ETOP 5-12 SPLENDOUR
Etude de phase III randomisée, en ouvert, visant à évaluer l’adjonction de dénosumab au traitement anticancéreux standard de première ligne dans le cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC) avancé

Phase : III

Type d'essai : Interventionnel

Etat de l'essai : Ouvert

Objectif principal

Evaluer si l’adjonction de dénosumab à la chimiothérapie standard de première ligne permet d’améliorer la survie globale en cas de CBNPC avancé.

Objectifs secondaires

Comparer la survie sans progression (PFS) et le taux de réponse (RR, basé sur les critères RECIST 1.1) chez des patients recevant une chimiothérapie standard de première ligne avec ou sans dénosumab, et d’évaluer la tolérance des deux protocoles.

Résumé / Schéma de l'étude

Patients atteints d’un NSCLC avancé non traité avec ou sans métastases osseuses lors du diagnostic et présentant un indice de performance compris entre 0 et 2.
Groupe A : 4 – 6 cycles de double chimiothérapie + meilleurs soins de soutien.
Groupe B : 4 – 6 cycles de double chimiothérapie + 120 mg de dénosumab administrés par voie sous-cutanée toutes les 3-4 semaines jusqu’à l’apparition d’une toxicité inacceptable ou jusqu’au refus ou au décès du patient.
Le traitement par le dénosumab sera poursuivi au-delà de la progression des tumeurs et en même temps que les lignes ultérieures de traitement systémique tant qu’il sera toléré par le patient. Au cours du cycle 1, une dose supplémentaire sera administrée le jour 8.

Critères d'inclusion

  1. Cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) avancé de stade IV selon la 7e édition de la classification TNM, histologiquement ou cytologiquement confirmé.
  2. Age ≥ 18 ans.
  3. Indice de perfomance ECOG compris entre 0 et 2.
  4. Maladie mesurable ou évaluable (selon les critères RECIST 1.1).
  5. Disponibilité de tissus tumoraux pour des recherches translationnelles :
    1. De préférence : tissus de la tumeur primitive ou des métastases fixés par le formol et inclus dans un bloc de paraffine (FFPE).
    2. Alternative : cytobloc.
    3. Si aucun bloc disponible: 10 lames non colorées protégées par de la cire.
  6. Fonction hématologique adéquate : neutrophiles ≥ 1,5 × 109/L ; plaquettes ≥ 100 × 109/L et hémoglobine ≥ 9 g/dl.
  7. Fonction hépatique adéquate : alanine amino-transférase (ALAT) ≤ 3 x LSN (≤ 5 x LSN en cas de présence de métastases hépatiques), bilirubine totale < 2 x LSN.
  8. Fonction rénale adéquate : clairance de la créatinine ≥ 30 mL/min (calculée selon la formule de Cockroft et Gault).
  9. Espérance de vie d’au moins 3 mois.
  10. Les femmes en âge de procréer, y compris les femmes qui ont eu leurs dernières règles au cours des deux dernières années, doivent présenter un résultat négatif au test de grossesse urinaire ou sérique réalisé dans les 14 jours avant le début du traitement.
  11. Tous les hommes sexuellement actifs et toutes les femmes en âge de procréer doivent utiliser une méthode de contraception efficace pendant le traitement à l’étude et une période d’au moins cinq mois après la dernière administration de ce dernier.
  12. Avant toute intervention liée à l’étude, le patient et l’investigateur doivent signer et dater le formulaire de consentement éclairé écrit pour :
    1. Le traitement à l’étude.
    2. La soumission d’échantillons biologiques en vue d’analyses centralisées.

