Epidémiologie - Oncogériatrie

Tous sexes confondus, près d'un tiers des cancers sont diagnostiqués après l'âge de 75 ans (17,8 % d'hommes et 14 % de femmes). Chez les hommes (1), sur 207 000 nouveaux cas de cancers estimés en 2011, près de 50 000 surviennent chez les 75-84 ans et environ 15 360 chez les plus de 85 ans. Chez les femmes, sur 158 500 cas incidents estimés en 2011, 33 400 apparaissent dans la classe d'âge 75-84 ans et près de 18 360 après 85 ans.


Notre région n'est pas épargnée par ce qu'on appelle "le double vieillissement", avec l'accroissement continu du nombre de personnes âgées (31% de la population PACA-Corse aura en 2030 plus de 60 ans) et le vieillissement de cette population (7,9% aura plus de 80 ans). Au-delà de la question du nombre absolu, la susceptibilité d'être fragile et dépendant à ces âges extrêmes constitue un enjeu connu de santé publique.


> Voir le rapport démographique prévisionnel en 2040 en PACA

> Voir le rapport démographique prévisionnel en 2040 en Corse
 

Incidence

On retrouve, en matière d'incidence, la même répartition des types de cancers chez les 75-84 ans que dans la population tous âges confondus. Les cancers les plus fréquents sont, chez les hommes, le cancer de la prostate (18 000), le cancer colorectal (6 300) et le cancer du poumon (5 575) et, chez les femmes, le cancer du sein (7 550), le cancer colorectal (5 990) et le cancer du poumon (2 230). Tous sexes confondus, le cancer de la prostate et le cancer colorectal sont les deux cancers les plus fréquents et représentent respectivement 21,6 % et 14,7 % de l'ensemble des cancers affectant les personnes âgées de 75-84 ans. Ces deux cancers sont également les plus fréquents chez les personnes de plus de 85 ans (18,7 % des cancers liés à cette tranche d'âge sont des cancers colorectaux et 13,7 % sont des cancers de la prostate).

L'incidence des cancers chez les 75-84 ans présente cependant quelques particularités pour certaines localisations. Ainsi, un tiers des nouveaux cas de cancer de la vessie sont diagnostiqués dans cette tranche d'âge. Le myélome multiple (32% des nouveaux cas de myélome multiple survenant chez les 75-84 ans), les cancers de l'estomac (30,9 %) et du côlon-rectum (30,3 %), la leucémie lymphoïde chronique (30,6%) sont des localisations cancéreuses que l'on rencontre également souvent dans cette tranche d'âge.

Survie

Le risque de décès lié au cancer est plus élevé chez les sujets de plus de 75 ans. Ainsi, la survie relative à 5 ans pour les patients de plus de 75 ans diagnostiqués entre 1989 et 1997 est de 45% chez les femmes (alors qu'elle est de 63% tous âges confondus) et 31% chez les hommes (vs 44% tous âges confondus) (2). Si l'effet délétère de l'âge sur le pronostic est variable selon les cancers, on le retrouve pour les cancers les plus fréquents. L'augmentation du risque de décès chez les sujets âgés peut avoir plusieurs explications (non exclusives) : une prise en charge plus tardive, un plus mauvais état général les rendant plus vulnérables à la maladie cancéreuse, la présence de comorbidités, et au niveau de la prise en charge, une prise en charge inadaptée (trop ou pas assez agressive). On remarque toutefois que ces différences de pronostic liées à l'âge s'atténuent lorsqu'on s'éloigne du diagnostic de la maladie.


(1) Projections de l'incidence et de la mortalité par cancer en France en 2011. Rapport technique. Juin 2011
(2) Survie des patients atteints de cancer en France, étude des registres du réseau Francim, Springer-Verlag France, 2007

 

Dernière mise à jour le 01 février 2017