Prévention, Dépistage et Risques aggravés
Vaccin contre les HPV : l’INCa rappelle le rôle essentiel des médecins dans l’information des parents

 

Source : INCa

À l’occasion de l’extension du vaccin contre les HPV : l’INCa rappelle le rôle essentiel des médecins dans l’information des parents

Initialement recommandée aux jeunes filles dès 11 ans, la vaccination contre les HPV s’ouvre aujourd’hui aux jeunes garçons selon le même schéma vaccinal (Cf. ci-détails ci-dessous) avec un rattrapage jusque 19 ans. Cette extension représente un levier pour réduire les risques de transmission du HPV.

Près de 200 types de papillomavirus humains (HPV) ont été identifiés. Parmi eux, 124 ont été définis comme étant à haut risque ou potentiellement oncogènestandis que d’autres à moindre risque oncogénique sont responsables de verrues génitales ou condylomes.

En France chaque année, 6 300 cancers sont potentiellement dus aux HPV. Si les femmes sont les principales victimes de ces cancers (2 900 cancers concernent le col de l’utérus), plus d’un quart de ces cancers atteint les hommes. Il s’agit plus spécifiquement des cancers de l’oropharynx5 (1 060 cas incidents), de l’anus (360 cas incidents), de la cavité orale, du larynx et du pénis (plus de 300 cas incidents pour ces 3 localisations). Les virus HPV sont aussi responsables des très fréquentes verrues ano-génitales qui dégradent sérieusement la qualité de vie. Ces verrues, bénignes mais récidivantes, touchent autant les hommes que les femmes (100 000 personnes par an) et leur prise en charge est particulièrement douloureuse.

LA VACCINATION EN PRATIQUE

Qui ? Les enfants et les adolescents Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes
Quand ? De 11 à 14 ans révolus avec un rattrapage possible de 15 à 19 ans révolus Jusqu’à 26 ans
Comment ? De 11 à 14 ans : 2 doses (M0 et M6) ;
Rattrapage de 15 à 19 ans : 3 doses (M0, M2, M6).
3 doses (M0, M2, M6).
 

En savoir plus :
 

Dernière mise à jour le 25 janvier 2021