Émétophobie : 10 conseils pour se libérer de sa peur de vomir

Vomir cinq lettres qui peuvent causer de l’anxiété chez les personnes émétophobes. Les personnes qui ont peur de vomir ou d’être confrontées à des vomissements voient leur vie entière affectée par ce trouble. Phobie rare à coup sûr, l’émétophobie doit être traitée avec sérieux et ses effets peuvent conduire à un isolement social excessif ainsi qu’à des troubles du comportement alimentaire. Comment vaincre l’émétophobie, alors que la seule pensée d’en manger peut vous donner la nausée ?

Dans cet article, dix façons de vaincre la peur de vomir.

Résumé de l’article :

  1. HTML0Qu’est-ce que l ‘émétophobie ? (définition) ?
  2. Que peut-on faire pour se débarrasser de la peur de vomir ?
    1. Reconnaître les signes de la phobie
    2. Trouver un diagnostic d’émétophobie
    3. Commencer par un traitement
    4. Se détendre pour mieux gérer l’anxiété
    5. Examiner les raisons de la peur de vomir
    6. Partager sa douleur avec d’autres émétophobes
    7. Exposez-vous progressivement à l’objet qui vous fait peur
    8. Se débarrasser rapidement des symptômes grâce à la TCC
    9. La racine du problème
    10. Effacer la mémoire du traumatisme à l’aide de l’EMDR

Qu’est-ce que l’émétophobie ? (définition) ?

La peur de vomir est connue sous le nom d’émétophobie. Il s’agit d’une terreur anxieuse de vomir. Il peut s’agir de la peur infondée de se vomir soi-même, mais aussi de la peur de voir ou d’entendre quelqu’un vomir. La peur d’être entouré ou d’entendre quelqu’un vomir. La peur de vomir peut déclencher l’anxiété. La simple pensée de la nausée peut être stressante et excitante.

L’émétophobie est l’une des catégories de troubles anxieux. La phobie est le terme utilisé pour décrire une peur infondée qui crée une anxiété excessive face au risque qui lui est associé. La peur de vomir fait partie des phobies particulières et est liée à un événement spécifique (il en va de même pour l’acrophobie et la claustrophobie).

Des stratégies pour éviter les nausées sont mises en place : par exemple, ne pas utiliser les transports en commun, ne pas utiliser les salles d’attente, éviter de tomber enceinte…

En cas de confrontation avec un objet qui suscite la peur, divers symptômes se manifestent, allant de la transpiration aux tremblements en passant par l’hyperventilation et les attaques de panique dans certaines situations.

Découvrez les 30 phobies les plus courantes : leurs causes et leurs solutions.

Que puis-je faire pour surmonter la peur de vomir ?

Pour vaincre la peur de vomir, il existe toute une série d’options et de méthodes. Voici dix étapes à suivre pour y parvenir :

  1. Identifier les signes phobiques
  2. Obtenir un diagnostic d’émétophobie.
  3. Commencez le traitement
  4. Détendez-vous et laissez partir votre anxiété.
  5. Réfléchissez aux raisons de votre peur de vomir.
  6. Partagez votre expérience avec d’autres émétophobes
  7. Exposez-vous progressivement à l’objet de votre peur
  8. Réduisez rapidement les symptômes en utilisant la TCC
  9. Traiter la cause profonde
  10. La mémoire traumatisante peut être effacée par l’EMDR.

Conseil n° 1 : Reconnaître les symptômes de la phobie

Afin de surmonter votre peur de vomir en public Pour surmonter votre peur de vomir en public, il est essentiel de reconnaître vos symptômes et l’impact qu’ils ont sur votre vie quotidienne. En réalité, la gravité et la sévérité de cette peur sont propres à chaque individu. La durée de l’affection (depuis combien de temps elle existe) et la façon dont elle affecte votre vie quotidienne vous guideront dans la première étape.

