ou intolérance aux thérapies ciblés anti-EGFR à visée curative utilisés en première ligne de traitement (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Panitumumab : posologie

Le Panitumumab est un anticancéreux qui a été approuvé par la FDA.

Il est utilisé pour traiter le cancer du côlon et des voies biliaires.

Le Panitumumab est une forme générale de médicament qui peut être administrée par injection sous-cutanée ou intraveineuse. Quand il est administré par injection sous-cutanée, on l’appelle le Panitumumab SC en langage courant. Cette forme de médicament n’est pas disponible dans toutes les régions du pays. Elle est disponible aux États-Unis, au Canada et dans certains pays européens. Si vous vivez dans un autre pays, votre médecin peut décider si vous pouvez recevoir ce médicament en fonction de votre cas particulier. Ce que vous devez savoir avant que vous commenciez à prendre le Panitumumab:

  • Votre médecin doit discuter avec vous des risques et des avantages possibles avant que vous ne commenciez à prendre ce médicament.
  • Ce médicament ne guérira pas le cancer chez un patient présentant certaines conditions telles qu’une infection active aux virus humains ou d’autres maladies graves.

    Panitumumab : précautions d’emploi

    Le médicament Panitumumab est utilisé dans le traitement de certains cancers. Ce médicament appartient à la famille des anticorps monoclonaux.

    Il se présente sous forme de solution injectable en seringue préremplie.

    Le panitumumab est indiqué chez les adultes, hommes et femmes, atteints d’un carcinome épidermoïde du poumon localement avancé ou métastatique et dont la maladie a progressé après au moins une thérapie ciblée antérieure, y compris l’immunothérapie anti-PD-L1. Cette indication est réservée aux patients ayant subi au moins une thérapie ciblée à un stade avancé ou métastatique (telle que l’immunothérapie anti-PDL1).

    L’administration de ce type de thérapies peut être associée à des effets indésirables potentiellement graves qui peuvent affecter plus particulièrement le système immunitaire. Ces effets sont dus à l’action inhibante directe sur les cellules cancéreuses du traitement par le panitumumab.

    Panitumumab : interactions

    Ce médicament peut interagir avec les médicaments suivants :

    • Anticoagulants oraux (par exemple warfarine)
    • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (par exemple ibuprofène, étiléfrine, diclofénac, kétoprofène)
    • Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) (par exemple captopril, enalapril, fosinopril, périndopril).
Lire aussi  Mycosis fongoïde : Un aperçu

Panitumumab : équivalents

L’équivalence de Panitumumab est un médicament utilisé en cancérologie.

Il sert à soigner les personnes atteintes d’un cancer du côlon. Avant de l’utiliser, il faut prendre connaissance des effets secondaires que ce médicament peut provoquer chez une personne donnée.

Les effets secondaires se manifestent par des réactions allergiques ou des troubles digestifs. Pour éviter cela, il est important de respecter les consignes d’utilisation du médicament prescrit par le médecin traitant et de suivre attentivement le traitement.

En conclusion, les panitumumab sont des anticorps monoclonaux qui ont pour cible la protéine PD-1. Leur principale action est de bloquer l’action de cette protéine sur les lymphocytes T régulateurs (Treg). Les résultats d’essais cliniques ont montré que le blocage de PD-1 permet d’augmenter la réponse immunitaire antitumorale et de diminuer la réponse auto-immune.

%d blogueurs aiment cette page :