Critères de non-inclusion

  1. Présence documentée d’une mutation activant le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) ou sensibilisant les cellules porteuses de ce dernier, ou réarrangements du gène ALK (un dépistage conformément aux normes locales est facultatif, mais fortement encouragé en cas d’histologie non épidermoïde).
  2. Patients présentant des métastases cérébrales documentées (dépistage systématique non obligatoire).
  3. Chimiothérapie ou traitement moléculaire ciblé administré précédemment contre une maladie métastatique, à l’exception d’une chimiothérapie adjuvante ou néoadjuvante ou d’une radiochimiothérapie définitive si terminée plus de 6 mois avant l’enregistrement.
  4. Tout traitement expérimental dans les 30 jours précédant la randomisation.
  5. Administration concomitante de bisphosphonates.
  6. Troubles dentaires / buccaux (décelés lors d’un contrôle visuel) :
    1. Antécédents ou signes actuels d’ostéomyélite / ostéonécrose de la mâchoire.
    2. Trouble dentaire ou maxillaire actif nécessitant une chirurgie buccale.
    3. Intervention dentaire invasive prévue pendant l’étude.
    4. Intervention de chirurgie dentaire ou buccale dont la cicatrisation n’est pas achevée.
  7. Signe d’un quelconque état pathologique qui nuirait à la capacité du patient à participer à l’étude ou pourrait exclure un traitement par les médicaments à l’étude (ex.: maladie rénale, hépatique, cardiaque ou respiratoire instable ou non compensée, infection active, diabète sucré non contrôlé; hypertension artérielle non contrôlée ≥ 150/100 mmHg, antécédents d’infarctus du myocarde au cours des 3 derniers mois).
  8. Infection active documentée par le virus de l’hépatite B ou C, infection connue par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).
  9. Hypersensibilité connue à l’un des composants du traitement.
  10. Hypocalcémie ou hypercalcémie sévère non corrigée :
    1. Hypercalcémie : calcium total > 3,1 mmol/L, calcémie corrigée (avec albuminémie) > 3 mmol/L.
    2. Hypocalcémie : calcium total < 2 mmol/L, calcémie corrigée (avec albuminémie) < 1,9 mmol/L.
  11. Incapacité légale ou capacité légale limitée.
  12. Condition médicale ou état psychologique qui, selon l’investigateur, ne permettrait pas au patient de terminer l’étude ou de signer un consentement éclairé sérieux.
  13. Femmes enceintes ou qui allaitent.
  14. Toute autre affection maligne concomitante, à l’exception d’un carcinome basocellulaire ou épidermoïde de la peau traité correctement, d’un carcinome in situ du col utérin ou de la vessie, d’un cancer du sein in situ (les patients qui ont été précédemment touchés par une affection maligne, mais ne présentent aucun signe de maladie depuis ≥ 2 ans seront autorisés à entrer dans l’étude).
  15. Toute exposition précédente au dénosumab, à l’exception de l’administration d’au maximum 2 doses de dénosumab (Prolia®) plus de 6 mois avant le recrutement pour un traitement contre l’ostéoporose / la prévention de l’ostéoporose.
  16. Exposition précédente à des bisphosphonates avec :
    1. Administration de plus de 2 doses de bisphosphonates par voie IV ET/OU
    2. Exposition cumulée à des bisphosphonates pris par voie orale supérieure à 1 an.

Calendrier prévisionnel

Lancement de l'étude : Janvier 2015
Fin estimée des inclusions : Avril 2019
Nombre de patients à inclure : 1000

Informations complémentaires

Une recherche translationnelle est réalisée afin d’évaluer les biomarqueurs prédictifs potentiels de l’activité du dénosumab.

Etablissement(s) participant(s)

> Centre Hospitalier Intercommunal de Gap Les Alpes du Sud (CHICAS)

(05) Hautes-Alpes

> CHRU de Marseille

(13) Bouches-du-Rhône

Pr. Fabrice BARLESI - Hôpital Nord
Investigateur principal

> Institut Paoli-Calmettes (IPC)

(13) Bouches-du-Rhône

Dr. Anne MADROSZYK
Investigateur principal

Promoteur(s)

European Thoracic Oncology Platform (ETOP)

Viktor ZSUFFA

Chef de Projet

Téléphone : +41 3 15 11 94 48

Email : SPLENDOUR@etop-eu.org

Dernière mise à jour le 19 septembre 2017