  • La peur de vomir ou de voir quelqu’un vomir : vous pouvez ressentir un grand malaise lorsque vous y êtes confronté. Cela peut provoquer des symptômes physiques comme des sueurs, des tremblements et des vertiges. Parfois, vous pouvez souffrir d’attaques de panique.
  • L’évitement : vous vous éloignez des situations qui pourraient vous faire vomir ou qui pourraient déclencher des vomissements. Cela peut être extrêmement difficile, en particulier lorsque la peur de vomir vous pousse à réduire votre consommation de nourriture, ce qui peut entraîner une perte de poids importante, voire des carences liées à la malnutrition.
    Cette peur anxiogène de manquer quelque chose conduit les personnes souffrant d’émétophobie à éviter tout contact avec les gens ou à ne pas sortir pendant la saison des gastro-entérites.
    De manière régulière, les lieux publics très fréquentés sont évités, notamment les salles d’attente ou les transports en commun, les cabinets médicaux, etc.
  • Une peur excessive de la foule en découle pour certaines personnes : vous avez votre trousse de secours sur vous : chewing-gum, produit anti-vomissement et gel hydroalcoolique… et quand vous ne l’avez pas, la panique s’empare de vous.
  • Toute excursion (magasins ou restaurants, …) ou interaction sociale) peut provoquer de l’anxiété, ce qui peut augmenter votre séparation des autres. Vous risquez de vous isoler à cause de ce retrait des relations et pourrait entraîner le développement de symptômes comme des troubles de l’humeur.

Être enceinte peut également être une source intense d’inquiétude et parfois même un refus en raison de la crainte des nausées et des vomissements qui surviennent généralement au cours des premiers stades de la grossesse. Imaginer que le bébé vomit ou qu’il vomit est un cauchemar. Vous devez éviter la consommation d’alcool et éviter les activités qui pourraient provoquer des vomissements.

Lire aussi  PERVERS NARCISSIQUE : 13 signes pour le reconnaître

Le moindre symptôme inhabituel dans vos intestins peut vous rendre nerveux Un gargouillement peut signaler la possibilité de vomir. Par conséquent, vous passez une grande partie de votre temps à surveiller votre corps. Un cercle vicieux se construit lentement dans lequel vous êtes capable de vous enfermer, car l’anxiété déclenche des peurs qui peuvent provoquer des nausées.

Si les symptômes qui accompagnent les nausées déclenchent de l’anxiété ou une perte de poids, une carence ou une tension psychologique importante, il est crucial de rechercher un diagnostic médical.

En savoir plus sur l’agoraphobie : 8 signes d’alerte à connaître et à traiter

Conseil n° 2 : recherchez un diagnostic d’émétophobie.

Il est crucial de se faire identifier par un professionnel qualifié, tel que votre médecin traitant, un psychologue ou un psychiatre. Vous pouvez être gêné par les symptômes que vous ressentez, mais il est essentiel de vous débarrasser de votre culpabilité, car vous n’êtes pas responsable de ce qui vous arrive. L’émétophobie fait partie des peurs les plus courantes que le corps médical traite.

Le diagnostic vous permettra d’identifier la phobie que vous éprouvez. En outre, il vous permettra de parler du trouble anxieux, des mécanismes qui y sont liés et de leur fonction. Un traitement précoce de ce trouble peut favoriser la guérison.

L’émétophobie peut conduire à un trouble obsessionnel qui devient de plus en plus grave et envahissant au fil du temps.

Le diagnostic de l’émétophobie sera basé sur l’ensemble des symptômes que vous avez reconnus précédemment. On analysera en profondeur l’impact qu’ils ont sur votre vie quotidienne : ruminations, rituels de lavage, restrictions alimentaires, pensées obsessionnelles, inquiétude pour votre corps, comorbidités avec les troubles obsessionnels compulsifs et l’isolement, angoisse de tomber malade…

La peur de l’émétophobie peut vous amener à éviter les établissements médicaux et à éviter d’être suivi sur votre santé ; c’est pourquoi il est important de reprendre contact avec votre corps qui guérit.

Discuter de votre phobie avec un médecin vous donnera des suggestions sur la possibilité de traitements naturels ou médicaux.

Conseil n° 3 : commencez un traitement

L’émétophobie peut nécessiter un traitement. Il existe des traitements naturels pour atténuer l’anxiété liée à l’angoisse d’anticipation.

