AcSé Crizotinib
Accès sécurisé au crizotinib pour les patients souffrant d’une tumeur porteuse d’une altération génomique sur une des cibles biologiques de la molécule

Phase : II

Type d'essai : Interventionnel

Thème spécifique : Programme AcSé

Etat de l'essai : Ouvert

Objectif principal

Evaluer l'efficacité du crizotinib seul sur divers type de tumeurs en se basant sur la présence d'altérations moléculaires activatrices identifiées sur des gènes cibles du crizotinib, par cohorte, par pathologie et par cible.

Objectifs secondaires

Evaluer le profil de toxicité du crizotinib.
Evaluer la faisabilité en France d’un essai de phase II multidisciplinaire et multi institutionnel guidé par une analyse moléculaire et basé sur un screening multi-tumoral de haute qualité.

Résumé / Schéma de l'étude

Les patients reçoivent du crizotinib PO en continu, 250mg 2 fois par jour.
Ce traitement est répété jusqu’à progression de la maladie ou apparition d’une toxicité intolérable ou d’une condition intercurrente compromettant la poursuite du traitement.

Les patients sont suivis régulièrement au cours de cet essai. Ces visites de suivi comprennent notamment des examens cliniques complets et un bilan biologique toutes les 2 semaines pendant 2 mois, puis toutes les 4 semaines.
 

