Durvalumab : une nouvelle arme contre le cancer

Le durvalumab est un médicament utilisé dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules.

Il s’agit d’un anticorps monoclonal qui se lie au récepteur PD-L1, une protéine présente sur les cellules cancéreuses.

Le durvalumab permet de bloquer la croissance des tumeurs et de réduire la taille de la tumeur.

Qu’est-ce que le Durvalumab ?

Le Durvalumab est un médicament anticancéreux qui bloque la capacité du cancer à se développer et à se propager.

Il est utilisé pour traiter les patients atteints de cancers du poumon non à petites cellules.

Quelles sont les indications pour le Durvalumab ?

Le Durvalumab est un médicament anticancéreux qui s’utilise pour traiter les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) avancé, ou de stade III, selon la classification TNM. Ce médicament nommé par l’industrie pharmaceutique comme « Durvalumab » a été développé en collaboration entre deux sociétés japonaises : Janssen Pharmaceutical et Teijin Pharma.

Il est donné en injection sous-cutanée une fois par semaine.

Le Durvalumab peut être associé à d’autres traitements anticancéreux tels que le Gleevec®, le Taxotère® ou encore le Pembrolizumab®, afin de renforcer son efficacité.

Comment Durvalumab est-il administré ?

Veuillez lire les sections «Généralités» et «Posologie/Mode d’emploi». Pour toute question sur l’utilisation de Durvalumab, adressez-vous à votre médecin ou à votre pharmacien. Contre-indications Les patients présentant une hypersensibilité connue à la substance active ou à l’un des excipients doivent être exclus de l’étude. Des tests cutanés avec Durvalumab n’ont pas été réalisés chez ces patients.

Il est important que vous informiez votre médecin si vous souffrez d’une autre maladie ou si vous prenez actuellement un autre traitement (même en automédication!). Si tel est le cas, il sera peut-être nécessaire de faire une pause avant de démarrer le traitement par Durvalumab. Effets indésirables Le tableau suivant contient les effets indésirables observés durant les essais cliniques et signalés spontanément depuis la commercialisation du Durvalumab.

Lire aussi  L'hôpital Sainte-Musse : un hôpital au cœur de la ville

Quels sont les effets secondaires courants du Durvalumab ?

Le Durvalumab est un médicament utilisé pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules chez les patients qui ont déjà reçu au moins deux traitements, dont les inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (IPCI). Dans cette classe thérapeutique on peut retrouver notamment la chimiothérapie et la radiothérapie.

Le Durvalumab peut être administré seul ou en association avec d’autres médicaments, comme par exemple l’Herceptine (trastuzumab), le Cétuximab (Erbitux) ou l’Ipilimumab (Yervoy).

Les effets secondaires les plus courants des IPCI sont :

  • Diarrhée
  • Nausée
  • Vomissements
  • Douleurs abdominales

Quels sont les effets secondaires graves du Durvalumab ?

Le cancer du poumon est l’un des types de cancers les plus fréquents. En effet, il touche chaque année environ 400 000 personnes dans le monde et représente la première cause de décès liés au cancer chez les non-fumeurs.

Le traitement du cancer du poumon repose sur une combinaison d’une chimiothérapie et d’une radiothérapie.

Il existe différents types de traitements pour ce type de cancer :

  • La chimiothérapie
  • L’hormonothérapie
  • La thérapie ciblée

Y at-il des interactions médicamenteuses avec le Durvalumab ?

thématique:cancer du poumon: Y at-il des interactions médicamenteuses avec le Durvalumab? Le Durvalumab est un anticorps monoclonal.

Il bloque les points de contrôle immunitaire au niveau des cellules cancéreuses, ce qui les empêche de se développer et de se répandre dans l’organisme.

Le Durvalumab inhibe la protéine PDL1, ce qui permet aux cellules tumorales de croître sans être bloquées par le système immunitaire. Cela signifie qu’elles ne peuvent pas envahir les tissus sains et provoquer des effets secondaires. Si vous prenez actuellement ou prévoyez de prendre un médicament appelé «inhibiteur du PDE4» (par exemple, le Zestoretic) pour traiter la tension artérielle, il est possible que vous fassiez l’objet d’une interaction médicamenteuse avec le Durvalumab. Si c’est votre cas, veuillez en informer votre médecin avant d’entamer tout traitement à base de Durvalumab./th

Lire aussi  L'hôpital de Brignoles, un lieu de soins et de santé pour tous

Quels sont les risques potentiels du Durvalumab ?

Le Durvalumab est un médicament qui peut être utilisé chez l’adulte pour traiter les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) localement avancé ou métastatique.

Le Durvalumab a été approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) en 2014 et est commercialisé sous le nom de Kadcyla®.

L’anticorps monoclonal anti-PD1 Durvalumab est une thérapie ciblée qui cible les récepteurs de surface présents à la surface des cellules cancéreuses, afin de bloquer leur croissance et leur propagation.

Il s’agit d’une nouvelle option thérapeutique pour les patients atteints d’un CPNPC localement avancé ou métastatique ne répondant pas aux traitements standards, tels que la chimiothérapie.

Il a été démontré que ce produit amène des symptômes de maladie auto-immune chez certains patients, notamment une inflammation du pancréas, des problèmes respiratoires et une neuropathie périphérique (nœuds optiques).

La FDA recommande donc qu’une surveillance soit effectuée chez les patients ayant des antécédents de diabète, d’inflammation du pancréas ou de troubles neurologiques.

Le Durvalumab est indiquée pour traiter certaines formes rares ou résistantes du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), dont :

  • Les femmes atteintes d’un carcinome épidermoïde in situ (CIS)
  • Les hommes atteints d’un CIS

Pour conclure, le durvalumab est un traitement efficace contre les cancers du poumon non à petites cellules.

%d blogueurs aiment cette page :