Pour la phytothérapie, elle est utilisée pour réduire l’anxiété par :

  • Les huiles essentielles : lavande pure, camomille romaine ou marjolaine sont idéales en inhalation ou en massage des poignets et du plexus solaire lorsqu’elles sont diluées dans une huile végétale.
  • La valériane, la mélisse, la passiflore ou la rhodiola possèdent des propriétés sédatives.
  • Les compléments alimentaires et les élixirs floraux contribuent également à réduire les niveaux d’anxiété à long terme.

Dans tous les cas, il est indispensable de demander conseil à un médecin qualifié, car même les traitements naturels peuvent interagir avec d’autres médicaments ou certaines affections somatiques (un problème de foie, par exemple).

Si vous présentez des symptômes liés à l’anxiété qui ont un impact important sur vous et vous rendent difficile vos activités quotidiennes, le médecin pourra vous prescrire un médicament à base d’anxiolytiques qui agissent directement sur votre anxiété.

Cette aide chimique devra être utilisée conjointement avec une psychothérapie pour trouver la cause de votre phobie des vomissements. Les exercices de relaxation peuvent réduire la nécessité de recourir aux pilules.

Conseil n° 4 : soyez détendu pour apaiser votre anxiété

La relaxation est l’un des facteurs les plus importants pour calmer l’anxiété causée par l’émétophobie .

L’hypervigilance déclenchée par l’anxiété laisse peu de place à l’esprit et chaque aspect de votre vie est une source d’anxiété, d’inquiétude et d’anticipation, afin de ne pas être une malheureuse victime de vomissements.

Mais se libérer de la peur de vomir nécessite l’acceptation de ses émotions et de ses peurs, et la capacité de lâcher prise. Pour progresser progressivement vers cet état, de nombreuses options sont disponibles, principalement par la relaxation.

Cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque est une méthode de contrôle du rythme cardiaque. Il peut avoir tendance à fluctuer lorsque vous êtes stressé, ce qui peut déclencher une hyperventilation dans certains cas. En utilisant la cohérence cardiaque, vous serez en mesure de réguler votre respiration. Les résultats sont rapides (en 10 minutes environ) et se maintiennent sur le long terme. Cette méthode réduit la quantité de cortisol, qui est une hormone défensive.

De nombreux exercices peuvent être effectués pour diverses raisons, notamment la méthode 365 3 fois par jour ; 6 respirations par minute (5 secondes d’entrée, 5 secondes de sortie) pendant 5 minutes.

La méditation de pleine conscience

En complément de la cohérence cardiaque, elle vous aidera à rester dans le présent, en vous encourageant à utiliser vos sens pour accepter toutes les émotions, de manière neutre. Progressivement, vous cesserez de fuir ce que vous vivez, ce qui vous permettra d’atténuer vos stratégies d’évitement.

Lire aussi  5 étapes pour quitter un pervers narcissique définitivement

Dans les deux cas, si vous avez besoin d’aide dans vos premiers moments de pratique, il existe de nombreux outils en ligne, notamment des applications, des vidéos ou des podcasts.

Essayez différents formats pour découvrir celui qui convient le mieux à vos besoins pour apprendre à vous détendre.

Conseil n°5 : réfléchissez aux raisons qui se cachent derrière la peur de vomir.

Un choc émotionnel qui a provoqué un traumatisme pourrait avoir créé une peur de vomir :

  • Après avoir été témoin de l’étouffement d’une personne par son vomi ;
  • Si vous avez connu des épisodes de vomissements fréquents pendant un traitement de chimiothérapie ;
  • Après avoir été victime d’une agression qui a déclenché le réflexe nauséeux…

Parfois, c’est le système éducatif ou le modèle de vos parents qui a provoqué l’imitation lorsque vous étiez enfant. Les phobies sociales peuvent déclencher l’émétophobie. Dans cette situation, vous avez peur d’être scruté, jugé et critiqué dans le cas où vous vomissez.

Pour certains, remonter à la racine de leur peur est facile, mais pour d’autres, c’est plus complexe. Les traumatismes ne sont pas toujours évidents et certains d’entre eux sont masqués par des souvenirs traumatisants.