Critères d'inclusion

  1. Homme ou femme âgé de plus de 1 an.
  2. Diagnostic de cancer localement avancé inopérable ou métastatique (tumeur solide ou hémopathie maligne) de tout type histologique (excepté un cancer du poumon non à petites cellules avec des translocations dérivées d’ALK) et considéré par l’investigateur comme ne pouvant bénéficier d’une autre thérapie validée (ce qui signifie pour la pédiatrie, une rechute après un premier traitement standard mené à bien, ou une situation sans traitement standard avec survie < 10%).
  3. Au moins une altération spécifique identifiée parmi les gènes ALK, MET, RON et ROS1 déterminée au niveau de la lésion primitive et/ou d’un site métastatique telle que :
    1. Tout type de translocation d’ALK dans un Lymphome Anaplasique à grandes cellules (ALCL), un cancer du sein, un cancer colorectal, une tumeur myofibroblastique inflammatoire un carcinome rénal ou un cancer anaplasique de la thyroïde.
    2. Amplification / gain de copie (CNG) d’ALK dans un rhabdomyosarcome, un carcinome rénal ou un neuroblastome.
    3. Mutation d’ALK dans un neuroblastome ou un cancer thyroïdien anaplasique.
    4. Amplification/CNG de MET dans un cancer gastrique, ovarien, colorectal, hépatocarcinome, CBNPC ou un glioblastome.
    5. Mutation de MET dans un cancer thyroïdien, un carcinome papillaire rénal ou un cancer colorectal.
    6. Translocation de ROS1 dans un cholangiocarcinome ou un CBNPC.
    7. Mutation ou amplification/CNG de RON dans un cancer gastrique (dans une seconde phase de l’essai).
    8. Toute autre pathologie portant une de ces altérations, y compris sur le gène AXL. Les patients inclus dans des programmes de recherche pangénomiques, porteurs d’altérations spécifiques sur au moins une des cibles du crizotinib différente de celles précédemment listées (c.-à-d. AXL, etc.) sont aussi éligibles. La liste des altérations, variants oncogéniques et autres gènes cibles pourra être développée tout au long de l’essai selon leur pertinence.
  4. Maladie mesurable selon les critères RECIST version 1.1 avec une lésion cible d’au moins 20 mm (ou 10 mm avec un CT scanner spiralé) et la présence d’au moins une lésion mesurable selon RECIST en dehors d’un champ précédemment irradié ou d’un champ potentiel d’irradiation palliative.
  5. Pour les patients atteints de tumeurs cérébrales primitives (enfant ou adulte), les lésions seront évaluées par mesures bidimensionnelles : deux diamètres perpendiculaires d’au moins 10 mm par IRM ou CT scan sur au moins deux coupes axiales, en dehors de toute zone soumise à des rayonnements dans les 3 mois précédents l’évaluation afin d’éviter l’observation d’une pseudoprogression.
  6. Les éventuelles toxicités liées à un précédent traitement anti-cancéreux systémique et/ou à de la radiothérapie devront être résolues, c-à-d. ≤ grade 1, avec un délai de wash-out d’au moins 3 semaines pour les traitements systémiques et une durée équivalente à 5 demi-vies pour les thérapies ciblées. Les patients atteints d’ALCL recevant de la vincristine, vinblastine ou des traitements non-hématotoxiques peuvent avoir une période de wash-out écourtée à 2 semaines.
  7. Les patients ayant reçu un médicament expérimental sont éligibles après un période de wash-out de 4 semaines ou équivalente à 5 fois la demi-vie du produit, selon celle qui est la plus longue.
  8. Fonction hématologique appropriée :
    1. Polynucléaires neutrophiles ≥ 1.0 x 109/L.
    2. Plaquettes ≥ 75 x 109/L, plaquettes ≥ 50 x 109/L pour les ALCL avec moelle osseuse atteinte ; plaquettes ≥ 100 x 109/L pour les tumeurs cérébrales primitives ou secondaires.
    3. Hb ≥ 8 g/L.
  9. Fonction rénale : clairance de la créatinine ≥ 50 mL/min d’après la formule de Cockroft et Gault.
  10. Fonction hépatique :
    1. Bilirubine sérique ≤ 1.5 x LSN sauf si syndrome de Gilbert.
    2. ASAT et ALAT ≤ 5 x LSN si présence de métastases hépatiques ou ≤ 3 x LSN si présence de métastases hépatiques associées à une fibrose avancée (FibroTest > 0.48) ou ≤ 3 x LSN en absence de métastases hépatiques.
  11. Les patients présentant des valeurs strictement normales pour les taux de calcium et de magnésium dans les 14 jours et de potassium dans les 72 heures précédant le début du traitement.
  12. Indice de performance ECOG de 0 à 2, ou Karnofsky > 50 % ou Lansky Play Scale (< 12 ans) > 50% (pour les tumeurs du SNC, on tiendra compte de la déficience neurologique due à la maladie)
  13. Espérance de vie ≥ 3 mois.
  14. Les patients susceptibles de procréer, doivent accepter d’utiliser un moyen de contraception efficace, pratiquer des méthodes adéquates de contrôle des naissances, ou pratiquer l’abstinence complète pendant toute la durée du traitement, 2 semaines avant la 1ère prise du médicament expérimental et pendant au moins 3 mois après la dernière dose du traitement à l’étude.
  15. Les femmes non stériles en âge de procréer doivent avoir un test de grossesse sérique négatif dans les 14 jours précédant l’inclusion et/ou un test de grossesse urinaire 72 heures avant l’administration du traitement à l’étude.
  16. Les femmes allaitante doivent arrêter l’allaitement avant la 1ère administration du produit à l’étude et jusqu’à 3 mois après la dernière dose.
  17. Les patients doivent être couverts par un régime de sécurité sociale.
  18. Note d’information et consentement éclairé signé par le patient. Pour un patient âgé de moins de 18 ans, le patient et les parents sont informés et le consentement éclairé est signé par les parents.

