Contraception et cancer

Une contraception de couple doit être mise en place dès le début du traitement anti-cancéreux et devra se poursuivre au-delà de son arrêt. En effet, la grossesse est fortement déconseillée pendant un traitement radio et/ou chimiothérapique en raison des risques mutagènes pour la descendance. 

Chez l'homme

Tous les traitements ne provoquent pas une azoospermie et celle-ci est rarement immédiate. Il faut donc prendre des mesures contraceptives dans le couple afin d'éviter une grossesse spontanée. La durée de cette contraception ne fait pas l'objet d'un consensus dans la littérature, certains conseillent de la poursuivre au minimum 6 mois après l'arrêt du traitement, d'autres évoquent la durée d'un an en l'absence d'alkylants, et deux ans si les alkylants ont été utilisés ou en cas de radiothérapie avec impact sur les testicules.

De plus, il est vivement conseillé d'utiliser des préservatifs pendant toute la durée de la chimiothérapie. En effet, ces produits peuvent passer dans le liquide séminal, et traverser la muqueuse vaginale lors des rapports sexuels puis rejoindre la circulation sanguine de la partenaire.

Chez la femme

La mise en place d'une contraception efficace a pour but d'éviter la survenue d'une grossesse en cours de traitement.

La méthode retenue doit être adaptée en fonction du type de cancer et de traitement, et du contexte clinique et personnel de la patiente.

Les méthodes contraceptives envisageables :
  • Cancers non gynécologiques :

- S'il n'existe plus de désir d'enfant : discuter la stérilisation tubaire par voie hystéroscopique
- Si projet de grossesse ultérieure : pilule oestroprogestative ou dispositif intra-utérin
- En cas de chimiothérapie thrombopéniante, on peut éviter les phénomènes hémorragiques pouvant survenir au moment des règles avec des contraceptions entraînant une aménorrhée : microprogestatifs en continu ou DIU au Levonorgestrel

 
  • Cancers gynécologiques :

Chez la femme, les cancers contre-indiquant classiquement une contraception hormonale sont les cancers du sein et de l'ovaire.
Cancer du sein :  dispositif intra-utérin au cuivre, contraception mécanique. Si absence de désir de grossesse, stérilisation tubaire par voie hystéroscopique
Cancer du col (avec traitement conservateur) : oestroprogestatifs autorisés.

Dernière mise à jour le 27 février 2017