Dans ces situations où vous souffrez de ces troubles, le recours à des thérapies spécifiques peut vous aider à localiser la racine de votre phobie des vomissements. En partageant ce que vous rencontrez avec d’autres personnes qui sont émétophobes, vous pourrez obtenir de nouvelles informations auxquelles réfléchir.

C’est bon à savoir.

Une phobie naît généralement de divers facteurs. Il peut s’agir d’une peur excessive des araignées ou d’une anxiété extrême à l’idée de vomir. La racine des phobies est l’une des cinq peurs basées sur la peur qui sont communes à tous les êtres humains. Lorsqu’il s’agit d’émétophobie, il s’agit généralement de la peur de la séparation. La peur de perdre le contrôle est un facteur sous-jacent.

Conseil n° 6 : partagez votre souffrance avec d’autres émétophobes

L’émétophobie peut prendre beaucoup de place et vous enfermer dans un cercle vicieux d’isolement qui alimente vos peurs. Vous pouvez être envahi par un sentiment de honte qui vous pousse à garder le silence et qui est extrêmement difficile à gérer.

Si, à ce stade, vous ne pouvez pas en parler avec vos amis et les membres de votre famille, il est essentiel que vous soyez en mesure de discuter de votre peur de vomir avec une tierce personne compréhensive et qui ne vous juge pas.

À cet égard, la participation à des groupes de discussion peut vous aider à vous libérer de votre peur. Tout d’abord, vous serez en mesure d’apprendre les expériences d’autres émétophobes : en écoutant leurs histoires, vous serez en mesure de mettre une certaine distance entre vous et votre propre expérience en cherchant à l’intérieur des ressources que vous n’auriez peut-être pas envisagées.

En partageant ce que vous vivez, vos soucis ou vos inquiétudes, vos luttes ainsi que vos réussites et vos succès, vous pouvez développer une toute nouvelle perspective en plus de recevoir des conseils et du soutien de la part de ceux qui souffrent régulièrement des mêmes problèmes ou qui sont passés par là.

Les groupes de discussion, qui sont souvent organisés par des associations, peuvent être des forums en ligne privés qui permettent aux utilisateurs de rester totalement anonymes. L’un des avantages est que vous recevrez des conseils sur les méthodes à appliquer pour éliminer définitivement votre peur de vomir.

Conseil n° 7 : Exposez progressivement l’objet dont vous avez peur.

Pour se libérer des peurs liées aux nausées, les techniques d’exposition et de désensibilisation graduelles peuvent être utiles. Au lieu d’éviter ou de fuir la personne qui est à l’origine de la peur, la méthode consiste à l’affronter progressivement en augmentant l’intensité et la durée au fur et à mesure que vous progressez.

Au début, il s’agit de contempler le terme « vomir » pendant un court laps de temps, puis d’analyser les résultats ressentis en les notant et en mesurant la gravité. Au-delà d’un incident, vous serez en mesure d’observer les effets sur votre état mental et physique, ainsi que l’impact qu’ils ont sur vous.

Vous pourrez ensuite modifier le mode de traitement comme les formats audio, les images ou la vidéo et même une mise en situation réelle. Si l’idée de travailler seul vous rend nerveux et que vous préférez le faire dans un environnement sécurisé, les thérapies cognitives et comportementales sont la meilleure option.

Conseil n° 8 : se débarrasser rapidement des symptômes grâce aux TCC

Les traitements cognitifs et comportementaux (TCC) se sont avérés efficaces pour traiter l’émétophobie. Cette thérapie encourage l’exposition à l’objet qui fait l’objet de la phobie, ce qui permet d’atténuer l’anxiété liée aux vomissements. Le programme est personnalisé et adapté aux besoins spécifiques de chaque patient. Ce qui sera mis en œuvre pour vous sera différent pour une personne émétophobe différente.

Lire aussi  Adultère : 10 étapes pour se reconstruire après une infidélité

Cet environnement sécurisé permet également de se concentrer sur le triptyque émotions, pensées et comportement. En effet, le conseiller vous aidera à décoder les schémas de pensée destructeurs qui sont associés aux émotions négatives afin de découvrir des solutions alternatives, contribuant ainsi à modifier les comportements problématiques.