Critères de non-inclusion

  1. Patient atteint d’un cancer du poumon non à petites cellules avec des translocations dérivées d’ALK. 
  2. Patient éligible pour un essai clinique avec un traitement anticancéreux (y compris le crizotinib) ciblant la même altération moléculaire et ouvert au recrutement en France dans la pathologie du patient. Les patients qui ne sont pas éligibles pour cet essai restent éligibles pour l’étude AcSé.
  3. Une altération génomique limitée à une surexpression d’ALK, MET, RON, ROS1 ou de toute autre cible du crizotinib (c-à-d. sans augmentation du nombre de copies ou d’altération structurelle du gène) ne sera pas suffisante pour l’éligibilité. Seuls les patients atteints d’un ALCL sont éligibles si leur tumeur est ALK positive par immunohistochimie.
  4. Précédent traitement par crizotinib.
  5. Chirurgie majeure ou embolisation tumorale dans les 4 semaines et chirurgie mineure dans les 2 semaines précédant le début du traitement à l’étude. Pour les tumeurs cérébrales primitives ou secondaires, une chirurgie cérébrale ne peut pas avoir été pratiquée dans les 4 semaines précédant le début du traitement par crizotinib.
  6. Les patients atteints d’autres pathologies sévères intercurrentes et/ou non contrôlées qui pourraient compromettre leur participation à l’étude, telles que, mais non limitées à :
    1. Dans les 3 mois avant le début du traitement à l’étude: infarctus du myocarde, angine sévère/instable, pontage d’une artère coronaire/périphérique ou accident vasculaire cérébral y compris une ischémie transitoire.
    2. Insuffisance cardiaque congestive.
    3. Syndrome du QT long congénital.
    4. Fréquence cardiaque ≤ 45 pulsations/minute.
    5. Dysrythmies cardiaques de Grade ≥ 2, fibrillation auriculaire non contrôlée quel que soit le grade, ou ECG avec un intervalle QTc > 470 msec au calcul automatique.
    6. Pour les patients atteints de tumeurs cérébrales (primitive ou secondaire) : une hypertension non contrôlée, définie par une pression artérielle systolique (PAS) ≥ 140 mmHg ou une pression artérielle diastolique (PAD) ≤ 90 mmHg.
    7. Antécédents ou existence connue de fibrose interstitielle diffuse, disséminée/bilatérale de Grade 3 ou 4 ou de maladie interstitielle pulmonaire, y compris de pneumopathie, pneumopathie d’hypersensibilité, pneumopathie interstitielle, bronchiolite oblitérante et fibrose pulmonaire, mais ne concerne pas des antécédents de pneumopathie radique.
    8. Compression médullaire sauf si la douleur est contrôlée et stable et que le patient a récupéré ses fonctions neurologiques.
    9. Méningite carcinomateuse ou maladie leptoméningée.
    10. Infection connue par HIV, hépatite A, B ou C active, ou hépatite B ou C latente, ou toute autre infection non contrôlée.
    11. Autre maladie chronique grave ou aiguë (y compris des problèmes gastrointestinaux graves tels qu’une diarrhée ou un ulcère) ou conditions psychiatriques, ou pathologie rénale en phase terminale sous hémodialyse ou anomalies biologiques, qui pourraient sur jugement de l’investigateur et/ou du promoteur, augmenter le niveau de risque du patient lors de sa participation à l’étude ou de l’exposition au traitement de l’étude et qui, de fait, le rendent inéligible.
    12. Pour les patients atteints de tumeurs cérébrales (primitive ou secondaire) : détection à l’IRM ou au CT scan d’une réelle malformation artério-veineuse (le développement d’une malformation veineuse ne constitue pas un risque de saignement), anévrisme intracrânien non traité, angiome caverneux (symptomatique ou en développement ou ayant été précédemment hémorragique), angiopathie amyloïde, tout saignement intracrânien nouveau ou significatif (grade ≥ 2) dans les 14 jours qui précèdent l’initiation du traitement autre que des micro-saignements détectés par un IRM en séquence pondérée T2, ou récent écoulement sanguin sous-dural non traité.
  7. Les patients prenant des médicaments connus comme des inhibiteurs puissants du CYP3A4, (tels que, mais non limité à, l’atazanavir, clarithromycine, indinavir, itraconazole, kétoconazole, néfazodone, nelfinavir, ritonavir, saquinavir, télithromycine, troléandomycine, voriconazole), ou des inducteurs puissants du CYP3A4 (tels que mais non limité à la carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, rifabutine, rifampine, et le millepertuis) ne sont pas éligibles si ces traitements ne peuvent pas être substitués 14 jours avant le début du traitement par crizotinib.
  8. Les patients prenant des médicaments non-substituables qui sont des substrats du CYP3A4 avec des indexes thérapeutiques étroits, tels que la dihydroergotamine, aripiprazole, ergotamine, halofantrine, pimozide, triazolam astémizole, cisapride, et terfénadine.
  9. Les patients, ayant des tumeurs cérébrales primitives ou secondaires, prenant des traitements antiplaquettaires ou anticoagulants prescrits en traitements curatifs, ne sont pas éligibles si ces traitements ne peuvent pas être arrêtés 7 jours avant le début de l’administration du crizotinib.
  10. Les patients dont l’état mental ne permet pas une bonne compréhension de l’étude ou qui sont dans l’impossibilité de se soumettre au suivi médical et aux exigences du protocole pour des raisons psychologique, familiale, sociale ou géographique; ces conditions doivent être discutées avec le patient avant son inclusion dans l’essai. 
  11. Individus privés de liberté ou placés sous l’autorité d’un tuteur.