La TCC est une thérapie brève qui est utilisée comme traitement principal des phobies car elle soulage rapidement les symptômes. Les résultats sont faciles à voir et vous inciteront à poursuivre la thérapie jusqu’à la fin des temps.

La douleur psychologique diminuera et le retour à une vie tranquille en sera le résultat naturel. Mais il ne faut pas limiter le processus thérapeutique à l’élimination des symptômes. Il est essentiel d’identifier les causes cachées de l’émétophobie pour vaincre définitivement ce trouble.

Conseil n° 9 : ciblez la racine du problème

La racine de votre peur de vomir est une cause que vous avez envisagée. Si certaines personnes peuvent se souvenir des détails exacts de ce qui a provoqué la peur de vomir, pour d’autres, c’est plus difficile. Mais si vous ne vous attaquez pas aux causes profondes de votre état, la phobie perdurera et pourrait même changer.

Il est crucial de comprendre que les phobies ont un but prétendument utile : elles vous permettent de gérer votre anxiété à son sujet pour vous permettre de progresser dans votre vie, sans effondrement mental.

Cela signifie que l’anxiété causée par la phobie est un écran efficace pour une autre anxiété, telle que l’anxiété de séparation, qui pourrait s’être accumulée avant votre attaque initiale de phobie. C’est là qu’intervient la thérapie, qui tente de remonter à la source du problème. En outre, il est essentiel d’identifier les avantages de l’émétophobie pour les modifier de manière différente.

Pour y parvenir, diverses stratégies sont efficaces :

  • L’hypnose ericksonienne est une méthode puissante pour y parvenir. Elle vous assiste dans la conversation avec votre subconscient afin de lever les obstructions. En plus de placer la personne dans un état intermédiaire entre le sommeil et l’éveil, le processus d’hypnothérapie peut induire une relaxation profonde, ce qui vous aide à atteindre un sentiment de calme qui vous aidera à vous débarrasser des symptômes. La pratique régulière d’exercices de relaxation peut vous aider à accéder au processus hypnotique, mais elle fait également partie du lien thérapeutique.
  • Les thérapies d’inspiration analytique sont tout aussi efficaces pour identifier l’origine de l’émétophobie. Cette forme de psychothérapie, dont l’outil est la parole, est une méthode permettant la liberté de pensée qui conduit à l’intégration de divers aspects de votre vie comme le passé ou les souvenirs douloureux.

En apportant de la clarté et de la netteté sur des fragments du passé et du présent, vous serez en mesure de remonter à la racine du trouble ainsi que d’enregistrer certaines questions qui souhaitaient être apaisées. En cas de traumatisme à l’origine du trouble, une autre option est proposée en utilisant le retraitement émotionnel et mental.

Conseil n° 10 : nettoyez la mémoire du traumatisme à l’aide de l’EMDR

Pour guérir l’émétophobie, il peut être nécessaire de revenir sur le traumatisme qui l’a provoquée lorsqu’elle se produit. Le processus d’élimination de la mémoire traumatisante est effectué par un thérapeute expérimenté en traumatologie. L’EMDR (Eye Movement Desensitization Reprocessing) est une méthode de désensibilisation et de retraitement des souvenirs de traumatismes.

Il s’agit d’un processus qui consiste à faire bouger rapidement les yeux sur le visage de la personne pendant qu’elle se souvient de l’événement traumatisant qu’elle a subi. La personne évoque ensuite le souvenir qui se trouve dans son esprit de manière aléatoire. C’est là que le processus d’association libre est à l’œuvre en faisant apparaître des pensées, des émotions, des sensations, des sentiments… Lorsque le souvenir traumatisant ne pose plus de problème, la séquence de simulations prend fin. L ‘EMDR est extrêmement efficace pour traiter les peurs.

C’est une bonne idée de savoir.

Il est possible de se libérer de la peur de vomir. Il faut d’abord diagnostiquer le trouble afin de pouvoir le traiter et le soigner médicalement. Les techniques de relaxation peuvent aider à réduire l’anxiété au quotidien. Le partage d’expériences avec d’autres émétophobes peut être une ressource précieuse. Toutefois, revenir à la racine de la phobie est la méthode la plus efficace pour la surmonter et éviter la possibilité de rechutes.

%d blogueurs aiment cette page :