Calendrier prévisionnel

Lancement de l'étude : Juillet 2013
Fin estimée des inclusions : Février 2018
Nombre de patients à inclure : 500

Informations complémentaires

Fiche de prescription AcSé tumeurs solides.

Etablissement(s) participant(s)

> Centre Antoine Lacassagne (CAL)

(06) Alpes-Maritimes

Pr. Jean-Marc FERRERO
Investigateur principal

> Centre Azuréen de Cancérologie (CAC)

(06) Alpes-Maritimes

Dr. Benjamin HOCH
Investigateur principal

> Centre Hospitalier de Cannes Pierre Nouveau

(06) Alpes-Maritimes

Dr. Régis KAPHAN
Investigateur principal

> CHU de Nice

(06) Alpes-Maritimes

Dr. Marilyne POIREE - Hôpital L'Archet II
Investigateur principal

> Centre Hospitalier du Pays d'Aix - Centre Hospitalier Intercommunal Aix-Pertuis

(13) Bouches-du-Rhône

Dr. Jacques LE TREUT
Investigateur principal

> Hôpital Européen Marseille

(13) Bouches-du-Rhône

Dr. Yves RINALDI
Investigateur principal

> CHRU de Marseille

(13) Bouches-du-Rhône

Pr. Fabrice BARLESI - Hôpital Nord
Investigateur principal

> CHRU de Marseille

(13) Bouches-du-Rhône

Pr. Jean-François SEITZ - Hôpital de la Timone
Investigateur principal

> Institut Paoli-Calmettes (IPC)

(13) Bouches-du-Rhône

Dr. Anthony GONCALVES
Investigateur principal

> Hôpital Saint-Joseph

(13) Bouches-du-Rhône

Dr. Cyril FOA
Investigateur principal

> Hôpital Privé Clairval

(13) Bouches-du-Rhône

Dr. Robert HERVE
Investigateur principal

> Clinique du Cap d'Or

(83) Var

Dr. Mounira EL DEMERY
Investigateur principal

> Centre Hospitalier Intercommunal de Toulon La Seyne-sur-mer (CHITS) - Hôpital Sainte Musse

(83) Var

Dr. Clarisse AUDIGIER-VALETTE
Investigateur principal

> Hôpital Privé Toulon-Hyères Sainte-Marguerite

(83) Var

Dr. Jean-François BERDAH
Investigateur principal

> Centre Hospitalier de Draguignan La Dracenie

(83) Var

Dr. Hervé LE CAER
Investigateur principal

> Institut Sainte-Catherine (ISC)

(84) Vaucluse

Dr. Laurent MINEUR
Investigateur principal

Coordonnateur(s)

Pr. Gilles VASSAL

Gustave Roussy - CLCC Villejuif

Téléphone : 01 42 11 49 47

Email : gilles.vassal@gustaveroussy.fr

Promoteur(s)

UNICANCER

Mme Marta JIMENEZ

Chef de Projet

Téléphone : 01 44 23 55 58

Email : m-jimenez@unicancer.fr

Dernière mise à jour le 24 octobre 2017